Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Rainbow

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 8 avis)

On les surnomme Anchan, Joe, Mario, Suppon, Baremoto, Biceps et Chou-Fleur. Ce sont sept adolescents, qui, en cette année 1955, vont devoir apprendre à cohabiter ensemble dans la même cellule de la maison de correction de Shio.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide BDs controversées Prisons Seinen Shogakukan

On les surnomme Anchan, Joe, Mario, Suppon, Baremoto, Biceps et Chou-Fleur. Ce sont sept adolescents, qui, en cette année 1955, vont devoir apprendre à cohabiter ensemble dans la même cellule de la maison de correction de Shio. Prisonniers d'un enfer dont les barreaux sont constitués d'acier mais aussi de souffrance et d'humiliation, ils attendent qu'une lueur d'espoir apparaisse dans ce monde carcéral ténébreux, comme un arc-en-ciel qui surgirait après la pluie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Série terminée 22 tomes parus
Couverture de la série Rainbow

05/08/2005 | Kael
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai dû me forcer pour aller jusqu'au bout du premier cycle de ce manga qui se termine au tome 5. Et à lire le résumé de la suite, ça a l'air du même tonneau donc je ne la lirai pas. Je n'aime pas ce type de manga dramatique qui se prend trop au sérieux et en fait des tonnes pour accentuer la misère de ses héros et se complait dans le fait de les voir endurer le pire sans autre étincelle d'espoir que leur camaraderie et leur soutien mutuel, même quand ça tourne la plupart du temps au sacrifice partiellement inutile. C'est l'histoire de 7 jeunes japonais enfermés en partie injustement en prison dans les années 50, alors que le Japon peine encore à se relever de la guerre. La société est toute entière contre eux et la maison de redressement où ils tombent est sous la coupe de deux personnages ignobles : le médecin de la prison qui est un pervers homosexuel qui viole tous les patients, et le gardien chef qui est un sadique monomaniaque qui fait tout pour faire souffrir l'un des héros en particulier, et ses compagnons par extension. J'ai détesté le côté manichéen de ces antagonistes. Tout est fait pour montrer à quel point ils sont ignobles et sans rédemption possible. Même le dessin insiste lourdement dessus en dépeignant le médecin comme un immonde crapaud dégoulinant de sueur et de bave, et le gardien avec des yeux de fou et une bouche torve, là encore proche de celle d'un crapaud. Et forcément, l'auteur leur laisse les mains totalement libres pour exercer leurs pires actes, n'hésitant pas à tuer sans vergogne ceux qui pourraient contrevenir à leur pouvoir et ne craignant presque pas du tout ni la loi ni le directeur de la prison qui est… (lire plus)

13/10/2021 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai bien aimé ce manga qui a pour cadre la prison pour mineurs. L'histoire est assez poignante d'autant que cet univers est très difficile à vivre. On notera que la violence n'est pas gratuite contrairement à d'autres mangas de bastonades. Le graphisme est vraiment travaillé jusque dans les moindres détails. J'ai beaucoup apprécié cette finesse du trait. Un peu moins le côté un peu vieillot de l'édition qui ne met pas en valeur cette oeuvre. Il y a un côté assez sentimental mais que j'ai plutôt bien pris en compte car on entre véritablement dans ce récit entre les différents protagonistes. On voudrait vraiment que ce groupe des sept s'en sorte au milieu de toute cette noirceur. A noter que chaque personnage fait l'objet d'un chapitre. Bref, on n'oubliera personne. Une série forte et intense que cela soit en milieu carcéral ou à l'extérieur.

26/05/2019 (modifier)
Par Tomeke
Note: 1/5

En fait, j'ai trouvé cela bien au début, moyen au troisième tome et carrément mauvais sur la fin du quatrième... Outre une invraisemblance manifeste, c'est dans le pseudo sentimentalisme que cette série à fini par me gonfler. Pourtant, j'aime bien le dessin mais là, trop, c'est trop: - "Mon Dieu, c'est affreux, mon meilleur ami pour toute la vie, que nous connaissons depuis deux jours, se fait torturer! Non, je ne peux pas supporter cela, pas lui, pas mon meilleur ami pour toute la vie! Je vais laisser le très méchant médecin pervers me violer, pour sauver mon ami!" L'amitié qui les unit est plus forte que toute la haine du monde entier... - "Ouais c'est vrai d'abord, si on est tous dans une maison de correction, c'est par erreur...". J'exagère un peu, certes, mais l'idée y est... Vous l'aurez compris, c'est pas ma came. Dommage cet aspect larmoyant, cela aurait pu être chouette.

14/10/2011 (modifier)

Rainbow est une série ultra noire qui se déroule dans le Japon des années 50 et 60. On y suit des jeunes japonais en maison de correction et qui vont tout faire pour s'en sortir (notamment suite aux sévices vécus pendant leur emprisonnement). La série se déroule en 3 arcs principaux, avec les mêmes personnages au centre de chacune des histoires. Un dessin admirable pour une histoire très dure mettant en avant l'amitié. À ne pas mettre entre toutes les mains toutefois, certaines scènes étant particulièrement marquantes.

17/07/2011 (modifier)
Par m1
Note: 3/5

J'ai aimé ce manga par son scénario qui nous fait rentrer dans l'univers des personnages qui deviennent de plus en plus attachants au fil du texte. De plus le dessin correspond totalement à l'atmosphère du manga (l'enfer, la prison). Cependant je trouve que c'est un peu "too much". Je trouve intéressante l'idée que les personnages restent solidaires les uns envers les autres mais il ne faut pas trop en rajouter. La solidarité des personnages est l'élément qui structure le texte qui nous attache au personnage. J'attends les suivants !

01/05/2010 (modifier)
Par kj
Note: 4/5

Rainbow est un super manga pour deux raisons, principalement : - il est très intéressant pour comprendre humainement et historiquement le Japon après la seconde guerre mondiale. On ne se rend pas compte à quel point le Japon a été bouleversé par cette guerre, ne serait-ce que parce qu'il a reçu deux bombes atomiques sur son sol... (l'auteur explique qu'il a vécu dans "ce" Japon...) - la force qu'il dégage, la croyance en des convictions fortes, belles et nobles, tout cela servi par le dessin (traits puissants, et pourtant précis) les personnages (bien étudiés dans leurs différences, leurs complémentarités...) et le scénario qui alterne assez bien entre légèreté et gravité... Notons que c'est un manga difficile dans le sens où il met en scène des situations parfois assez horribles (viol, pédophilie, sadisme) et parfois assez violentes... Mais, d'une certaine manière, c'est ainsi que la noblesse des sentiments contrastent fortement avec l'ambiance générale et permet de montrer la profondeur de l'amitié qui noue les personnages entre eux.

04/04/2008 (MAJ le 04/04/2008) (modifier)
Par Odin
Note: 1/5

La série commence comme un Coq de combat. Quelques adolescents arrivent par le bus en maison de correction, masqués d’un humiliant sac de papier. Et d’humiliation ce ne sera pas la dernière. Quelques planches plus tard, les jeunes garçons se font abuser sexuellement les uns après les autres par le médecin de la prison : coups et fouille corporelle poussée (je vous passe les détails), le glauque atteint son paroxysme quand le docteur se lèche les doigts de plaisir : « slurp ». Suite à cette introduction pleine de poésie, les adolescents se retrouvent tous en cellule et sont confrontés à un prisonnier plus âgé qui semble connaître les lieux sur le bout des doigts. L’histoire commence alors, enfin si on peut dire : combats pour démontrer leur supériorité, violence des gardiens, flash-back clichés d’un manichéisme effarant, tous les ingrédients du manga choc vide de sens sont réunis dans cet album (encore une fois ça rappelle la série de Tanaka et Hashimoto). L’un est un orphelin qui s’est nourri de fonds de poubelles pour survivre, l’autre est un enfant adopté par une vieille femme qui abusait de lui et qui a vendu sa petite sœur à un vieux pervers, j’en passe et des meilleures. Le dessin absolument magnifique de Kakizaki ne sera pas suffisant pour élever l’intérêt de ce manga qui fait décidément honte à l’excellent catalogue des éditions Kabuto. Consternant.

07/08/2005 (modifier)
Par Kael
Note: 3/5

J'ai retrouvé dans cette série l'ambiance que j'avais tant aimée dans le premier tome de Coq de combat : l'oppression et la violence de la prison est omniprésente, chaque instant est un combat. Ces jeunes compagnons de cellule sont tous très attachants et les auteurs ont réussi à leur donner à chacun une personnalité propre sans tomber dans les travers de la caricature. C'est finement joué. :) Seul réel reproche, il y a certains passages inutilement héroïques où les héros passent plus pour des pantins qu'autre chose. Le larmoyant, c'est pas franchement mon truc. "Oh je vais donner ma vie pour untel parce que c'est mon ami !" faut arrêter un peu... Heureusement, ce n'est pas que ça cette série, et je lirai la suite avec grand plaisir.

05/08/2005 (modifier)