Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Shibumi

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Adaptation d'un célèbre roman de Trevanian, voici l'histoire d'un assassin redoutable et mystérieux


Adaptations de romans en BD Nouveautés BD, comics et manga Tueurs à gages

Nicholaï Hel est l’assassin le plus doué de son époque. C’est aussi l’homme le plus recherché au monde. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi. Élevé dans le Japon d’après-guerre où il a été initié à l’art subtil du jeu de go, il vit retiré dans sa forteresse du Pays basque. Lorsque Hannah Stern, jeune membre d’un commando israélien chargé d’assassiner les militants de Septembre noir (un groupe terroriste palestinien responsable des attentats des JO de Munich de 1972), vient chercher son aide et sa protection, Nicholaï Hel se retrouve traqué par la Mother Company, une organisation secrète internationale qui contrôle la CIA, la NSA et le FBI. Il doit se préparer à un ultime affrontement.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Septembre 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Shibumi © Les Arènes 2022

15/09/2022 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai reçu à ma grande surprise ce gros album de plus de 200 pages ; mon pote de la Fnac l'a eu en avant-première il y a quelques mois et m'en a fait cadeau. Sinon, j'ignore si j'aurais lu cette Bd car ce n'est pas trop le format que je lis habituellement, et j'en suis ressorti assez partagé. Bon il parait que c'est un chef-d'oeuvre de la littérature américaine, écrit par un certain Trevanian, que c'est un roman culte et très célèbre, or ce qui confirme que je n'aurais sans doute pas lu cet album, c'est que je n'avais jamais entendu parler ni de ce roman ni de son auteur ; peut-être suis-je inculte, peut-être que je vis en autarcie, peut-être que je n'ai pas les mêmes valeurs, je ne sais pas. Toujours est-il que cette lecture m'a été non pas pénible mais j'ai eu un peu de mal et il me tardait d'en finir, n'étant pas très à l'aise dans ce type de développement. C'est comment dire, assez difficile à expliquer, c'est une Bd d'espionnage philosophique si je puis dire, assez inclassable (j'ai hésité à le classer dans cette catégorie), en même temps qu'une critique ironique et acerbe des Etats-Unis à travers certains dialogues et à travers la Mother Company, cette espèce d'entité énormissime qui contrôle tout et dispose du droit de vie ou de mort d'un certain nombre d'individus. Mais le récit possède bien un caractère de polar, sauf que c'est assez perché, peut-être trop ardu pour moi qui suis plus habitué à des polars plus simples ou plus linéaires. Le héros Nicholaï Hel est un mec à l'esprit aiguisé et qui fait preuve de zénitude, très difficile à définir, je n'ai pas du tout aimé ce personnage, il m'est apparu très antipathique. Le récit s'étale sur plus de 220 pages, il y a pas mal de longueurs, avec des séquences que j'ai trouvées totalement inutiles, ou alors je n'en ai pas compris le sens. Par exemple, je ne sais pas à quoi servent ces passages d'explorations de grottes pyrénéennes par Hel et un ami basque, je n'ai pas l'impression que ça ait un rapport avec le récit principal. En gros, ce récit s'étire inutilement, il y a des dialogues pompeux et très bavards irrégulièrement, succédant à des pages muettes. C'est ancré dans une actualité d'une époque (après les attentats de Septembre Noir aux Jeux Olympiques de Munich de 1972), et je ne l'ai pas trouvé passionnant, rien ne m'a attiré dans cette histoire, ma lecture fut donc laborieuse, tout en étant conscient que le sujet était intéressant, c'est pourquoi ça ne m'a pas totalement ennuyé, mais le traitement ne m'a pas convaincu, je suis sans doute passé à côté de ce récit. Ce que j'en retire, c'est que je me suis essayé à une forme de Bd différente de ma zone de confort, et que ce fut une expérience instructive, mais je n'ai pas envie de tenter ce genre d'expérience trop souvent. Au niveau du dessin, là aussi, c'est pas du tout dans mes préférences, je connais mal Hostache, mais son dessin est bizarre, car il est énormément stylisé, je n'avais lu de lui qu'une seule Bd avec Tenzing - Sur le toit du monde avec Edmund Hillary où son dessin était plutôt sobre mais correct, alors que là, le début dès les premières pages est inesthétique et limite caricatural, et puis au fur et à mesure des pages, il devient plus esthétique, plus affiné, certaines cases sont même réussies, le tout restant un peu géométrique, les gros plans d'hommes sont anguleux et pas très beaux, les gros plans de femmes sont plus réussis, bref c'est pas affreux mais je n'en raffole pas.

15/09/2022 (modifier)