Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Mademoiselle F.

Note: 1.33/5
(1.33/5 pour 3 avis)

Déboires, réflexions et jeux de mot d'une femme actuelle.


Femmes d'aujourd'hui

Mademoiselle F qui ne s'appelait pas ainsi à l'époque, qui ne s'appelait pas du tout d'ailleurs, est née en 2004 dans l'hebdo féminin belge « FLAIR ». Chaque semaine paraît un dessin qui illustre une rubrique traitant des préoccupations des lectrices : « Ma mère se mêle de ma vie », « je change tout le temps d'avis », « c'est mal de dire du mal ? », « On se sépare, je le mets sur Facebook ? », etc. Ces deux albums recueillent ces différents dessins d'ambiance comme autant de réflexions sur la femme actuelle et ses préoccupations.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Avril 2012
Statut histoire Strips - gags 2 tomes parus
Couverture de la série Mademoiselle F.

28/12/2020 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’ai lu que le premier tome, mais il me suffira amplement. C’est un recueil de strips, du tout venant comme on peut j’imagine en voir au kilomètre dans un magazine féminin lambda. Pas de gaufrier, de cases, décors et dessins minimalistes, on mise donc tout sur l’humour, des dialogues (même si c’est essentiellement l’héroïne, mademoiselle F. donc qui parle, peu) et/ou des situations. Et c’est là que le bât blesse. En effet, aucun gag ne m’a fait rire, et j’ai dû vaguement sourire, par faiblesse, une ou deux fois. Ce n’est réellement pas drôle, absolument pas surprenant, et assez monocorde. C’est rempli de clichés, mais jamais pour en jouer, sur un second degré qui ferait passer la chose. Non, ici, on enfonce des portes ouvertes, et du coup certaines choses me gênent. La mademoiselle en question est une sorte de nunuche obnubilée par son poids, sa ligne, qui ne cherche pas à travailler mais veut de gros salaires (elle ne pense qu’à avoir de l’argent – pour le shopping, son apparence). Et pour satisfaire ses besoins d’argent (et/ou son appétit sexuel), elle couche avec à peu près tous les hommes. Pourquoi pas, mais elle affirme à un patron qu’elle n’a rien contre le harcèlement sexuel. Bref, passent ici des choses un peu nauséabondes. Pas drôle, défendant les stéréotypes, voilà une série franchement oubliable.

17/03/2021 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 2/5
L'avatar du posteur PatrikGC

Je connaissais Manager mode d'emploi (du même auteur, texte et dessin) dont l'humour ne vole pas toujours très haut, et là, avec cet album, je viens de découvrir qu'on peut arriver à voler encore plus bas, nettement plus bas. Le graphisme est assez mignon et fort lisible, mais le scénario n'est franchement pas à la hauteur et ça me désole, d'autant qu'il y avait de bonnes choses à faire sur le sujet (d'autres séries le font très bien). Il est quand même malheureux qu'un album humoristique n'arrive même pas à vous arracher un vrai sourire. Il y a même des ''gags'' auxquels ma femme et moi n'avons rien compris, c'est triste...

28/12/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce recueil de gags ne m’a pas fait rire. La plupart du temps, il s’agit de réflexions en une case et une ou deux phrases. Parfois nous avons droit à un strip en trois cases. Dans tous les cas, la thématique se veut tendance actuelle et sexy. Mademoiselle F. dégage l’image d’une jeune femme qui couche un peu avec tout le monde, qui n’a rien contre le harcèlement sexuel, qui n’aime pas trop travailler, qui veille sur son apparence, (poids, vêtements, coiffure). Ses comparses ne sont pas en reste, les copines sont angoissées par leur poids, le patron est obsédé par les femmes. Honnêtement, je trouve l’ensemble des personnages assez quelconques et déplaisants. Quant à l’aspect humoristique, et bien comme déjà dit, je n’ai jamais trouvé ça drôle. Le dessin rond et très lisible, passe bien, quant à lui… mais convient clairement mieux en dessin d’illustration dans un magazine que comme support pour une bande dessinée (ces dessins étaient publiés à l’origine pour illustrer des articles dans un magazine féminin). Est-ce de la bande dessinée ? Autant que « Le Chat » de Geluck, serais-je tenté de dire. Mais bon, je trouve chez « Le Chat » des éclairs de génie dans ses réflexions que j’ai été très (mais alors là, trrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèssssssssssssss) loin de retrouver ici.

28/12/2020 (modifier)