Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

No direction

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Angoulême 2020 : Prix du meilleur polar Dans ce récit choral, Emmanuel Moynot suit « caméra à l’épaule » deux jeunes tueurs en série, Jeb et sa petite amie Bess, en cavale sanglante dans une Amérique déglinguée et crasseuse.


Angoulême 2020 : les gagnants ! Angoulême : récapitulatif des séries primées Bichromie Road movie Serial killers

En vingt chapitres coup de poing, montés en 8 pages comme des comics, on va croiser tour à tour les destins de la belle Maxine et de ses deux fils, de Bo sa brute épaisse de compagnon, du Pasteur Cletus, plus amateur de jeunes filles que de vin de messe, d’un représentant d’aspirateurs qui sillonne les routes en Camaro, d’un motard juché sur une Norton Commando… Et pendant que Jeb et Bess sèment les cadavres sur leur route, Brett Edmund, le shérif adjoint de Sugar Grove mène l’enquête, en essayant de ne pas entraver celle de l’agent spécial Thomson, jolie blonde venue de l’Est…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série No direction
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/02/2020 | Alix
Modifier


Par Yann135
Note: 2/5
L'avatar du posteur Yann135

Ordinairement une BD avec une telle histoire aurait dû me captiver. Deux âmes torturées, deux jeunes tueurs fous pour une virée violente au sein d’une Amérique déglinguée. Malheureusement je n’ai pas accroché. Un dessin noir et blanc trop atone et des stéréotypes trop marqués. L’atmosphère sordide qui émane de cette histoire m’a poussé à acheter cette BD. Cependant l’errance de Jeb et de Bess ne m’a pas captivé et je suis au final resté sur ma faim.

14/03/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

J’avais repéré cet album avant qu’il n’obtienne son Fauve Polar Angoulême 2020, notamment grâce à sa superbe couverture. L’histoire « road movie américain » est d’un classicisme assumé, et raconte les déboires d’une brochette de personnages miséreux : un couple de jeunes tueurs en série, des maris violents, des femmes tentant de survivre dans toute cette folie, un prêtre ayant un penchant pour les jeunes filles... et une detective du FBI sur la piste des dits tueurs en série. La narration passe d’un personnage à un autre, sans aucun lien apparent dans un premier temps, mais tout ce beau monde converge petit à petit, pour un grand final qui ne décevra pas. La narration est maîtrisée même si il faut rester bien concentré pendant la lecture, sous peine de décrocher. La mise est image est superbe et renforce la noirceur du récit, même si j’ai par moment eu un peu de mal à discerner certains visages, ce qui n’aide pas à la compréhension. Les lieux typiques de ce genre d’histoire (les motels miteux, les stations service isolées, les bourgades poussiéreuses et leurs « diners » etc.) sont superbement représentés. Un polar noir, très noir, et rondement mené... une chouette découverte, et un Fauve selon moi mérité !

02/02/2020 (modifier)