Lady Tara Cornwall

Note: 2.71/5
(2.71/5 pour 7 avis)

Ecosse 1536. Les jumeaux Tara et Hugo ont été adoptés par Lord Cornwall. Lorsque celui-ci somme Tara de l'épouser, celle-ci refuse. Pour son arrogance, elle sera accusée de meurtre et brûlée vive. Mais au château de Cornwall, un doute s'installe.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Adoption Emmanuel Proust Éditions Iles Britanniques Jumeaux, jumelles

Ecosse 1536. Les jumeaux Tara et Hugo ont été adoptés par Lord Cornwall. Lorsque celui-ci somme Tara de l'épouser, celle-ci refuse. Pour son arrogance, elle sera accusée de meurtre et brûlée vive. Mais au château de Cornwall, un doute s'installe. De complots de cour en affaires de moeurs, ce scénario diabolique joue sur les faux-semblants et l'ambigüité des personnages tout en abordant quelques tabous de notre société.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lady Tara Cornwall
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

27/02/2004 | Kael
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Entre les différents avis pour cette BD c'est le grand écart. C'est ma foi frot compréhensible surtout si l'on se réfère au texte, aux dialogues. Pour qui n'a pas lu des romans comme Le Moine de Lewis, le Frankenstein de Shelley et autres romans gothiques de la fin du XIX ème siècle il est vrai que la lecture peut être ardue. Ici le choix est pleinement assumé et revendiqué par P. Croci qui bâtit une sorte de tragédie shakespearienne, gothique, voire même psychanalytique puisque son sujet, la gémellité est au cœur du propos. Pour le reste nous sommes en terrain connu avec les personnages caractéristiques de P. Croci, formes allongées, presque éthérées. Les individus ont des visages similaires mais quoi de plus normal pour une histoire traitant de jumeaux. Une fois les premières pages passées la lecture est toutefois relativement fluide et nous pouvons entrer dans un tourbillon de passions ou tous les coups sont permis. Au final je reste sur une note de pas mal mais la note supérieure est évité de justesse sans doute la faute à ce texte exigeant qui pourrait en rebuter plus d'un, pour autant c'est une histoire à découvrir.

25/10/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Grosse déception sur ce tome... Croci s'est donc intéressé au destin d'une jeune femme, aristocrate du 16ème siècle, dont l'histoire est pétrie de retournements. Il s'est fait aider par Agnès Guérin, mais aussi par Françoise-Sylvie Pauly pour les dialogues. Le côté théâtral est assumé, mais pour le coup les dialogues et les situations sont lourdingues, manquent de naturel au possible, et du coup c'est à la limite du lisible parfois, tellement c'en est empesé. Et lorsque le pot aux roses est dévoilé, on s'est déjà désintéressé de l'histoire et de ces personnages qui ne méritent pas qu'on parle d'eux... Les deux points sont pour le dessin de Croci, toujours aussi gracieux, élégant... Le reste est à oublier.

26/06/2011 (modifier)

J’hésite franchement entre 2/5 et 3/5, mais je crois que c’est quand même un sentiment de déception générale qui l’emporte. L’intrigue est… heu… pleine d’intrigues justement ! ;) Et tous ces complots et machinations ne m’ont pas vraiment passionné. Par ailleurs, la présentation des différents protagonistes manque de clarté. Personnellement, j’ai dû assez vite retourner quelques pages en arrière pour me rappeler qui est qui (mais bon… à la décharge de l’auteur, je dois bien avouer que ma concentration n’était peut-être pas optimale, puisque je lisais dans le train…). Et le dessin est… heu… c’est du Croci, quoi ! On aime ou aime pas ! Personnellement, je le trouve relativement original et réussi, mais je n’en suis pas plus fan que ça. Si ce n’est que ma deuxième rencontre avec l’auteur, je puis toutefois d’ores et déjà vous assurer qu’il a fait mieux avec Gloriande de Thémines.

01/07/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Que dire de cette BD ? Au delà de son côté gothique, on retrouve une intrigue familiale classique. L'intrigue est bien menée et surprend le lecteur. La narration manque de fluidité mais s'améliore au fil des pages. Graphiquement c'est intéressant. Les décors sont sublimes avec les couleurs directes mais les personnages sont trop stéréotypés. Ce genre de récit n'est pas ce que j'affectionne particulièrement mais il est globalement réussi.

27/09/2009 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

"De quoi sommes-nous certains ?" pourrait résumer ce livre. L'album est très surprenant mais d'une qualité graphique indéniable. Amateurs de gothique, vous serez comblés : tout les costumes sont noirs, les couleurs directes (noires et rouges) font peser sur l'ensemble une atmosphère étrange. C'est d'ailleurs un drame très shakespearien qui est illustré. Certains dialogues sont mêmes empruntés à l'oeuvre de William Shakespeare, voire de Cervantès. Il fallait oser, Pascal Croci l'a fait. La couverture de l'album fait tout de suite songer au film de Rouben Mamoulian "la reine Christine", avec Greta Garbo. D'ailleurs l'auteur avoue ses sources d'inspiration pour cet album, dans la post-face. "Lady tara Cornwall" est donc un livre magnifique, relatant un drame familial passionnel, bref une BD littéraire (tout comme Hauteclaire de Lacou et Le Bollée, parue chez... Emmanuel Proust Editions, comme ce livre... tiens, tiens !) Ah ! j'oubliais : c'est un one shot, chose devenue rare ces temps-ci.

25/01/2006 (modifier)
Par Shimrod
Note: 3/5

Les éditions Emmanuel Proust nous offrent un ONE SHOT (le concept semble être devenu des plus audacieux !) intéressant à défaut d’être passionnant… Si la couverture avait su séduire mon regard, le contenu ne sera pas considéré comme une œuvre aboutie par les bdphiles, c’est dommage ! Le monde gothico-théâtral illustré par CROCI est assez convaincant et donne à sa bande dessinée une originalité indéniable cependant le scénario reste un peu léger, et la fin risible. Les couleurs renforcent à merveille l’atmosphère pesante de l’intrigue, mais les dessins semblent parfois caricaturaux et donnent aux personnages des postures grotesques. Le style des dialogues est littéraire voire théâtral (trop ?) mais comment pourrait-il en être autrement avec des emprunts avoués à Shakespeare ou Saint Augustin ! Cette b.d mérite que l’on y jette un coup d’œil. Quant à l’achat : je vous en laisse seul juge ! En continuant dans cette voie le prochain album sera vraisemblablement une réussite complète !

24/08/2005 (modifier)
Par Kael
Note: 2/5

Pourtant, je trouve le dessin de Croci tout à fait intéressant, mais à la lecture, il finit toujours par me saouler... Les planches sont clairement belles lorsqu'on les regarde dans leur ensemble, mais à la lecture, ça ne passe plus, le découpage est souvent mauvais, les cadrages pas vraiment meilleurs et même les positions des personnages sont souvent surfaites. Bref, rattrapons-nous au scénario... Ah oui mais nan en fait. D'accord, c'est pas facile de faire un bon one shot vu que les contraintes sont nombreuses pour peu de pages, mais là, c'est complètement raté. L'intrigue ne prend pas, donc forcement, à l'heure des explications (dans le style grande révélation à la Scooby-Doo, on retire le masque et on explique). On s'en fout royalement... Donc scénario vraiment mauvais, dessin intéressant mais finalement encore trop peu ambitieux et peut-être encore un peu jeune, malgré l'expérience que commence à acquérir cet auteur...

27/02/2004 (modifier)