From black to white

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un danseur afro-américain met son destin sous la tutelle de la carrière de Mickaël Jackson, figure du noir devenu blanc. Un curieux focus sur l’émancipation raciale aux USA, mais vrai hommage au king of pop.


Musique Racisme, fascisme

Curtis naît dans une famille noire à Harlem en 1963, l’année du célèbre discours de Martin Luther King et de l’assassinat de JFK. Soit une année lourde de symboles politiques. A cette époque, la lutte pour les droits civiques des noirs américains bat son plein. James Meredith bénéficie d’une protection militaire pour pouvoir entrer à l’université ; les athlètes vainqueurs aux jeux olympiques montent sur le podium en levant le poing ganté des black panthers ; et Mohamed Ali réclame dans une tribune scandale la fin de la guerre au Vietnam. Curtis, lui, place son destin sous la bannière d’une autre figure montante de la communauté afro : Mickaël Jackson. Il est subjugué par cet autre enfant de son âge qui danse et chante comme nul autre. C’est décidé, plus tard, il deviendra Mickaël Jackson. Son talent éclate à l’église, pendant un gospel qui lui permet de danser dans l’allée et d’épater les fidèles. Le pasteur, qui n’est autre que son père, trouve en lui une grâce providentielle, qui assurera à terme, pour sûr, la subsistance de la famille. Pourtant, c’est plutôt en écoutant les 33 tours que son grand frère Tommy a chapardés, que Curtis va peaufiner son talent. Les disques des Jackson Five guideront désormais sa vie. Or à cette époque, leur père sombre définitivement dans la folie, et leur mère sombre dans la dépression. Tommy doit donc assumer un rôle de protecteur pour toute la famille… et il s’y emploie par le fruit de divers larcins. C’est grâce à cet argent malhonnêtement gagné qu’il paie en une seule fois plusieurs années de cours de danse à Curtis…

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Octobre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série From black to white
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/10/2019 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est plutôt une bonne idée que d'avoir relié l'histoire d'une famille afro-américaine avec celle du prodigieux chanteur Mickaël Jackson. On sait qu'il est passé du black au white à cause soi-disant d'une rare maladie. Cela explique également le titre de cet ouvrage. Il faut dire que la condition de la population noire aux USA n'a pas été très facile. Ce récit commence avec l'assassinat du militant pour la paix qu'a été Martin Luther King pour faire progresser la cause. C'est une histoire assez communautaire comme on ne les aime pas trop dans notre pays laïc. L'actualité sera défilée jusqu'à la mort du King of the Pop en 2009 pour surdose de médicaments. On s'apercevra que progressivement la condition a été améliorée notamment avec en point d'orgue l’élection de Barrack Obama. Il faut dire que Colin Powell avec ses armes de dissuasion massive n'a pas vraiment aidé (c'est évoqué dans la bd). Notre héros va se lancer dans la danse jusqu'à ouvrir une école repérée par la star elle-même qui lui rendra visite pour recruter des danseurs pour sa toute dernière tournée « This is it ». Il y aura comme un doux parfum de nostalgie. Les chansons demeureront intemporelles.

29/10/2019 (modifier)