Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Parfum de soie

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le Japon au XIXe siècle. Une jeune femme cherche sa voie avec pour seule armure un kimono de soie.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune La BD au féminin Le Japon historique

Le jour où Isako livre un nouveau kimono à l’okiya, elle n’imagine pas que son père va la vendre, avec pour perspective de faire d’elle une geisha. La jeune fille est précipitée dans un univers aussi hostile que fascinant, sommée de démêler les fils d’un destin qu’on a tissé pour elle. D’intrigues en chausse-trappes, l’étau se resserre dans les froissements d’étoffe, et alors que l’heure de son examen approche les comptes doivent être soldés.

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Janvier 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Parfum de soie
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2020 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Avec "Parfum de soie" les auteurs de cet album nous entrainent dans le Japon de la moitié du XIXe siècle pour nous faire (re)découvrir les affres de la fonction de geisha. La jeune Isako est envoyée par son père tisserand de soie renommé livrer un kimono à l'okiya. Elle est loin d'imaginer que celui-ci va en fait la vendre dans la perspective de faire d'elle une servante ou une geisha. Isako va alors découvrir un monde sans pitié où chacun à un rôle et une place à tenir dans une société souvent hostile, où chacun ne cherche que son intérêt particulier. Pour autant, elle va aussi découvrir un univers fascinant où la recherche des arts traditionnels peuvent apporter richesse et épanouissement, mais à quel prix... Cet album d'une centaine de pages à le mérite de nous plonger de façon documentée dans le quotidien du Japon du XIXe et de nous transformer en petite souris dans la cour d'une institution formant les geishas. L'histoire est bien construite, le dessin réaliste est plutôt bon, c'est juste la colorisation que je regrette un peu ; je l'ai trouvé un peu terne par moment ou trop saturée à d'autres. Car si le dessin s'applique à rendre les détails du quotidien ou des habits sophistiqués de l'époque, je trouve que le colorisation ne leur rend pas honneur. Voilà donc une immersion intéressante dans cette période phare du Japon et des clichés qu'on en connait, pour autant j'ai trouvé qu'il manquait une petite étincelle à ce récit pour en faire quelque chose de réellement passionnant. Les amateurs du Japon devraient cependant y trouver leur compte.

14/04/2020 (modifier)