Pim Pam Poum (The Katzenjammer Kids)

Note: 2.68/5
(2.68/5 pour 19 avis)

La première bande dessinée, publiée en 1897. Pour la première fois des cases se suivent et racontent une histoire; les bulles font également leur apparition.


Best of 1930-1939 Charlie Mensuel Journal de Mickey King Features Syndicate Les chieurs Les Pionniers

Pam et Poum sont deux gamins turbulents. Il vivent sur une île avec leur tante Pim, le capitaine, le cousin Adolphe, l'astronome et Madame Rose, leur préceptrice. Au début en strips puis sous forme de courtes histoires, les "Katzenjammer Kids" multiplient les blagues et prennent fessée sur fessée. Toujours publié aujourd'hui, après de multiples dessinateurs et différents titres.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1937
Statut histoire Strips - gags 11 tomes parus
Couverture de la série Pim Pam Poum
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

16/04/2003 | Don Lope
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Pim Pam Poum, c'est une des séries qui ont marqué ma jeunesse quand je courais les vides greniers ou les brocantes avec mes parents pour récupérer des Mickey ou autres albums où je pouvais dénicher les aventures de ces joyeux trublions ! Ces Tom-Tom et Nana de l'époque me faisaient bien marrer, toujours au top pour trouver LA bêtise ou la farce à faire, même si cela se terminait inexorablement par une fessée administrée par Tante Pim ! En retombant dessus dernièrement, j'ai inévitablement fait mon curieux et remis le nez dans ces strips pour voir ce que cela donnait avec le temps. Forcément, j'ai depuis plus de bagage côté lecture, et plus le même âge non plus. Cela ne m'a pas empêché de sourire aux aventures de Pam et Poum, un peu à la façon madeleine de Proust. Si ce n'est certainement pas ce que je préfère aujourd'hui, cela reste pour moi une étape importante dans mon approche de la BD qu'il faut remettre dans son contexte, et c'est surtout l'esprit malin de ces deux garnements qui me plaisait.

13/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une lecture ancienne – datant de mes premières découvertes du Journal de Mickey, et qui m’est revenue en mémoire, un album m’étant tombé sous la main. Les blagues des garnements sont assez répétitives, et ce n’est pas toujours drôle, loin s’en faut. J’avoue n’avoir pas plus que ça accroché lors de cette relecture. Si je mets tout de même les trois étoiles, c’est d’abord parce que cette série doit être évaluée dans son contexte de création : elle a vieilli, certes, mais elle est vieille, et devait sûrement avoir un impact supérieur « à l’époque ». C’est surtout que j’ai plutôt de bons souvenirs en mémoire, quand je lisais ces histoires dans le Journal de Mickey : il faut donc ne la conseiller qu’à de très jeunes enfants ? Dans le genre garnements qui font les quatre cents coups, ça reste quand même un peu plus lisible que Quick et Flupke ! Peut-être une série que ne lisent que des nostalgiques ? En tout cas pas de raison de se ruer pour l’achat sinon.

24/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Le porte-étendard des strips humoristiques américains est sans conteste Katzenjammer Kids, plus connu en France sous le nom de Pim, Pam, Poum, la première véritable Bd créée en 1897 par Rudolph Dirks. Cette bande qui a inauguré le nom de "comics" (parce qu'elle était humoristique), est restée comme Les Pieds Nickelés en Europe, l'une des plus anciennes jusqu'à son arrêt définitif en 1979. Pourtant, ce n'est pas la première Bd au monde ; c'est "Yellow Kid" de Richard F. Outcault parue en 1895 dans le New York World édité par Joseph Pulitzer, qui fait office de pionnière. The Katzies comme on les surnommait, ont curieusement changé de mains en 1912, démontrant au contraire de l'Europe (où une oeuvre appartient à son auteur) , la toute puissance des journaux : Dirks désirant se retirer du New York Journal où il dessine ses héros, entre en conflit avec W.R. Hearst, le célèbre magnat de la presse qui détient ce journal ; il lui intente un procès qui sera tranché à la manière de Salomon : Hearst détenait les droits de la bande, mais Dirks conservait le droit de dessiner ses personnages sous un autre titre. En 1913, 2 versions voient donc le jour : l'une conservant son titre original était reprise par Harold Knerr, tandis que Dirks continue l'autre sous le titre Captain and the Kids. En France, la version Knerr sera la plus connue, publiée dès 1935 dans le Journal de Mickey, et je crois que beaucoup d'entre nous ont découvert cette Bd dans ce magazine. La version Dirks sera vue dans le journal Jumbo, puis dans L'Intrépide après la guerre. Les 2 séries vont coexister pendant longtemps, et de 1955 à 1972, les éditions Lug publieront un fascicule très populaire sous le titre Pim Pam Poum Pipo. Comment expliquer le succès durable de cette bande ? Dirks, né en Allemagne, s'était inspiré de Max und Moritz de Wilhelm Busch, précurseur de la BD en 1865 ; cette "histoire en image" présentait 2 odieux garnements allemands. Il garde l'origine germanique pour créer Hans et Fritz (Pam et Poum en France), redoutables polissons auteurs de vilaines farces parfois cruelles, leurs principales victimes étant Mama Katzenjammer (Tante Pim) et surtout der Captain, un vieux marin fainéant, ainsi que der Inspector (l'Astronome). Toutes les farces se terminent par des punitions ou des corrections, mais qui ne servent à rien puisque les 2 gamins récidivent. Ce joli monde vit dans un décor de fantaisie, et les gags reposent sur un comique d'agressivité dévastatrice. Dirks fait parler à ses personnages un sabir germano-américain très subtil, souvent peu facile pour les traducteurs. De son côté, Knerr se contente souvent de copier Dirks, son humour est plus pince-sans-rire, il est lui aussi d'origine allemande et introduit des noms germanophones dans les dialogues, mais il crée de nouveaux personnages comme Miss Twinddle (Miss Ross) et l'affreux Rollo (Adolphe) qui deviennent les nouvelles victimes des 2 garnements. La bande s'est ensuite un peu usée lors de différentes reprises. Vue aujourd'hui, elle a bien vieillie, et pourtant j'en raffolais en lisant le Journal de Mickey, mais je trouve qu'elle est dépassée, c'est un humour qui correspond à une certaine enfance, à une époque où des gamins comme moi n'avions pas grand choix dans les Bd d'humour. Je ne suis pas sûr que ça accroche les enfants d'aujourd'hui, et lorsque je me surprend à en relire un peu, c'est plutôt avec une douce nostalgie. Alors, il faut bien-sûr la respecter en tant que pionnière, et la découvrir avec ce bel album pour ceux qui ne connaissent pas, mais pour l'achat, c'est à voir.

29/08/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une série jeunesse qui ne s'adresse qu'aux jeunes donc si vous lisez ça pour la première fois à l'âge adulte il y a peu de chance pour que vous accrochiez. Cela a presque failli être mon cas. La raison pourquoi je n'ai pas totalement trouvé la série sans intérêt est que j'aime bien l'atmosphère que crée le dessin. On dirait un vieux cartoon comme je les aime. Et puis la plupart des personnages sont sympathiques. Je pense que le problème vient du fait que pratiquement tous les gags tournent autour de Pam et Poum. Je n'ai lu que l'album paru chez Vents d'Ouest donc peut-être que c'est différent dans d'autres albums, mais en tout cas dans cet album tout est pratiquement sur des bêtises que font les deux gamins et c'est un peu frustrant car je trouve que les autres personnages ont assez de potentiel pour avoir des gags juste sur eux sans Pam et Poum. Enfin, c'est à découvrir si on est amateur de vieille série ou qu'on veut absolument lire les séries qui ont marqué le 9ème art, mais il ne faut pas s'attendre à un chef d'œuvre.

13/11/2012 (modifier)
Par bab
Note: 3/5
L'avatar du posteur bab

Grand lecteur du journal de Mickey, j’ai découvert et lu les aventures de tante Pim, Pam et Poum au fil des années. Remis dans son contexte historique, cette série fait parfaitement son boulot, des strips, un style simple, une forme assumée d’humour de répétition et des conclusions souvent répétitives : la fessée. Il n’en demeure pas moins que les bêtises de ces garnements peuvent parfois laisser rêveur devant autant d’inventivité. Et les personnages secondaires ne sont pas en reste comme faire valoir de leurs bêtises.

05/11/2012 (modifier)
Par Seb94
Note: 2/5

Comme beaucoup, j’ai découvert les aventures de ces deux sales gosses par l’intermédiaire du journal de Mickey de mon enfance. Je dois dire que déjà à l’époque, je n’étais pas très captivé par ces aventures répétitives et assez vieillottes. Les gags ne m’ont jamais vraiment emballé et tout cela tourne un peu en rond. Pour ne rien arranger, je n’ai jamais éprouvé aucune sympathie pour Pam et Poum, ils m’apparaissent surtout insupportables… En plus, visuellement c’est plutôt moche et très daté, ce qui n’aide pas non plus à rendre cette série attrayante. Malgré tous ces points négatifs, je me dois de remettre cette série d’un autre âge dans son contexte de l’époque et reconnaître son impact sur l’évolution de la BD telle que l’on peut la connaître aujourd’hui.

02/11/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est l'une des séries que je lisais avec un grand bonheur quand j'étais un petit garçon ce qui me rappelle d'excellents souvenirs. Je me rappelle avoir dévoré les histoires plutôt courtes de ces deux garnements dans le "Journal de Mickey". Cette série joue surtout sur l'énormité des farces des deux gamins pour qui rien n'est interdit. Pam et Poum sont des garnements. Ils ne pensent qu'à faire des farces (parfois violentes) et à voler les tartes faites par tante Pim. J'ai appris bien plus tard que cette série avait été presque à l'origine de la création de la Bande Dessinée. Peu de comic strips avaient, auparavant, utilisé une séquence de dessins comme moyen de narration ou des bulles au-dessus d’un personnage pour symboliser la parole. Aujourd'hui, j'aimerais bien la posséder en tant que collectionneur. Je crois que c'est tout d'abord par nostalgie... Il ne s'agit pas de la rejeter car elle a apporté beaucoup plus qu'on ne le pense au monde de la BD. Bientôt 115 ans de publication ininterrompue, qui dit mieux ?

16/06/2007 (MAJ le 14/10/2012) (modifier)

Le journal de Mickey publiait les aventures de ces chenapans toujours prompts à réaliser des tours aux adultes les entourant. Petit, cette série m’ennuyait au plus haut point. Le dessin sommaire associé à un comique de situation à base d’explosion, de chutes, ou autres procédés basiques ne me faisait absolument pas sourire. Des petits monstres faisant des bêtises qui souvent finissent par leur valoir une fessée, voilà ce qui reste du contenu. En revanche, en replaçant le schmilblick dans le contexte du débit du XXème siècle, cette série devient mythe. Une juxtaposition de cases avec du texte, cela en fait, à priori, la première bande dessinée dans sa vision contemporaine. Signalons aussi l’abstraction des personnages dont on ne sait pas situer un lieu d’aventures, l’évolution des personnages le long de la série… Voilà qui devient franchement novateur et créateur. Les concepts naissent et le champ des possibles de cet art deviennent soudain apparent. De fait la lecture aujourd’hui n’est plus aussi négative qu’elle l’était dans le passé, aujourd’hui j’en serai presque ému de lire ce produit archéologique. Avouons également que si la qualité en absolu souffre d’un côté simplet, en qualité relative les aventures de nos sales gamins sont moins convenus et moralement bien pensant que la plupart de ce qui se fait à la même époque et même de façon postérieure. De là à acheter, certainement pas, à moins d’avoir l’âme d’un archéologue.

22/05/2012 (modifier)

Déjà petit je passais assez vite sur cette page au début de mon Journal de Mickey... Les graphismes plus que has-been me mettaient mal à l'aise, quand à la rigolade, elle n'était pas franchement au rendez-vous... Les gags sont des plus simples: pour faire simple, nos deux chenapans cherchent en permanence à faire tourner en bourrique le capitaine ou l'astronome, et c'est assez répétitif. Vous l'aurez compris, cette série était déjà trop vieille pour moi dans les années 80, alors imaginez maintenant que je ne fais même plus partie du public ciblé... (126)

21/05/2012 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Voilà de vieux souvenirs dignes du Journal de Mickey dont je possédais il fut un temps les exemplaires que ma maman a elle-même lue et cette série était l’une des plus représentées. S’agissant de strips sur un bandeau ou une pleine page, les situations ne sont que prétextes à diverses catastrophes opposant les frères Pam & Poum du titre aux méchancetés oisives du Capitaine et de l’Astronome (jamais compris pourquoi il portait ce nom là celui-là ?). Ce joli monde vit sur une île exotique et reprend un peu le principe des Trois Stooges pour enfants. Il faut bien sur reconnaitre que tout est vieillot mais que le principe du « je vais te faire mal ou t’arroser » marche plutôt bien et contrairement à d’autres strips, les garnements finissent parfois en grimaçant suite à une fessée souvent bien méritée et que pour une des toutes premières véritables bandes dessinées, ce n’est pas si manichéen et macho (le beau sexe est représenté par la tante Pim et une éducatrice aux physiques plus roublards qu’apétissants) et les dessins tout en rondeurs sont assez amusants. Sans en garder un énorme souvenir, voici une bande dessinée bien plus intéressante à lire que Arthur & Zoé dans un registre équivalent et une chouette intégrale avec papier d’époque serait tout à fait envisageable ! Et le coté historique est indéniable puisque les bases seront copiées et recopiées à l’infini par la suite. Comme quoi on n’a rien inventé !

14/05/2012 (modifier)