François sans nom

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

François Sans Nom, ou l'histoire du poète François Villon ? Aventure et mystères autour de ce personnage du XVe siècle


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII

François sans nom est un arpenteur des sentiers, un vagabond qui se déplace au gré des opportunités que prodigue la France de Louis XI. On dit de lui qu’il serait le poète Villon, disparu on ne sait où depuis son exil forcé de Paris. François ne dément pas plus qu’il n’acquiesce. Son physique et son âge laissent à penser que sa vie n’est pas de tout repos. Jovial, érudit et débrouillard, il assiste un sculpteur à la réalisation des nouveaux ornements de la cathédrale, commandés en l’honneur de l’évêque Thibault d’Aussigny. Mais François préfère les plus provocantes, celles dissimulées au fond de son atelier. Félyzée, une jeune voleuse à la tire effrontée, croise un jour son chemin

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2013
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série François sans nom
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

30/05/2013 | PAco
Modifier


Par BDenis
Note: 4/5

(Avertissement : j'accorde toujours plus d'importance au scénario qu'au dessin) Le diptyque se déroule vers la fin du Moyen Âge. François est banni de la ville de Paris, pour des raisons qu'on ignore. C'est son parcours qui nous est alors conté. Il rencontre rapidement Félizé, une petite voleuse, débrouillarde par la force des choses. Nous suivons ainsi les pérégrinations de ce duo improbable. Cette aventure est très plaisante à lire, au gré de leurs rencontres et de leurs démêlés divers. Le dessin est d'un réalisme superbe, avec des extérieurs montrant les ruelles de village, les places avec leurs bâtiments, de toute beauté. Les couleurs sont magnifiques et rehaussent les ambiances particulières en intérieur comme en extérieur, elles contribuent grandement à l'excellence de l'ensemble graphique. Une réussite. 15 / 20

31/12/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une autre série historique dont je trouve le cadre historique plus intéressant que le récit lui-même. En effet, c'est une période de la France que je ne connais pas trop et j'ai été fasciné par ce que j'ai appris sur cette période qui me semble passionnante. En revanche, le scénario est moyen. Je le trouve stéréotypé et les personnages sont sans intérêt. Je ne me suis pas attaché à eux. C'est dommage car le contexte historique est comme je l'ai écrit intéressant et cela aurait pu donner une série de meilleur qualité. Le dessin réaliste est le genre de style sans personnalité qui me laisse indifferent.

16/09/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Voici un postulat excellent ! Même s'il n'est dit ouvertement par les auteurs que le François en question est bien François Villon, il y a plusieurs détails qui permettent à un connaisseur d'en déduire qu'il s'agit bien du poète des tavernes, le célèbre auteur de la Ballade des pendus. C'est une question que je me suis en effet souvent posée : qu'est-il advenu à Villon une fois qu'il a quitté Paris en janvier 1463 ? Rappelons qu'après le vol du Collège de Navarre, Villon est encore emprisonné au Châtelet comme récidiviste, questionné (c'est à dire torturé), jugé et condamné à "estre pendu et estranglé" ; ses complices sont pendus au gibet de Montfaucon. Dans cette attente, il écrit fébrilement sa célèbre Ballade des pendus où il manifeste son obsession des corps pourrissants. Il n'a plus de protections, mais il fait appel de la sentence, et contre toute attente, sa condamnation est commuée en une peine de 10 ans de bannissement de Paris. Il doit donc quitter la ville sur l'heure ; nous sommes le 8 ou 9 janvier 1463, Villon sort alors des murs de Paris et disparaît pour toujours, car après cette date, nous ne savons plus rien de lui. Il a pu lui arriver plein de choses, mais s'il a continué sa vie de rapines, il est possible qu'il n'ait pas fait de vieux os. Ou alors au contraire, hors de Paris et de ses tentations, s'est-il amendé ? Ou a-t-il changé de nom et d'état ? A-t-il péri assassiné ? A-t-il rejoint des Coquillards ? A-t-il assisté dans l'anonymat à l'édition de ses oeuvres en 1489 ? Autant de conjectures qui n'ont pas de réponses. J'ai lu quelque part que Rabelais pensait avoir vu "Maistre Villon sur ses vieux jours, retiré à Saint-Maixant en Poitou, grâce aux faveurs d'un abbé poitevin". Faut-il le croire ? En tout cas, les auteurs de cette Bd imaginent ce qui a pu lui arriver, et en font un marcheur qui sillonne les campagnes et les villages, et se met parfois au service d'un artisan en échange du gîte ; mais il gâche tout, poussé par sa haine pour l'évêque d'Orléans Thibaut d'Aussigny qui l'avait fait enfermer en 1461 dans ses cachots de Meung. Le tome 2 présente une secte de fous de Dieu comme il y en avait tant au Moyen Age, et parmi laquelle François et sa jeune protégée Félyzée trouvent refuge. Mais le développement de cet épisode me semble un peu excessif et peu crédible. Ceci me navre terriblement parce que j'ai le sentiment que les auteurs qui tenaient là un excellent concept, galvaudent un peu cette idée de façon un peu stupide ; le destin du poète méritait mieux, je trouve cette tentative un peu ratée, peu vraisemblable avec le caractère de Villon, il y avait bien mieux à faire en imaginant cet après 1463 ; il aurait pu aller trouver le roi Louis XI qui résidait rarement à Paris, plus souvent en Val de Loire, à Plessis-lez-Tours, puisqu'il avait fréquenté un temps la cour de Charles d'Orléans à Blois.. Sinon, l'environnement médiéval du XVème siècle est correct, la soldatesque, l'armement sont bien datés, de même que la justice expéditive et le mépris du petit peuple pratiqués par les ecclésiastiques tout puissants sont bien illustrés par le portrait de cet exécrable évêque d'Aussigny. Les décors sont conformes, tout est bien représenté par le dessin de Bianchini qui use d'un trait assez épais, rugueux et parfois un peu grossier, mais qui ne nuit pas à la Bd, au contraire, ça accentue la misère de cette époque où le peuple et les villages se relevaient durement après la fin de la guerre de Cent Ans. S'il doit y avoir une suite à ces 2 albums, je souhaite qu'elle soit un peu plus relevée pour monter ma note ; je met quand même l'achat car la Bd peut plaire à ceux qui s'intéressent à cette période..

18/02/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une bd fort bien dessinée. J'ai tout de suite été conquis par un dessin sublime grâce à des encrages réussis et des décors soignés. Pour le reste, on se plonge dans la France du XVème siècle où la religion dominait les esprits faibles d'un peuple miséreux qui panse encore les plaies de la guerre de cent ans. Le récit entre la voleuse et le sculpteur demeure assez classique dans son approche avec des personnages malheureusement bien caricaturaux. Cependant, le dynamisme des planches fait que l'action progresse et procure un plaisir de lecture. Le contexte historique est plutôt celui d'une époque charnière assez méconnue. On s'intéressera par conséquent aux détails historiques comme celui des coquillards. Au final, une série qui débute sous de bons auspices. Il faudra sans doute un peu relever le niveau narratif au prochain tome pour tenir en haleine le lecteur.

16/02/2014 (modifier)

J'aime beaucoup les poèmes de François Villon du moins ceux que j'ai lus ou entendus en autres par la mise en musique de Brassens. De même, j'avais beaucoup aimé le Je, François Villon de Jean Teulé. Ainsi quand j'ai entendu dire qu'une bd avait pour thème d'explorer ce qui était advenu de Villon quand ce dernier a disparu sans laisser de trace, je me suis précipité. On peut considérer cette bd presque comme une suite directe au roman de Teulé. Cependant pour l'instant si cet album n'est pas mauvais, il ne tient pas toutes ses promesses. Il s'agit encore d'un tome 1 de mise en place qui souffre beaucoup de son format 48 pages. De plus, si les auteurs tiennent selon moi un sujet en or, ils ne réussissent pas pour l'instant à sortir de situations et de caractérisation des personnages très stéréotypées. De plus alors que quand je lis une bd historique comme le Trône d'argile ou Cesare, je sens une érudition importante et un énorme boulot de recherche, ici pour l'instant et malgré la bibliographie conséquente du début, tout cela parait très léger et ne pas sortir du schéma archétypal de la bd historique. Plaisant mais un peu court pour l'instant 3/5

06/06/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Moi qui ne suis pas spécialement un adepte de ce genre d'album historique, c'est plus sur le nom de Villon et de l'aura qui entoure ce personnage que je me suis laissé embarqué par cette lecture. Plongée pénétrante dans ce Moyen Age du XVe siècle, au sortir d'une Guerre de Cent Ans qui aura marqué profondément la France. C'est dans ce décor saisissant et fort bien rendu que nous découvrons le personnage mystérieux que nous allons suivre au gré de cet album. Lui aussi n'a pas été épargné par cette période, on sent que ce personnage vif et tourmenté dont nous ignorons le passé a bien des choses à cacher... Sa rencontre impromptue d'une jeune petite voleuse va nous proposer un duo aussi intéressant qu’inattendu. Et si tout cela prend corps de la plus belle des manières c'est aussi grâce au dessin et à l'encrage travaillé de Marco Bianchini. Son trait réaliste permet une parfaite immersion dans cette période âpre et difficile. Les planches sont bien travaillées ; plans et mise en pages donnent à la narration l'élan nécessaire aux péripéties qui jalonnent ce récit. C'est peut-être le reproche principal que je ferais à cet album. On a l'impression qu'il se lit trop vite. A peine a-t-on eu le temps de se familiariser avec ses personnages que la chute tombe et qu'il nous faut attendre le prochain pour en savoir plus... Je n'ai pas réussi à franchement déterminer d'où venait cette frustration. Problème de rythme, de narration, de découpage du récit ? Je n'arrive pas à dire. J'attends donc la suite pour me prononcer plus clairement sur ce premier album que je qualifierait d'introductif. Une bonne présentation des personnages qui composent le récit, une dose de mystère sur les clés manquantes au passé de chacun et des pistes proposées pour le devenir de ceux qui restent... On joue avec nos nerfs et notre curiosité ! A suivre, donc...

30/05/2013 (modifier)