Supermurgeman

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

Humour con quand tu nous tiens...


Poisson Pilote Super-héros rigolos

Voici venu le temps de Supermurgeman, le super héros que la Hollande et les Etats-Unis nous envient. Armé de sa Supermurgebière, notre justicier va lutter contre le monopole de la Sofroco-Gedec afin de nous ouvrir les portes de la perception. Mais poursuivi par Alexandre Legrand, Monsieur Chocolat et les concourrentes dénudées de la Loi de la Jungle, émission culturelle de Real T.V., notre sympathique héros aura bien du mal à faire triompher la justice et le bon goût. Chef d'oeuvre d'humour trash et déjanté, ce premier tome des Nouvelles Aventures de Supermurgeman va pousser Superman vers une retraite bien méritée. Texte : Dargaud

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2004
Statut histoire Une histoire par tome 4 tomes parus
Couverture de la série Supermurgeman
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

11/09/2004 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Cette série est vraiment à réserver aux amateurs d’humour con et débile (dont je fais partie). En effet, Mathieu Sapin narre les aventures absurdes d’un super héros de bac à sable, on ne peut plus crétin, dont le seul pouvoir est de vomir des bières sur ses ennemis. Tout est à prendre au énième degré, des dialogues – le plus souvent farfelus et décalés, voire absurdes – aux péripéties, où s’accumulent les rebondissements à deux balles. Je n’ai pour le moment pas lu l’album publié précédemment par Les Requins Marteaux. Mais cette série est quand même sympathique, amusante. Sans prétention, mais suffisamment drôle pour que je vous recommande d’y jeter un œil (à vous de voir pour l’achat).

23/08/2018 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

"Supermurgeman" est assez proche dans le ton d'un Pascal Brutal de Riad Sattouf. On retrouve le petit humour avec une grosse brute pas très raffinée, en l'occurence Supermurgeman est le type du héros qui fait sourire rien que sur sa carte de visite. A l'instar de Popeye et de sa boîte d'épinards, Supermurgeman avale une supermurgebière qu'il sort de son slip tarzanesque pour éliminer d'un flux de gerbe ses adversaires. Parmi eux, on trouve Etron man (un tas de merde look Barbapapa), les employés de la multinationale Sofrocogedec dont les VRP se rapprochent parfois un peu trop de la femme de notre héros dans sa maison sans mur. Le dessin et ses couleurs ont une petite touche comics je trouve. Je mets 4 étoiles finalement car j'ai bien aimé le tome 3 dont la couverture est très démonstrative et qui mélange petites histoires individuelles qui semblent ressorties d'anciennes idées et plaquées là. On trouve les différents personnages (le professeur, le gamin Nouredine, etc.) dans leur galère contre les éditions Atlaz et des clins d'oeil à ma culture, entre autres Star Wars, Dragon Ball Z :), on découvre la source de la supermurgebière et bien d'autres.

22/04/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 1/5

"Supermurgeman" ?... C'est un super-héros maladroit dont l'île est colonisée par l'affreuse Sofro-Gedrec, une multinationale oppressante. Son arme favorite ?... vomir sur ses ennemis !... Oh... le joli postulat de départ... TU PARLES !... Cela suffira-t-il à ce "super-héros" pour devenir un super succès ?.. J'espère vraiment que non car : faire passer des émotions fortes appuyées par un dessin minimaliste, certains y arrivent tels Larcenet, Trondheim... Mais quand le scénario (?) n'est pas à la hauteur -car faire rire est un art très délicat- le tout tombe à l'eau. "Supermachin" m'a à peine fait sourire -(et encore !.. pourtant je suis très bon lecteur)- et est "abandonné" à un dessin que j'ose qualifier d'infantile. Les ficelles sont bien grosses et plairont -peut-être- à un lectorat dit "de djeunes". Mais y aura-t-il un public pour cela ?... Lecteur, je pense qu'ici on se fout de toi !... Et chose très rare, je dis : NON !

04/01/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Des 2 tomes de cette BD, j’ai un peu plus ri sur le second, mais globalement je n’ai pas accroché. Côté dessin, ce n’est pas joli. C’est un peu crade, un peu underground, un peu moche surtout. C’est voulu (ou presque) mais bon. Côté scénario, c’est assez spécial, assez underground aussi. Difficile à cerner. Le personnage même de Supermurgeman est un parfait crétin à mi-chemin entre un superman juste et droit et un poivrot un peu dégueu puisque son super-pouvoir, c’est son dégueulis surpuissant. Les histoires sont assez délirantes, parfois un peu politiquement incorrectes, souvent absurdes, en permanence second degré. Mais alors que généralement j’aime ce genre de mélange (comme dans Plageman par exemple dont le thème me rappelle beaucoup Supermurgeman), ici j’avoue avoir vraiment très peu accroché ni à l’humour ni aux histoires. Les récits de chaque album sont étirés en longueur, avec beaucoup de dialogues, et pour chaque tome je me suis lassé au bout de quelques pages seulement. Quant à l’humour, j’ai dû rire 3 ou 4 fois dans le premier tome, un peu plus dans le second. Mais ces rires se sont dilués dans la longueur et l’ennui du récit à mes yeux. Bref, c’est pas mon trip.

20/04/2006 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Une BD à l'humour vraiment décalé qu'il faut lire au moins au 3eme degré... Je me suis plutôt bien marré avec les aventures de cette parodie de super héros. L'humour est limite grotesque, tout y est volontairement exagéré. Cette BD n'est pas indispensable dans une bdthèque, mais en tout cas si vous aimez l'humour à la con, ça vaut le coup de l'emprunter.

29/01/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Je n’ai jamais lu le premier album de Supermurgeman paru aux Requins marteaux, je ne peux donc pas comparer avec celui-ci, mais je peux néanmoins affirmer que je suis tombé sur un album drôle, déjanté et original qui, s’il ne m’a pas laissé mort de mort de rire, m’a un peu dérouillé les zygomatiques et a suscité ma curiosité. L’humour de Sapin sied bien à la collection Poisson Pilote. Des gags faussement dérisoires, un ton décalé, un touche d’abscond, un dessin simple et rudimentaire, pas très éloigné de la Sattouf « touch » des « Pauvres aventures de Jérémie » (même éditeur, même collection) assurent le charme d’un album qui n’a qu’un seul vrai défaut : le manque de fil conducteur solide… Raconter un récit humoristique en 46 planches n’est pas chose facile, n’est pas Goscinny qui veut. Ici, les gags ont clairement été privilégiés à une intrigue principale qui n’est qu’un prétexte. L’auteur ne s’en cache pas tant celle-ci manque de corps, les personnages arrivent là par hasard, on a du mal à saisir les motivations de certains… Il y a deux trois passages qui manquent de liant... Hormis ce défaut, cet album est une belle curiosité pour les amateurs du genre…

11/09/2004 (modifier)