Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Square Eyes

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Dans cette dystopie sombre, l'architecte Anna Mill met son talent au service d'un propos fort et d'une interrogation sur notre réalité urbaine dans un monde digital où personne ne gère véritablement notre environnement.


Anticipation Auteurs britanniques La BD au féminin Les Réseaux sociaux Nouveautés BD, comics et manga Utopies, Dystopies

Pour la première fois de sa vie, Fin sort du réseau. Quelques mois plus tôt, elle avait inventé un programme si puissant et étrange qu'elle était devenue invincible. Jusqu'à ce qu'elle ne le soit plus. Maintenant, elle est bloquée hors des systèmes virtuels qui contrôlent la société. Une autre femme vit dans son propre appartement comme si de rien n'était. Fin n'a pas le moindre souvenir de comment tout cela a pu arriver... Pendant ce temps, des gens disparaissent mystérieusement des rues de la ville et la technologie qu'avait inventé Fin pourrait en être la cause. Texte : Editeur.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Septembre 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Square Eyes
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

05/10/2020 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Le message (avertissement ?) de cette BD n’est pas foncièrement nouveau ou original, mais plus que jamais d’actualité. Anna Mill et Luke Jones nous présentent une dystopie où la réalité augmentée (technique qui consiste à juxtaposer des données virtuelles sur le monde réel) est couplée à un réseau social omniprésent et à une connexion directe au cerveau (donc pas besoin d’appareil, votre vision du monde est modifiée en temps réel). Les réflexions sont multiples : inégalité d’accès au réseau (toutes les zones de la ville ne sont pas équipées), dépendance sociale (on ne peut rien faire sans être connecté, pas trouver de boulot etc.), contrôle des masses, et surtout données personnelles dans les mains de quelques illuminés aux intentions plus que douteuses. Tout cela vous rappelle-t-il Facebook ? Les appareils de réalité augmentée « Hololens » de Microsoft ? Elon Musk (le fondateur de Tesla et SpaceX) qui connecte une puce au cerveau d’un cochon ? A-t-on ici affaire à de la science-fiction, ou à notre futur proche ? La narration est volontairement nébuleuse et onirique, pour représenter l’état second du protagoniste principal, et de manière plus générale les dangers de la connexion cérébrale permanente, avec cette frontière floue entre les mondes réel et virtuel. A ce titre la lecture est parfois éprouvante, même si je n’ai jamais complètement décroché (tout devient plus clair dans la deuxième moitié du récit). Et puis disons-le : « Square Eyes » est aussi une énorme claque graphique. Anna Mill a utilisé des techniques de dessin traditionnelles, et si son trait est en soi maitrisé et fourmille de détails, il est sublimé par la représentation parfaite de la réalité augmentée : le réseau juxtapose des couleurs et autres « améliorations » à la triste réalité (représentée en noir et blanc). L’autrice est diplômée en architecture, et cela se ressent dans son dessin : minutie architecturale, crédibilité du monde jusqu’à dans ses moindres détails… détails montrés dans les nombreux passages contemplatifs. J’ai mis beaucoup de planches dans la galerie, mais vous en trouverez encore plus ici (en VO). Un OVNI graphique, et un scénario classique mais terriblement efficace, et qui fait froid dans le dos. Une première œuvre impressionnante pour Anna Mill et Luke Jones, deux jeunes auteurs britanniques à suivre.

05/10/2020 (modifier)