Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Wanted (Rocca/Girod)

Note: 2.71/5
(2.71/5 pour 7 avis)

Western spaghetti, à mi chemin entre Blueberry et Durango


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune [USA] - Les déserts Nord-Américains

Un pistolero chasseur de prime accepte d'aider un jeune métis à venger sa famille, exterminée par des chasseurs de scalps, les frères Bull. Après maintes péripéties, nos deux héros parviennent à faire justice. Mais y aurait-il moyen de récupérer le trésor de guerre des frères Bull ? Poursuites, ruses d'indiens et réglements de comptes au soleil.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1995
Statut histoire Série abandonnée (1er cycle de 5 tomes achevé) 6 tomes parus
Couverture de la série Wanted (Rocca/Girod)
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

27/02/2004 | Pacman
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Il n'y a point d'originalité dans le titre puisqu'il y a déjà 5 séries qui le portent. Il n'y a aucune originalité dans le scénario qui renvoie au vieux Blueberry avec un peu plus de violence pour changer un peu de registre et faire dans le western sanglant à la Clint Eastwood et son Impitoyable. Bref, pour l'originalité, il faudra repasser. Pour le reste, cela fait dessin très vieille France pour les nostalgiques qui ont passé la cinquantaine et qui se remémorent les bonnes années où une poignée d'auteurs franco-belge se partageaient sans vergogne le marché. Très peu pour moi. Oui, il y a nettement mieux comme série en western.

02/06/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

« Wanted » est une série sans réelle originalité, finalement relativement classique. Mais elle fait passer un bon moment – pour peu qu’on n’en attende pas de miracle ! Le dessin de Girod est plutôt bon, même si j’ai trouvées un peu ratées certaines planches du premier tome. Surtout au niveau de détails des personnages, car pour les décors, c’est vraiment bien fait. Pour ce qui est de l’histoire, c’est plutôt du spaghetti, avec trogne balafrée en gros plan, violence (voire sadisme) exacerbée, et fusillades dont les cases distendent la durée comme des ralentis. Ce côté spaghetti est accentué par les clins d’œil aux classiques du genre (reprise de certaines scènes ou dialogues – du "Bon, la brute et le truand" par exemple). Ceci étant dit, si j’ai lu Wanted sans déplaisir, je n’y ai pas trouvé ce quelque chose qui l’aurait fait « sortir du lot » entre Blueberry et Durango (comme Wayne Redlake ou Trio Grande l’avaient parfaitement réussi il y a quelques années par exemple). Ça se lit bien, mais j’ai vraiment eu du mal à trouver crédible cette complicité quasi immédiate entre un chasseur de primes amoral et sans état d’âme et un métis rescapé d’un massacre, pour réaliser en commun une vengeance (contre les frères Bull). Un achat envisageable, mais à réserver aux fans de western carrés et sans trop de surprise.

19/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Scénarisée par Ramaïoli (sous son pseudo de Simon Rocca), et dessinée par T. Girod, d'un trait ferme très inspiré de Giraud et de Swolfs, il est clair que cette série s'inscrit parmi la nouvelle génération de westerns de la décennie 90-2000, mais qu'elle marche ouvertement sur les plate-bandes de Durango à laquelle elle ressemble beaucoup dans son traitement : ultra violence, sadisme, héros solitaire, superbes paysages, graphisme vigoureux, réalisme sanglant...auxquels s'ajoute le sexe. Sans compter l'aspect référentiel ; la série lorgne vers le cinéma de Sam Peckinpah (la Horde Sauvage surtout) et ouvertement celui de Sergio Leone et les personnages de Clint Eastwood pour de nombreux clins d'oeil (le héros dans la baignoire, identique au plan de L'Homme des Hautes Plaines), des plans leoniens (les revolvers qui tirent en même temps sur la victime), des répliques des films de Leone (Quand on tue, on fait pas des discours), des noms de ville (Tucumcari). De même qu'au début du 3ème album, une scène reprend une séquence entière du Bon la Brute et le Truand. Il n'est donc pas étonnant que Girod ait repris Durango. Il offre un chasseur de primes plutôt vénal mais dont la conscience lui dicte parfois de bonnes actions, puisqu'il aide un métis à se venger des ignobles salopards que sont les frères Bull. J'ai tout de suite accroché avec ce genre de western pas compliqué qui permet de passer un bon moment de lecture, j'aime ses ambiances, ses personnages pas toujours nets, et son style Mex. J'en recommande même l'achat en regrettant vivement qu'il n'y aura certainement plus d'épisodes.

24/06/2013 (modifier)

Pas mal Soyons clair ca ne vaut pas un Blueberry, qui reste un étalon ... Ici le problème c'est que dès le début on est un poil énervé par le héros qui se paye une grosse cicatrice en forme de "W" au milieu de la tronche. Ca pourrait être un bon départ pour une parodie, mais non, c'est sérieux, et c'est un peu trop pour moi. Pour le reste c'est très classique : le mec tire super vite, c'est un chasseur de primes mais qui a du coeur... On est donc plutôt dans les clous par rapport aux règles du genre. Bref, l'histoire ne casse pas des briques mais dans ce type de récit on n'attend pas vraiment d'originalité ! Juste un traitement de la narration qui ferait la différence. C'est ce qui fait qu'on apprécie ou pas un bon western. Et là on est malheureusement plus dans le western qui se lit bien que dans une bonne BD qui sort du lot. Le dessin n'est pas "extra". Ca va très vite, on n'a pas vraiment le temps de voir les personnages se construire des caractères. Et surtout ça manque d'espace, je n'ai pas senti les tensions, qui font pourtant toute la matière d'un bon Western.

19/03/2010 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Western récent mais en rien nostalgique, ni réhabilitant une quelconque vérité historique, il s'agit avant tout d'une série d'action, et de ce point de vue-là, elle tient toutes ses promesses. Il faut reconnaître que les intrigues peuvent manquer de structures, donc de suspense, mais Rocca (alias Ramaïoli) sait donner une certaine épaisseur psychologique à ses personnages, et on sent chez lui un amour pour toute la mythologie de l'ouest américain qu'il sait utiliser pour faire voyager son lecteur. Le dessin est parfois hésitant, mais Thierry Girod souhaite lui aussi donner du relief au récit en utilisant à fond les paysages et en créant des mises en page efficaces. Il est évident qu'il cherche à donner du caractère à son trait qui évolue positivement au fil des six albums publiés jusqu'ici, notamment en devenant de plus en plus détaillé, et en cherchant à jouer sur les ombres, ambition rare aujourd'hui. Souhaitons un jour lire la suite... Sans doute pas une très grande réussite, mais une lecture agréable qui séduira des amateurs de western.

19/04/2007 (modifier)
Par xavier
Note: 1/5

Je n'ai pas aimé (pourtant je suis fan des séries western) mais là, que ce soit au niveau du scénario (encore une histoire de vengeance) ou du dessin (surtout quand on compare le dessin du pueblo - mesa verde - par rapport à celui de Giraud dans "Le spectre aux balles d'or"), je mets cette série western bien après "Blueberry", "Derib", "Hans Kresse", "Bouncer", "Durango", "Cartland", "Chinaman", "Wyoming Doll", "Western" de rosinski, "Comanche", "500 fusils", "Trio grande", "Gibier de potence", "Chiens de prairie"... et je dois en oublier. Bref, en western, je pense qu'il y a bien mieux à acheter avant. Après, si vous êtes très fan, notamment de "Blueberry"... lisez-les d'abord à la bibliothèque...

12/03/2004 (modifier)
Par Pacman
Note: 3/5

Dans la plus grande tradition du western spaghetti, cette bd vient se classer entre Blueberry, pour les chevauchées sauvages, les décors et le héros, un dur au grand coeur et Durango, pour le coté vraiment pourri des méchants, la rapidité au colt du héros et les règlements de compte sanglants. Pour comparaison cinématographique, on pourrait rapprocher ça de Pour une poignée de dollars, ou une petite série B. Rien de bien nouveau donc, mais le tout est assez bien réalisé et plaisant à lire. Côté scénario, on est tenu en haleine tout du long, avec, c'est vrai, quelques évènements un peu prévisibles. Le cinquième tome met fin à l'histoire en cours, ce qui est appréciable, surtout chez Soleil Production. Côté dessin, c'est assez classique, mais appliqué, et somme toute plutôt réussi. Pour l'achat, ce n'est pas ce que je conseillerais en premier, mais les amateurs du genre peuvent se lancer sans problème.

27/02/2004 (modifier)