Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Daisy - Lycéennes à Fukushima (Daisy - 3.11 Joshikouseitachi no Sentaku)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n'ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu'elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n'était, quand même une simple pluie représente la menace d'une contamination radioactive ?


Adaptations de romans en BD Akata / Delcourt Catastrophe de Fukushima Kodansha La BD au féminin : le manga Shojo

Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape et... Est-il possible de construire leur avenir sur cette terre polluée qu'est-devenue Fukushima ? En tant que filles, en tant que femmes, en tant que futures mères... Tandis que le reste de la jeunesse japonaise et du monde a le droit de profiter de sa vie dans l'insouciance, tandis que le monde entier a oublié le drame qui s'est abattu sur Fukushima et que ses habitants tombent dans l'oubli, quel avenir s'offre à ces adolescentes, à l'aube de leur vie d'adulte ?

Scénariste
Auteurs oeuvre originale
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Mai 2014
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Daisy - Lycéennes à Fukushima

22/10/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Ce shojo a bon fond. Son objectif est de rendre hommage aux habitants de la région de Fukushima suite à la catastrophe nucléaire et en particulier aux jeunes femmes. En prenant pour héroïnes un petit groupe de lycéennes quelques mois après l'accident, il nous permet de découvrir leurs nombreuses interrogations, leurs doutes à l'idée de rester ou non vivre sur place et sur la manière dont elles doivent appréhender les choses. On comprend leurs angoisses permanentes, à l'idée de manger la nourriture locale ou non, mais aussi à l'idée de porter atteinte à leurs proches en se laissant aller à la peur et en risquant de détruire la culture et l'économie de leur région. On découvre aussi la manière dont elles subissent la vision du reste du Japon et sont parfois vues comme des pestiférées. Et si le premier tome est très axé sur la vie quotidienne et amoureuse des héroïnes, leur angle de vue s'élargit avec le second tome notamment quand elles visitent un camp de réfugiés ou portent un avis critique sur la politique gouvernementale. Le fond est donc louable… mais dans la pratique, ce manga m'a ennuyé. Sur la forme, c'est un shojo très classique, avec son dessin épuré, sans personnalité, focalisé sur les visages des protagonistes et très peu de décors, et beaucoup de dialogues dans tous les sens. C'est un récit bavard, sans réel fil narratif autre que de montrer différentes facettes de ce que les habitants de Fukushima peuvent vivre ou ressentir, vu par des yeux d'adolescentes. Il s'y passe diverses choses mais jamais rien de vraiment prenant ou de fondamentalement intéressant. Et les protagonistes ne sont pas suffisamment attachants pour donner envie de les suivre, même sur seulement deux tomes. En outre, le discours est un peu flou. Dans le premier tome, l'héroïne se fait plusieurs fois la réflexion qu'il est inutile de jouer la carte du courage ou de la motivation car il ne suffit pas d'espoir ou de bonnes intentions pour réduire le danger de la radioactivité, alors que la série se conclut sur un beau discours indiquant que tous ensemble on va surmonter la crise avec courage et détermination. On peut donc éliminer la radioactivité en se tenant tous la main dans un bel élan de solidarité ? Ca ressemble à une pirouette d'une auteure qui cherchait comment conclure son récit sur une touche optimiste et politiquement correcte. Bref, ce n'est pas vraiment une lecture que je conseillerais malgré ses bonnes intentions.

22/10/2020 (modifier)