Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Marie de Bois et les Sœurs de la Côte

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Un équipage féminin part à la recherche d'un fabuleux trésor, aidé par les deux morceaux (haut et bas) d'un capitaine néanmoins décédé, mais restant amateur de boissons fortes.


Pilote Pirates

Bien sûr, divers désagréments surviendront tout au long de ces 47 planches comme des pirates sans tête, ainsi que diverses petites trahisons. Après diverses péripéties invraisemblables, le trésor sera enfin à portée de main, bien qu'il ne soit pas celui qu'on attendait.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1985
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Marie de Bois et les Sœurs de la Côte
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

26/04/2020 | PatrikGC
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voila une histoire de pirates, oui mais très insolite et à prendre au troisième degré, car elle n'est pas dans le style des bandes habituelles telles que Barbe-Rouge, Jean le Long ou Yorik des tempêtes... l'aspect fantastique est assez marqué, on a des morts qui reviennent à la vie, des bagues qui parlent et plusieurs autres fantasmagories, je ne veux pas trop en révéler pour laisser la surprise de la découverte, mais ça vaut le détour, et on peut dire que ça préfigure un peu la saga de films Pirates des Caraïbes, mais en plus sérieux. En plus, il y a un équipage féminin, mais ça c'est pas absolument inédit puisqu'on verra des femmes pirates dans Les Furies, et on sait que des femmes ont intégré des équipages au XVIIIème siècle. Ce qui est intéressant, ce sont les différentes péripéties toutes plus étranges les unes que les autres qui surviennent, oniriques et un brin surréalistes composant une épopée délirante sur fond de chasse au trésor. Billon et Dubos, auteurs que je connais assez mal, ont fait paraitre ce récit dans les pages du journal Pilote, alors dans sa formule mensuelle en 1982, mais je n'en avais plus aucun souvenir, en tout cas, c'est une redécouverte intéressante. Je sais que Billon a longtemps collaboré avec Forest, notamment sur Barbarella, et son travail s'en ressent, on y constate des ressemblances, non seulement dans le graphisme, hachuré et travaillé, assez proche des gravures du XIXème, ainsi que dans l'envahissante bichromie verte qui parsème cette aventure (et qui par endroits dessert un peu la Bd), mais aussi dans l'intrigue qui est placée sous le signe de l'onirisme, composante essentielle du travail de Forest, c'est donc une sorte d'hommage graphique et scénaristique. Au final, comme je disais, c'est intéressant et singulier, mais je n'ai pas totalement adhéré à cette histoire, je n'ai d'ailleurs jamais été un fan de Forest. Vraie note : 2,5/5.

15/05/2020 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 3/5

Assez foutraque, fortement inspiré et influencé par Forest dont on retrouve l'esprit et même le trait. C'est juste une histoire pour rêver un peu, un zeste poétique, avec des idées loufoques, des personnages improbables et un scénario Pirates des Caraïbes en plus stone (si, si, c'est possible). Les amateurs de logique cartésienne sont priés de passer leur chemin... Le dessin ressemble beaucoup à du Forest, j'ai même cru un moment que c'était lui au pinceau. Néanmoins, si l'influence est là, vers la fin de la BD, le trait semble se personnaliser. Quelques donzelles en petite tenues ayant la verdâtre couleur qui remplit toutes les planches, car l'album ne recèle que 3 teintes : blanc, vert et noir. Ce qui donne un ton étrange à une histoire qui l'est déjà beaucoup !

26/04/2020 (modifier)