Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Saveurs du béton

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le quotidien d'une famille de Chinois en banlieue parisienne.


Immigrants Nouveautés BD, comics et manga Région parisienne

Les Saveurs du béton nous amène en Seine-Saint-Denis. De chambres de bonne en appartements partagés avec d’autres immigrés chinois, Kei et ses parents finissent par passer de l’autre côté du périph’ et deviennent propriétaires d’un trois pièces à Bagnolet. Kei se voit alors confrontée à un nouveau monde, celui de la banlieue, alors même qu’elle entre au collège et, par conséquent, dans l’adolescence. Kei donne une fois encore la parole aux invisibles et explore le quotidien, les rêves et les ambitions de ces enfants d’immigrés ayant grandi en banlieue. Elle s’intéresse en parallèle aux grands ensembles et plus particulièrement au quartier de la Noue, où sa famille a résidé à Bagnolet. (texte : Steinkis)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Avril 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Saveurs du béton

30/04/2021 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Après "Banana Girl", voici la deuxième partie de l'autobiographie de l'autrice Kei Lam, née à Hong Kong mais qui a grandi en France à partir de 6 ans. Vers 10 ses parents ont déménagé à Bagnolet, dans la cité de la Noue, afin d'avoir un peu plus d'espace et de lumière. Son père, rêvant de devenir un artiste-peintre de premier plan, coule une vie tranquille, préservant son mode de vie à la chinoise, et réduisant son intégration au strict minimum. Kei, elle, essaie de se mettre à la page, fréquentant d'autres enfants d'origine asiatique, des beurs et des blancs, découvrant la musique, la nourriture, d'autres cultures... C'est très sympa cette évocation de l'intégration, et de l'appropriation de son cadre de vie par une préadolescente. Un peu long peut-être, car les 224 pages ne couvrent qu'environ deux années de vie, même certains passages nous présentent une Kei adulte, rendant visite à ses parents auxquels elle tente de soutirer quelques renseignements ou anecdotes. Il y a quelques passages vraiment intéressants ou touchants, comme quand ses parents reçoivent une voisine victime des coups de son conjoint, les déplacements incessants à la préfecture pour obtenir des papiers ou les échanges de Kei avec un responsable lors d'une réunion de quartier. On sent une certaine tendresse pour ses parents, même quand il est évident qu'ils se plantent, et même pour sa Cité, malgré la violence, le béton et l'horizon a priori bouché... Le style graphique de l'autrice est assez rudimentaire, mais plutôt efficace dans sa mise en scène. Suffisamment en tous les cas pour que la lecture en soit agréable.

30/04/2021 (modifier)