Rosigny Zoo

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

À Rosigny-sur-Seine, en prévision des « Olympiades 2K24 », la mairie réhabilite à tout va. Suite à la destruction du Patronnage Saint-Joseph, l’association Cœur 2 cité est à la rue, et la mairie traîne à la reloger. Pour Gaby, étudiante en socio, ça ne passe pas. Et c’est source de conflits avec sa mère, qui travaille au service urbanisme. En attendant, l’association squatte la zone en chantier (le « zoo ») et organise des battles où se distingue Okmé, bientôt repéré par la fédération française de break dance, qui enseigne le hip-hop aux ados.


Banlieue La BD au féminin La Danse Région parisienne

Gaby retrouve ses autres amis d’enfance Suzanna et Will autour du lino. Gaby et Will sont proches. Mais Will travaille en intérim sur les chantiers faute d’avoir fini ses études. Suzanna est serveuse et doit gérer à 20 ans le devenir de la maison familiale en face de promoteurs avides. Ses parents sont repartis au pays (Madère) prendre leur retraite. Ils entament tous leur vie d’adulte, et la société attend quelque chose d’eux, mais quoi ? Ambition, compromission, révolte ? Gagner sa vie, c’est pas gagné. Cette banlieue en train de changer va-t-elle les coincer pour le reste de leur vie, faire exploser leurs liens ou révéler leurs talents ?

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Août 2023
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Rosigny Zoo © Flblb 2023
Les notes
Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

19/05/2024 | bamiléké
Modifier


L'avatar du posteur bamiléké

J'ai parfois une réticence sur les récits de banlieues que je trouve souvent victimaires et injustes. Ce n'est pas le cas dans le bon récit de Chloé Wary. J'ai trouvé son approche vraiment originale avec cette introduction du Break aux JO 2024. Cela permet une réflexion assez approfondie sur la politique de la ville souvent en panne ou mal valorisée dans beaucoup de communes de banlieue. Pour avoir participé à de nombreuses réunions municipales de CCAS je connais les arbitrages difficiles des élus en temps de réductions budgétaires. Wary évoque avec un certain brio beaucoup de ces situations. Contraintes de logements imposées par la loi, souci de la cohésion et vitalité du tissu social, mais aussi respect du droit et de la paix civile, le quotidien n'est pas toujours simple pour les élus municipaux. Wary propose toute une galerie de personnages plus vrais que nature. Rien n'est simple pour personne ainsi Gaby doctorante en socio, genre activiste gauchiste est confrontée à ses propres contradictions en face de Will, métis guyanais, grand frère attentionné et avide de s'en sortir vers le haut (des grues). Mais le plus de la série est le très beau personnage d'Okmé, éducateur spécialisé et star de Break. L'auteure réussit la gageure de placer beaucoup de scènes de Break d'une façon fluide et non didactique. La danse est comprise comme un personnage essentiel de la revendication existentielle de ces personnages très attachants. Or si le Hip hop et le Break sont par essence une manifestation contestataire et revendicative, son introduction aux JO et tout ce que cela implique ne tient-il pas lieu de récupération normative voire castratrice ? Okmé porte cette problématique à laquelle il apporte sa réponse. Il y a beaucoup d'autres richesses à découvrir dans la série sur la description d'un melting-pot revendicatif mais paisible et qui aime son bout de banlieue souvent natal. J'ai aussi aimé l'image que donne l'auteure des forces de police sans angélisme mais sans caricature excessive. Je ne peux pas conclure sans parler du langage. Ici pas de tricherie, Clhoé nous immerge dans un vocabulaire banlieue rythmé et chantant sans vulgarité qui tient lieu de musique du récit. C'est un délice. Le graphisme est très particulier et original. Cela me rappelle certain animé psychédélique façon Beatles (Sergent Pepper) ou Pink Floyd. D'ailleurs le rappel aux années 70 est assez présent dans l'album. La ligne claire semble assez naïve mais j'aime les expressions et l'ambiance que cela produit. Cela me renvoie à certaines productions africaines que j'apprécie particulièrement. La mise en couleur est très psy et "fait du bruit". Une lecture très originale et que j'ai beaucoup appréciée à travers des situations très bien exposées avec beaucoup de tendresse.

19/05/2024 (modifier)