Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lola

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Lola : la séduction à l'état pur, provocante et charnelle


Echo des Savanes Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

A travers le portrait de Lola, sensuelle, sûre d'elle, insaisissable et impudique, Varenne cherche à quoi peuvent bien rêver les filles d'aujourd'hui au sein d'un monde artistique et de la nuit, souvent suffisant et théâtralisé.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1993
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lola
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

05/06/2020 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce récit a été prépublié dans l'Echo des Savanes en 1993, je ne l'avais qu'effleuré à l'époque car au final, les récits de Varenne ont tendance à me laisser indifférent. J'apprécie toujours son dessin, mais le fond de ses histoires est pratiquement toujours le même. Ici, on retrouve des éléments déjà vus dans Erma Jaguar (en moins trash cependant) et d'autres Bd du même style comme Amours fous ou Erotic Opéra, à savoir une sorte de jungle parisianiste qui gravite dans les milieux artistiques et le monde de la nuit, sauf que Varenne se met en scène. Il dresse le portrait de Lola, une sauvageonne trouble et terriblement futile, et donne à travers elle, la vision de toute une nouvelle génération de jeunes filles, celles des années 90, libres, irrésistibles, provocantes et parfois dangereuses ; il montre que les relations de ces filles avec les hommes peuvent être chaotiques, chacun risque de se brûler les ailes. C'est ainsi que Lola entretient une relation plutôt compliquée voire trouble avec Védrine, un dessinateur de bandes dessinées érotiques. En fait, il s'agit d'un double de Varenne qui se projette dans ce personnage qui lui permet de professer un certain nombre de vérités ou d'affirmer des déclarations provocantes du style : "Il suffit de dessiner une femme bien bandante avec de gros seins et de grosses fesses, et de la faire trousser par devant, par derrière, n'importe quand et n'importe où". Il a beau trouver des alibis culturels, pour lui, la théâtralisation du sexe, les nouvelles parades amoureuses, le libertinage glauque et la mort de l'affectivité sont des thèmes qu'il a envie de traiter dans ses Bd, d'où une démarche qui aurait pu être intéressante. Mais en fin de compte, ce récit transpire l'aspect superficiel et je n'en retire pas grand chose, même pas un plaisir de lecture qui reste au ralenti, tout ceci me semble vain et sans grand intérêt, je ne dois pas être la cible de ce type de bande. Le trait souple de Varenne qui campe des filles sensuelles, rehaussé par l'utilisation du lavis et de trames, est agréable à regarder et fait toujours son petit effet ; le ton est érotique sans être vulgaire, on est dans le domaine du fantasme, mais comme je l'ai dit, je ne suis plus réceptif à ce ton spécifique qui a tendance à m'ennuyer.

05/06/2020 (modifier)