Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Combientième

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Enquête à chute.


BD énigmes Etage par étage Les leporellos

Le combientième est le deuxième livre de la collection Façades. Adrien Houillère et Léo Duquesne y mettent en scène une enquête de l'inspecteur Pantaléon. En l'occurrence il s'agit de résoudre un meurtre, la victime a chuté d'un étage et c'est au lecteur d'observer chaque étage et ses habitants pour déterminer, à l'instar de Pantaléon, l'identité et les motivations de l'assassin.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Combientième

06/04/2021 | Noirdésir
Modifier


Par Josq
Note: 4/5
L'avatar du posteur Josq

Ce tome-ci de la collection Façades est pour l'instant le meilleur que j'ai lu. Le concept de la collection est simple : chaque leporello met en scène un bâtiment, un arbre, en tous cas un milieu vertical, et déroule une histoire en partant du haut du lieu choisi pour arriver en bas et terminer sur une chute, si possible surprenante et toujours amusante. Ici, le concept de "chute" est pris au sens littéral, puisque tout tourne autour de la chute d'un homme à partir d'un étage de l'immeuble qui reste à déterminer par le lecteur, afin d'être en mesure de dénicher le coupable. Le Combientième est le quatrième tome de cette collection que je lis et il est clairement celui qui exploite le mieux son concept jusqu'à présent. La forme est toujours aussi ludique (chaque section de l'histoire correspond à un étage), et l'enquête policière vient renforcer cet aspect, puisque le lecteur sait en outre que chaque dialogue peut cacher un indice qui le rapprocherait de la vérité. Révélée en toute fin d'ouvrage, la solution est un peu rocambolesque, mais c'est bien dans le ton du récit en général, et surtout, les révélations restent cohérentes avec l'ensemble malgré tout. Ce que j'aime, c'est surtout que, d'une, chaque dessin (= chaque étage) est très bien rentabilisé, tant dans son décor que dans les dialogues qu'on peut y lire. Et ce qui est réussi, c'est que ces dialogues sont drôles même en connaissant la solution, même en ne lisant pas ce leporello pour mener l'enquête, mais juste pour le plaisir. L'humour reste efficace, et devient même encore plus drôle quand on comprend en lisant la solution la raison d'être de telle ou telle ligne de dialogue. Pour moi, c'est donc le meilleur tome jusqu'à présent, car il ne se contente pas de dérouler un concept mal maîtrisé, mais au contraire, joue très bien avec les codes du leporello tout en créant une histoire cohérente et amusante. Rien d'absolument phénoménal non plus, mais une bonne lecture, drôle et prenante.

14/06/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Deuxième opus de cette originale collection de leporellos des éditions Polystyrène, ce Combientième se révèle assez riche. Même si, contraintes obligent, la lecture est assez rapide, il y a quand même ici une petite enquête policière (qui des habitants de chaque étage a balancé par la fenêtre sa victime ?). Le lecteur est prié de résoudre cette énigme (la solution lui étant donné en fin d’histoire, avec les indices qui ont pu ou auraient dû le mettre sur la piste). C’est un peu farfelu (et le mobile de l’assassin l’est encore plus), mais ça se laisse lire. Un petit exercice de style réussi, avec un petit, mais bel objet (encore une fois j’aime bien la couleur vert foncée choisie pour habiller cet accordéon). Une lecture sans prétention, mais pas sans intérêt. Note réelle 2,5/5.

06/04/2021 (modifier)