Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

L'Abolition - Le Combat de Robert Badinter

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Le combat d'un grand avocat pour faire abolir la peine de mort.


Avocats Bichromie Les grandes affaires criminelles

« C’est la mort que vous réclamez. Pas la justice. » 1972. Dans la nuit du 27 au 28 novembre, Robert Badinter, avocat, assiste impuissant à l’exécution par guillotine de son client Roger Bontems. Incapable de se résoudre à l’idée qu’on ait pu mettre à mort celui qui n’a pas tué, il fait de l’abolition de la peine de mort ­- cette sanction qui rend chacun de nous complice d’un assassinat commis par l’État, le combat de sa vie. Quelques années plus tard, c’est Patrick Henry qui est promis à l’échafaud. Qu’importe, si Badinter n’a pas pu sauver l’innocent, il sauvera le monstre. Car ce n’est pas le kidnappeur et meurtrier d’enfant qu’il doit défendre, mais la sanction capitale qu’il doit éradiquer. Le procès de Patrick Henry s’apprête à entrer dans l’histoire comme celui qui verra disparaître la peine de mort en France… Ce passionnant roman graphique, centré sur deux des procès les plus emblématiques de Robert Badinter puis sur son accession au poste de Garde des sceaux, revient sur un pan essentiel de l’histoire judiciaire française : le combat pour l’abolition de la peine de mort. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Février 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Abolition - Le Combat de Robert Badinter

19/08/2020 | Noirdésir
Modifier


Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

J'étais bien curieux de lire cet album, dont l'achat coïncide, à quelques jours près, avec le quarantième anniversaire de l'abolition de la peine de mort en France. Je suis le parcours de Marie Bardiaux Vaïente depuis plusieurs années, admiratif de son énergie pour que l'abolition de la peine de mort soit universelle. Car de nombreux pays, et non des moindres, continuent à l'appliquer, dans des conditions qui seraient ridicules si elles n'étaient pas dramatiques et barbares. Pour en revenir à l'album, il est en effet centré sur le personnage de Robert Badinter, promoteur et lui-même activiste acharné en faveur de cette abolition. La scénariste a choisi de ne pas faire une biographie classique, mais plutôt de se concentrer que quelques évènements qui ont jalonné la vie et la carrière de Badinter, et forgé ses convictions. Deux affaires, symboliques, ont retenu son attention et sont brièvement racontées dans cet album. Celle de Claude Buffet et Roger Bontems, condamnés à mort, non graciés et exécutés, alors que le second n'a tué personne. Celle de Patrick Henry, coupable de l'un des assassinats les plus glauques connus, condamné à mort, gracié. Deux affaires dans lesquelles Badinter est l'avocat de la défense. François Mitterrand élu Président de la république, Badinter est nommé Garde des Sceaux, et a pu plaider l'abolition de la peine capitale devant les deux chambres du Parlement, en septembre 1981. Et obtenir sa récompense, l'issue victorieuse de ce combat essentiel pour la justice et pour la République. Avant de voir le bourreau de son père, déporté pendant la guerre, être condamné à la prison à perpétuité. Des symboles forts que ces affaires, que Marie Bardiaux-Vaïente raconte de manière factuelle, presque froide, afin de toucher le public le plus large possible. Un seule petit regret par rapport à ces choix narratifs, le peu… (lire plus)

16/10/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Comme le titre l’indique, l’album est entièrement tourné autour d’un homme, Robert Badinter, et du combat de sa vie d’avocat et d’homme, à savoir l’abolition de la peine de mort. Quatre événements (parfois en partie traités avec des flash-backs) balisent cet album : le génocide dont ont été victimes ses parents – et auquel il a échappé par miracle, et à la fin, la victoire, avec le vote de l’abolition de la peine capitale, alors que Robert Badinter est devenu Garde des sceaux. Entre ces deux événements, deux procès emblématiques occupent l’essentiel de « l’histoire » : le procès Bontems, où son client est condamné à mort puis exécuté (alors qu’il n’a tué personne), procès qui va marquer à vie Badinter, puis le procès Patrick Henry, tueur d’enfant (celui dont l’aveu avait fait « peur à la France », pour reprendre une expression du journaliste vedette de l’époque, Roger Gicquel, justement moqué par Coluche). Badinter va transformer ce procès d'un meurtrier cynique en procès de la peine de mort, et arriver, contre vents et marées, contre l’opinion publique, et les aveux terribles de l'accusé, à éviter la guillotine à Patrick Henry, pour ensuite poursuivre son combat jusqu’à l’abolition. L’album est très factuel, ce qui le rend lisible, mais aussi ce qui donne un traitement froid qui parfois peine à retranscrire l’émotion, la violence qui imprègne le sujet et ces procès célèbres. Mais le combat de Badinter est bien montré – même si c’est parfois un peu rapide (mais une importante bibliographie/filmographie en fin d’album peut permettre à qui le souhaite d’approfondir le sujet. Une chronologie très intéressante clôt l'album, reprenant les différentes étapes ayant mené à cette abolition, depuis le milieu du XVIIIème siècle en France. Le dessin de Kerfriden est clair et efficace, usant d’une bichromie froide adaptée au… (lire plus)

19/08/2020 (modifier)