Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Vins d'Orient, de Babylone aux pharaons

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le nectar d’un roi. Le fruit d’une promesse.


Bouffe et boisson Corbeyran Le Vin Proche et Moyen-Orient

Antiquité. Dans son palais, le roi de Babylone convoque un marchand pour le charger d’une mission spéciale : dénicher le meilleur des vins afin qu’il puisse, en tant que monarque, profiter d’une boisson digne de son rang. Pendant ce temps, en Arménie, un vieux vigneron sur le point de trépasser, fait jurer à Abban, son plus jeune fils, de respecter sa dernière volonté : que son vin soit bu par une tête couronnée ! Porté à la fois par sa promesse et l’appel de l’aventure, le jeune homme embarque pour Emar rencontrer son destin. Et changer celui de sa famille.

Scénariste
Dessinateurs
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Mai 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Vins d'Orient, de Babylone aux pharaons

13/11/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Premier récit que je lis de cette série sur les vins signée par Eric Corbeyran, celui-ci m’intéressait dans la mesure où il revenait aux origines du breuvage, origines dont j’ignorais pour ainsi dire tout. Dans ce tome, les données historiques sont assez limitées même si le cadre m’est apparu plausible et reproduit avec un franc souci de crédibilité. J’ai le sentiment que tant au niveau du scénario que du dessin les auteurs ont cherché à reproduire fidèlement ce que pouvait être la réalité de l’époque (même si les physiques des personnes, trop souvent comparables aux critères actuels de séduction, épilation des aisselles comprise, me laissent dubitatif. Oui, je sais, c’est plus joli mais ce type de représentation d’humains nés il y a 4000 ans et tellement semblables aux mannequins actuels, ça fait un peu créationniste à mes yeux, comme si l’homme n’avait jamais évolué au fil du temps… ) Au niveau fictionnel, même si ce récit se laisse lire, on sent bien que les auteurs l’ont imaginé de sorte à ce qu’ils puissent aborder un maximum de points historiquement intéressants. Du coup, les personnages et leurs destins touchent peu… mais ça se laisse lire (ce qui n’est déjà pas mal). Je suis un peu moins con qu’avant et je ne me suis pas ennuyé durant ma lecture. Avec ce type d’œuvre, je n’attends pas vraiment plus (et je m’attends bien souvent à moins). Pas mal, en somme.

13/11/2021 (modifier)