Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Philippe Auguste

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Un portrait d'un des 5 grands rois de France de l'époque médiévale, Philippe II Auguste, fils du roi Louis VII, qui a non seulement connu un long règne mais surtout qui a affermi le domaine royal par d'importantes conquêtes territoriales, et dont le règne sera occupé par son incessante guerre contre les Plantagenêt


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Les Croisades Richard Coeur de Lion Rois et Reines d'Europe

Philippe "Dieudonné" Auguste nait à Paris en 1165. Il est tentant d'établir un contraste entre la fragilité nerveuse qui lui faisait craindre pour sa vie en s'angoissant pour rien, et la ténacité retorse de sa politique. Héritant d'un "petit" royaume, les possessions capétiennes étant bien modestes face aux possessions continentales des Plantagenêt, Philippe n'eut de cesse de combattre cet ennemi d'abord en la personne de Henri II puis de ses fils dont le principal fut Richard Ier Coeur de Lion, qui en même temps était son vassal et qui devait lui rendre hommage. Les contemporains du roi admettaient déjà sa grandeur car il réussira à quadrupler le domaine royal, faisant de la France un Etat puissant devant lequel le pape dut s'incliner, et même les Plantagenêt qui perdront toutes leurs possessions (exceptée la Guyenne) jusqu'à la guerre de Cent Ans. A sa mort en 1223, Philippe laissait un royaume craint et respecté à son fils Louis VIII.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Novembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Philippe Auguste

26/03/2020 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Agecanonix a bien planté le décor, je n’ai pas grand-chose à ajouter sur ce point, pour ne pas entrer dans un cours trop long (j’aime beaucoup cette partie du moyen-âge, et garde encore un très beau souvenir de ma lecture des livres de Duby « Le dimanche de Bouvines » et « Guillaume le maréchal » sur cette période) Gabella a choisi un plan classique, chronologique, dans lequel il a placé les moments importants de ce règne qui – même embelli par les chroniqueurs – est, par sa durée et le renforcement du pouvoir capétien (territorial, administratif), au cœur de la montée en puissance des rois de France. Le simple fait qu’après lui son fils n’ait plus besoin de se faire couronner avant son règne est significatif. Le côté didactique permet d’être relativement complet, mais peut aussi ankyloser style et « romanesque ». Ça se laisse tout de même lire (la richesse de ce règne aurait pu amener au moins un diptyque je pense). Gabella a fait le choix judicieux d’évoquer la réécriture de l’histoire, et de faire apparaitre les failles de l’homme, du roi. Par contre, j’ai trouvé le dessin inégal et décevant. Bon sur certains passages, mais franchement raté sur d’autres (flou, traits effacés, erreurs de perspective ou de proportion) : un aspect bâclé qui parfois dessert franchement l’album.

01/03/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ce tome de la collection Ils ont fait l'Histoire m'intéressait particulièrement étant donné que c'est un des moments dans ce long Moyen Age qui me captive le plus avec celui de la guerre de Cent Ans. Aussi avais-je une attente anxieuse de voir le résultat. J'en sors à peu près satisfait, mais d'abord plantons le décor. La figure de Philippe Auguste est celle d'un grand souverain, c'est incontestable, son règne long de 44 ans sera gage de stabilité pour la dynastie capétienne ; en 1180, à son couronnement, cette légitimité capétienne est déjà bien assise, mais son prestige viendra surtout de sa gloire militaire (comme la victoire de Bouvines qui donne à la monarchie capétienne un éclat inégalé), de ses ruses à entretenir la discorde entre les grands seigneurs qui lui résistent, et de l'accroissement considérable du domaine royal, car lorsqu'on étudie une carte de 1180 et une carte de 1226 à la mort de Philippe, on voit que le domaine capétien était ridiculement petit, s'étendant au nord de Paris vers l'Oise, et au sud jusqu'à Orléans et une frange du Berry. Les domaines Plantagenêt s'étendaient de la Normandie, l'Anjou, le Maine jusqu'au duché de Guyenne qui englobait l'Auvergne et le Poitou. La Bretagne était un fief mouvant de la couronne britannique. Si bien qu'à la mort de Philippe, il ne restera plus aux Plantagenêt que la Guyenne. La tâche visant à conter tout ceci n'était donc pas aisée, il fallait montrer la rivalité entre le Capétien et les Anglo-Normands, le travail de sape accompli par Philippe pour reconquérir tous les grands fiefs continentaux qui donneront enfin un visage de la France assez proche de celui que nous connaissons. Pour cela, Matthieu Gabella qui a déjà participé aux scénarios de Saint Louis et de Philippe le Bel dans cette même collection, s'y entend et a adopté une narration chronologique qui est mieux adaptée pour cerner celui qui est considéré par les historiens comme un des 5 très grands rois de France du Moyen Age, avec Saint Louis (son petit fils), Philippe le Bel, Charles V et Louis XI. On retrouve donc la plupart des événements connus et même certains méconnus comme le revers subi à Fréteval en 1194 ou la victoire de la Roche-aux-Moines par son fils Louis (le futur Louis VIII) en 1214. Parmi les faits importants : la croisade menée auprès de Richard avec qui Philippe était encore ami en 1189, le siège d'Acre, le siège de Château-Gaillard en 1204, verrou de la Normandie qui permet à Philippe de reconquérir cette province après la mort de Richard, la bataille de Bouvines, grande victoire en 1214 sur la coalition formée par le nouveau roi d'Angleterre Jean Sans Terre (dernier fils d'Henri Plantagenêt et d'Aliénor), de l'empereur Otton IV, du comte de Flandre et du comte de Boulogne. Sur le plan administratif, la mise en place des baillis et des sénéchaux pour mieux contrôler les prévôts, agents du roi aux pouvoirs étendus et souvent abusifs, est aussi une avancée importante pour mieux centraliser le pouvoir. La vie privée de Philippe est aussi abordée, on sait qu'il était borgne, qu'il devint assez vite chauve mais qu'il avait malgré ça belle allure ; sa vie conjugale fut chaotique puisqu'après la mort de sa première épouse, il se remaria avec Ingeburge de Danemark qu'il répudia presque aussitôt pour une raison inconnue, sans consommer le mariage, de plus il la retint prisonnière au donjon d'Etampes ; il se remaria une troisième fois, mais le pape l'obligea à reprendre la pauvre Ingeburge sans pour autant cohabiter avec elle. Je regrette quelques oublis comme l'implication plus explicite de Philippe dans la lutte des fils d'Henri Plantagenêt contre leur père (révolte soutenue par Aliénor), l'embellissement et la fortification de Paris avec la construction du donjon du Louvre, du mur d'enceinte gigantesque, le pavement de plusieurs rues, l'édification de la cathédrale Notre-Dame, et aussi les nombreuses forteresses à travers le royaume, notamment les fameux donjons circulaires dits capétiens (à Gisors, à Dourdan, à Lillebonne, à Chinon...). Il y a aussi le discours du roi et ses remerciements à tous ses feudataires et chevaliers au soir de Bouvines, de même que la croisade des Albigeois avec le rôle de son vassal Simon de Montfort est à peine évoqué. D'autres faits auraient mérité de figurer dans cet album, mais il fallait faire des choix, et surtout les auteurs ont évité l'héroïsation de ce roi ainsi qu'une certaine imagerie populaire. Au niveau historique, c'est donc assez correct, le grand défaut de cet album vient de sa partie graphique ; le dessin n'est pas joli, il est quelconque, terne, fade, peu appliqué et peu attractif, avec une colorisation moche. Il est quand même dommage que par rapport à des Bd historiques actuelles, Glénat n'ait pas trouvé un dessinateur un peu plus léché, quand on voit ce qui est fait sur Aliénor, la légende noire ou Le Trône d'argile, cette Bd fait très pâle figure à côté, et je n'ose imaginer ce qu'un gars comme Calderon aurait fait sur un tel matériau. Je sors à demi déçu de cette lecture, ou à demi satisfait , c'est au choix, à cause de cette partie graphique, je trouve que pour une Bd historique, ce point est important et doit donc être soigné.

26/03/2020 (modifier)