Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Dessiner encore

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

La dessinatrice Coco raconte "son" Charlie Hebdo et son traumatisme.


Attentat contre Charlie Hebdo Autobiographie Douleurs intimes La BD au féminin Terrorisme

« Seule dans le cabinet du psycho-thérapeute, j'essaie de mettre des mots sur l'indicible. L'attentat terroriste du 7 janvier 2015 tourne en boucle dans ma tête. La prise d'otage. Les tirs. Le silence. Les images. Comment expliquer l'effroi ? Pourquoi est-ce que je me sens si coupable ? Qui pourra comprendre l'extrême solitude qui m'a traversée ce jour-là ? J'explore un brouillard épais de sensations, d'émotions, de doutes. Les souvenirs, parfois, sont rendus flous par le choc traumatique. Je rencontre des morceaux de mémoire abîmés, incomplets. Tout est épars. Je tente de reconstituer l'après. Retrouver les vivants. Trouver la force de continuer malgré le traumatisme. Faire le journal dans le chaos et le deuil. Et dessiner... Je ne suis pas morte. Je ne suis pas blessée. Et pourtant quelque chose s'est fracturé. Je vis avec. Avec ce « 7 », lourd à porter, aussi écrasant que mon sentiment d'impuissance face aux deux djihadistes surarmés. Je dessine pour ne plus penser au « 7 ». Tout fout le camp en moi mais le dessin résiste. Alors je dessine et je dessine encore. »

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Mars 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Dessiner encore

11/03/2021 | Spooky
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Benjie

Un album d’une force incroyable qui confronte le lecteur au traumatisme dont Coco, de son vrai nom Corinne Rey, dessinatrice à Charlie Hebdo, est victime après les attentats. Le 7 janvier 2015, la jeune dessinatrice est prise en otage par des terroristes qui l’obligent à ouvrir la porte de la rédaction de Charlie. Et là, elle assiste au massacre de ses amis. La scène est terrible et le bilan humain effrayant. Depuis ce jour, Coco est en état de choc post traumatique, elle y est aussi submergée par une culpabilité tenace qui s’ajoute à son mal-être. Graphiquement, elle formalise cette submersion en dessinant d’énormes vagues bleues qui font immédiatement penser à l’estampe d’Hokusai (la Grande Vague de Kanagawa) et qui l’emportent. Entre récit chronologique des événements, autoanalyse de ses sentiments et angoisses qui la poursuivent obsessionnellement, Coco tente de trouver la bonne thérapie pour s’en sortir. L’album est d’autant plus émouvant que la dessinatrice raconte aussi les jours heureux, les jours d’avant où tout le monde s’engueulait joyeusement ! C’est vraiment un album à lire.

15/09/2021 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

Dessiner encore, ou comment continuer de vivre après ce traumatisme insurmontable qu'a vécu son auteur. Et on peut en effet se poser la question de savoir si ce livre est plus pour les lecteurs ou pour son auteur ? Pour faire oeuvre de devoir de mémoire, livrer un témoignage de première main, ou pour justement évacuer ces souvenirs infiniment douloureux ? Ce livre raconte de nombreux souvenirs. Avant l'attentat et après. Il parle de l'horreur de ce moment d'infamie, des séquelles, de Charlie et de ces personnages, amis ou collègues, tombés ou survivants, des tentatives pour surmonter l'insurmontable, de détails de la vie de ces personnes assassinées, et de la vie qui continue malgré tout. L'histoire n'est donc pas très construite. Et l'album commence par une séquence sur l'EMDR peu sympathique qui ne donne pas envie de l'aimer. C'est seulement après, avec monsieur Jean, que commencera vraiment l'histoire. Les pages concernant l'attentat sont juste glaçantes. Coco arrive à faire passer par le dessin l'indicible, et je pense avoir eu les yeux écarquillés pendant de longues minutes. Au final ce témoignage est fort, et je suis content de l'avoir lu. Mais je ne pense pas le relire. Note réelle : 3,5 / 5.

24/04/2021 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

7 janvier 2015... Les frères Kouachi pénètrent dans l'immeuble qui abrite la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo. Au même instant la dessinatrice Coco quitte ses camarades pour aller chercher sa fille. Près de la sortie elle rencontre les deux terroristes. Sous la menace d'un fusil mitrailleur, elle va les mener à eux. On connaît la suite. L'horreur absolue. Coco restera prostrée des semaines, aura l'impression de ne plus vivre, terrassée par le chagrin, comme une suite de déferlantes qui ne s'arrête jamais. Elle va pourtant suivre une thérapie, et même plusieurs, avant de remonter, doucement, la pente. C'est l'histoire de ce traumatisme, de sa longue rédemption, qu'elle nous raconte dans ce livre, émaillée de souvenirs savoureux de sa collaboration avec quelques figures disparues du journal, comme Cabu, Wolinski, Charb, Tignous... Il en résulte un livre poignant, fort, douloureux, l'un des plus sincères et puissants sur ce choc que fut (et reste) l'attentat contre Charlie hebdo, que Coco, caricaturiste, a su mener à bien seule, avec son style simple mais très évocateur, ses caricatures tendres envers ses amis tombés face au terrorisme, livrant au passage des mots forts au sujet du journalisme, de la censure, de l'obscurantisme, retraçant d'ailleurs la chronologie des évènements depuis l'affaire des caricatures de Mahomet. Essentiel. Comme son besoin de dessiner encore et encore pour exorciser sa colère, sa haine, sa tristesse et sa peur.

11/03/2021 (modifier)