Punisher - La Fin (The Punisher - The End)

Note: 3.38/5
(3.38/5 pour 8 avis)

La dernière traque du Punisher vieillissant, dans un monde ravagé par une guerre apocalyptique.


Après l'apocalypse... Auteurs britanniques Marvel Richard Corben Super-héros Univers des super-héros Marvel

Aprés avoir vu sa famille massacrée par des truands, Franck Castle décide d'éliminer tous les criminels de ce monde sous le pseudonyme du Punisher... Dans un futur proche, la Terre a été dévastée par une guerre atomique. La dernière traque du Punisher promet d'être apocalyptique. Un récit complet et haletant qui est également la dernière aventure du Punisher écrite par Garth Ennis et dessinée par Richard Corben.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Punisher - La Fin
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

05/05/2005 | steamboy13
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

C'est la première fois que je lis une histoire du Punisher par Ennis. C'est pas mal et me donne envie de lire les autres histoires du Punisher par ce scénariste. L'histoire est courte, mais efficace. C'est un bon divertissement qui fait passer un bon moment et qui utilise bien le personnage du Punisher. C'est juste un peu trop courte pour être vraiment mémorable. J'aurais aimé que l'univers de ce futur soit un peu plus approfondis. Je ne suis toujours pas un fan du style moderne de Corben, mais je trouve que son style va bien mieux avec un futur apocalyptique mettant en vedette le Punisher que dans le Harlem du présent de Cage.

21/11/2016 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Ce récit colle bien avec la personnalité du Punisher. Le placer dans un monde post-apocalyptique est une bonne idée car on voit jusqu'où il est capable d'aller alors qu'il ne reste plus rien de positif à attendre. Le scénario est relativement court pour un comics, son développement est limité mais les idées essentielles passent bien. Ennis sait aller au bout de ses idées et démontre qu'il y reste engagé sans se mettre de limite. Graphiquement c'est moins bon, je n'ai jamais trouvé Corben excellent malgré le fait qu'il ait de nombreux fans. Il s'en sort correctement toutefois dans ce récit grâce à un dessin classique et de bons cadrages. La lecture fut plaisante mais en deçà d'autres productions sur ce personnage en marge dans l'univers marvel. A découvrir à l'occasion.

15/09/2011 (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Excellent. L'ultime aventure du plus brutal des justiciers est mise en scène par un duo d'anthologie. Le monde est mort et brûlé et il ne reste que Franck Castle et quelques ordures à tuer. Je me souviens de ces phrases prononcées par Rorschach "Pas même en Face de l'apocalypse. Jamais de compromis"... En l'occurrence ces propos illustrent parfaitement la conduite de Castle, le Punisher. Vieux et mourant mais classe quand même, Castle est le super héros de l'apocalypse. Cette aventure est la dernière expédition punitive du Punisher et il n'économise pas ses balles, c'est la fin du monde et ça n'est jamais allé aussi loin. Il faut le voir flinguer à tout va alors qu'un genre de liquide métallique lui coule du nez et des oreilles. Ennis est fou, le scénario de cette courte histoire est simple et fun. J'aime ce qu'il a fait avec le personnage du Punisher, j'adore particulièrement cette histoire jubilatoire. C'est la fin idéale un point c'est tout, la fin du monde sans concessions, la fin rêvée pour Franck Castle. C'est Corben aux pinceaux. Un artiste hors normes qui à tant dessiné de tas de pierres au cours des nombreux récits du genre qu'il a illustré, qu'il n'est guère surprenant que le monde post-nucléaire qu'il couche ici sur papier soit une totale réussite. Nuages sombres menaçant de déverser du feu, routes encombrées de squelettes, fleuves morts, immeubles détruits, climat inexistant... voilà le monde d'après la bombe que dépeint Richard Corben. Les teintes sont noires et rouges, des particules empestent l'air. C'est absolument sinistre. Les personnages ne sont pas épargnés, couverts de plaies, perdant les cheveux, ce sont des morts qui marchent. Ennis et Corben se sont lâchés, ce n'est pas surprenant... c'est excellent. JJJ

02/10/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une histoire simple mais très efficace mettant le Punisher en scène dans un décor post-apocalyptique, voire apocalyptique tout court. Le sujet a d'autant plus d'échos de nos jours avec la Crise et la nette impression qui se répand dans le monde qu'un groupe de salauds profitent de la Terre entière cachés derrière leurs opérations financières et leurs manipulations politiques et qu'ils n'ont pas l'air de vouloir s'arrêter là. Le graphisme est du Corben typique. Il convient très bien à ce genre de récit brut et assez violent. Son trait apparait cependant parfois un peu brouillon ici. Et plusieurs fois, j'ai eu des soucis avec son sens de la profondeur, certains personnages apparaissant bizarrement plats. L'histoire se lit bien, est distrayante et relativement forte. Le Punisher y est poussé aux bouts de ses convictions et, comme il se doit avec lui, il n'y a pas de compromis. La lecture est cependant un peu rapide pour que j'en conseille absolument l'achat.

30/08/2009 (modifier)

Effectivement c'est du Ennis et Corben dans leur plus pur style entre désespoir achevé, et humour (très) noir à gogo. Le récit réussit à maintenir renouveler l'esprit "no futur" avec brio. A chaque album, Ennis réussit à faire faire des conneries encore plus grosses au Punisher, à chaque fois on se dit qu'il peut pas faire plus. Là il a réussi à aller jusqu'au bout de la fin de la fin du monde. 10 après avoir posté cet avis, je me rends compte que c'est une des rares BD que je relis presque tous les ans : je monte la note de 4* à 5* .

05/08/2006 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

J'ai vraiment préféré les aventures du punisher dans sa version comics standard (Celle là). Ce one-shot parallèle ne m'a pas emballé. Cette vision très glauque de la fin du monde est beaucoup trop noire pour moi. Le dessin est lui aussi très sombre. Certes ça colle très bien à l'ambiance de l'album : Il donne bien cette impression d'apocalypse. Mais le traitement des personnages est inégal et dans l'ensemble, encore une fois, c'est trop noire pour moi. Bref le dessin ne m'a pas emballé plus que l'histoire. Pour moi cette BD est vraiment destiné au fan du personnage et du genre, mais pas pour les autres.

30/01/2006 (modifier)

Punisher la fin, la dernière histoire du héros selon Garth Ennis. C'est un grand moment ! On retrouve un Punisher comme on ne l'avait jamais vu, il est lui-même conscient que c'est sa dernière histoire, et il semble satisfait de cela. A aucun moment n’ont lieu de grandes actions, Punisher accepte enfin d'être ce qu'il est. Il ne cherche pas à s'enfuir de cette bande dessinée en sautant d'une case à l'autre comme le ferait un Spider Man survolté. Frank Castle fait sa dernière croisade, il le sait, tout va lentement dans ce monde post apocalyptique peuplé de cadavres. Les dessins sont incroyables ! On voit un Punisher fatigué et vieux, mais toujours d'attaque quand il faut punir les coupables. Les décors sont stupéfiants, ils montrent les USA avec des paysages et couleurs qu'on avait encore jamais vu, même dans les univers les plus pessimistes. La Terre ressemble un peu à ce qui se passe dans la tête du personnage ! Cette dernière histoire n'est pas faite pour les assoiffés d'action, elle est faite pour les fans, les vrais ! Les dernières cases m'ont scotché, mais je ne préfère rien dire pour ne rien gâcher du plaisir du lecteur.

19/05/2005 (modifier)

Le scénario est, comme souvent avec Ennis, complètement barré. Le Punisher vieux et mourrant, continue inlassablement sa guerre au crime. L'univers décrit, un futur dévasté après une guerre totale, est sans concession, et, la mise en scène ne recule jamais devant les horreurs les plus diverses. Le message d'Ennis dans ses histoires est toujours affirmé, fortement écolo dans Goddess, n'hésitant pas à taper sur les instances religieuses dans des séries comme Preacher ou Just a Pilgrim. Ici c'est certains dirigeants qu'il fustige, son message est clair : "Arrêtez de déconner avec la planète." Ennis manque cependant de finesse, ici pas question d'une réflexion intelligente, on s'éclate et on reste dans le genre bourrin. Pour les illustrations Corben est, comme toujours, magistral. Son style boursouflé et crade convient parfaitement à la noirceur de l'histoire. Le visage qu'il donne au Punisher est assez mémorable. Pour les amateurs de BDs d'action cet album est parfait, les fans d'Ennis et Corben ne seront pas déçus non plus, même si on n'a pas affaire à un chef-d'oeuvre cette BD se laisse lire avec plaisir. Si la violence vous rebute, évitez cet album.

05/05/2005 (modifier)