Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Cage - Mafia blues

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Aprés Banner (Hulk), Brian Azzarello et Richard Corben reforment leur duo pour nous faire vivre une aventure urbaine pleine de bruit et de fureur. L'histoire de Luke Cage, connu aussi sous le nom de Power Man.


Richard Corben Super-héros Tueurs à gages Univers des super-héros Marvel

Luke Cage a eu la vie dure. Il est né et a grandi à Harlem, dans le ghetto noir-américain de New-york. Il a très vite compris qu'il n'en sortirait jamais, sinon par des moyens illégaux. Devenu un membre actif d'un des gangs de son quartier, il est rapidement entré dans la délinquance aux côtés de son ami Stryker et de la compagne de ce dernier, Reva. Les policiers, plus corrompus là qu'ailleurs, fermaient l'oeil sur leurs activités moyennant des dessous de table. Jaloux de la complicité qui unissait Luke à Reva, Stryker a piégé son acolyte et l'a fait arrêter pour détention de drogue. Cage était en prison quand il a appris que la jeune femme avait été tuée lors d'une fusillade dont Stryker était la cible. Bien décidé à sortir de cellule au plus vite, il a accepté de servir de cobaye au médecin de la prison qui lui a promis la liberté en échange de sa collaboration. Un gardien qui détestait Cage a saboté l'expérience et provoqué une gigantesque explosion. Le détenu a profité de la confusion pour s'échapper. Il a sauté à l'eau, le pénitencier de Seagate étant sur une île, et réussi à éviter les tirs des gardiens. Plus tard, on a retrouvé sa chemise trouée de balles et conclu qu'il avait dû y passer. Mais Cage a survécu, l'expérience l'ayant doté d'une force incroyable et d'une peau résistant aux projectiles. De retour à New-york, il a entamé une carrière de tueur à gages sous une nouvelle identité. C'est ici que commence cette histoire...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cage - Mafia blues
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

04/04/2005 | steamboy13
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai lu cet album uniquement pour le nom de Corben, un gros nom du comics américain que j'avais envie de découvrir. Malheureusement, ses vieux albums sont difficilement trouvable et du coup au lieu de lire des albums pour représentatif de son œuvre (genre ses adaptations d'Edgar Allan Poe), je me retrouve avec des trucs comme cette mini-série dispensable. L'histoire n'est pas mauvais et se laisse lire, mais il manque quelque chose pour que je trouve que c'est palpitant. Les méchants ne sont pas inintéressant, mais Cage, que je n'ai jamais trouvé très charismatique, est sans grand intérêt. J'ai un peu de la difficulté avec le dessin de Corben ici avec ses personages avec des têtes qui semblent volontairement moche et son coté caricaturale m'a encore une fois dérouté parce que je ne savais pas si je prendre l'histoire au sérieux ou non. Au final, je n'ai pas réussi à rentrer dans le délire des auteurs.

21/11/2016 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

"Cage" a les défauts de ses qualités et inversement. Cette mini-série souffre d'une surabondance de clichés sur les banlieues des mégalopoles américaines. On y retrouve des gangs s'affrontant pour des territoires et un quartier en particulier. Cette guerre des gangs va faire une victime co-latérale : une jeune fille de 13 ans va mourrir après avoir pris une balle initialement destinée à un caïd. Luke Cage va enquêter à la demande de la mère de la victime. A l'image du dessin, le récit est sans concessions. Il oscille entre le réalisme exacerbé et la caricature. Les auteurs cherchent à amplifier le propos par tous les moyens. L'histoire ne fait pas dans la dentelle, c'est bourrin. Le dessin rend l'ambiance encore plus gore, il a un aspect sale et kitch avec ses gueules cassées. Les expressions prennent le dessus sur les proportions. L'ensemble se lit bien mais n'apporte rien d'original sur l'intrigue ou le contexte. Même Luke Cage agit plus comme un Stalone que comme un super-héros. Il y a donc une volonté de dégager du sens dans l'histoire. Ce comics est difficile à trouver, cela semble lié au fait qu'il y a de nombreux fans de Corben qui a un style certes mais rien d'exceptionnel.

16/03/2011 (modifier)

Deuxième collaboration chez Marvel pour Azzarello et Corben, après la mini-série Banner, voici Cage qui nous parle d'un personnage beaucoup moins connu que Hulk mais néanmoins intéressant : Luke Cage alias Power Man. Un peu à la manière du cinéma d'exploitation, l'industrie du comic s'est toujours arrangée pour créer des personnages correspondant à des sous-genres ou des modes. She-Hulk en est un bel exemple. Pour le genre dit "blackploitation" les héros noirs ont fait leur apparition : Blade dans la série Tomb of Dracula par exemple, qui n'avait rien à voir avec le personnage du film éponyme. Power Man est l'un de ceux-la, c'est un archétype, le héros sorti du ghetto, plutôt dur à cuire et expéditif tout en ayant un grand coeur... une pauvre caricature en fait. Il a servi d'acolyte à Dany Rand/Iron Fist et a même un peu assuré l'intérim chez les FF. Mais c'était un phénomène de mode, un personnage qui n'a jamais vraiment décollé, de plus son look "disco" était plutôt ridicule. Aujourd'hui Corben et Azzarello revisitent le parcours de ce personnage et créent une histoire brutale et sans concession. Cela se passe à Harlem et on sent vraiment la misère, c'est tellement bien décrit que le ghetto se ressent comme étant quasiment un personnage. Les dialogues d'Azzarello sont parfaits, comme souvent il fait mouche. Le mode narratif utilise les pensées du personnage principal et vu que celui-ci ne s'embarrasse ni de détours ni de convenance, c'est plutôt incisif. Les dessins si particuliers de Corben sont impeccables, son style boursouflé et caricatural convient parfaitement à l'ambiance. Corben rend les personnages très expressifs, excessivement expressifs même parfois, et cela fonctionne. Pour les environnements c'est crade et glauque à souhait, c'est très réaliste. Vu que la mise en couleur est à la hauteur, du point de vue graphique c'est une réussite. Un comic qui y va fort sur la violence urbaine, où les fusillades sont monnaie courante et bien sûr la violence de cet univers est ici largement présente. Certains trouveront sûrement cela trop bourrin et ils n'auront pas tort, moi j'aime bien le délire des auteurs je trouve leur oeuvre réussie. Si vous avez apprécié Hard Time vous ne serez pas déçus, même si ici l'histoire est beaucoup plus basique et moins nauséeuse. Bref, fans de romans graphiques au propos réfléchi, fuyez! Fans d'action bien barrée et de personnages Hard-boiled qui s'en mettent plein la gueule, lisez le !

04/04/2005 (modifier)