Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Une année sans Cthulhu

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Après Souvenirs de l'empire de l'atome et L'Eté Diabolik, Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen nous reviennent pour un nouvel opus... dédié aux années 80 cette fois.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Jeux de Rôle Sud-Ouest

Quelque part dans le Lot au milieu des années 1980... Un groupe d'adolescents joue au jeu de rôle "L'Appel de Cthulhu". Quand un massacre inexplicable perpétré dans une villa provoque le trouble dans la petite ville et ravive des rancoeurs que l'on pensait enterrées, tout laisse à penser que cette innocente partie a livré le village aux mains du plus sanglant des dieux sanglants de l'histoire de l'humanité...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Une année sans Cthulhu
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

21/10/2019 | Mac Arthur
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 2.5/5 Cet album est étrange et je n'arrive pas à cerner mon ressenti à son égard. Il brasse une foule d'éléments geeks qui me parlent directement. Jeux de rôles, Lovecraft, jeux vidéos, sorcellerie, civilisations disparues... c'est mon rayon et je devrais vraiment adorer une BD qui prend ces sujets pour thèmes. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai bondi sur la lecture de cet album quand j'en ai eu l'occasion... pour ça et aussi parce que j'aime beaucoup l'originalité et le graphisme dont ces auteurs ont su faire preuve ici mais aussi dans leurs oeuvres précédentes dans le même esprit : Souvenirs de l'empire de l'atome et L'Eté Diabolik. Alors original, l'album l'est ! Graphiquement beau, il l'est aussi ! Mes sujets de prédilection cités plus haut y sont aussi en plein coeur de l'intrigue ! Du coup, pourquoi ça n'a pas fonctionné ? Difficile à dire. Je crois qu'avant tout le rythme du récit est bizarre. Il se disperse dans beaucoup de directions, il a un côté embrouillé alors que le scénario est pourtant relativement linéaire. Il est parfois lent, parfois rapide voire haché. Les relations entre les personnages sont aussi un peu étranges. Le comportement de la peste de service notamment m'a paru irréaliste et changeant, tant dans son outrance à elle que dans la manière dont les autres protagonistes réagissent à son égard, lui laissant souvent passer des choses inacceptables sans qu'on comprenne bien pourquoi. J'ai aussi trop souvent confondu les deux héros dont les personnalités et l'aspect visuel se démarquent trop peu. Et le cœur de l'intrigue se révèle confus au final. Je serais bien en mal de la résumer, j'ai l'impression d'avoir lu plusieurs récits en un qui se mélangent en désordre alors que les auteurs tentent de tout imbriquer tant bien que mal. De même le ton semble parfois réaliste et d'autres fois complètement abracadabrant. Bizarre et difficilement captivant... mais original, là-dessus, rien à redire...

01/08/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Je rejoins l'avis de Mac Arthur (une fois n'est pas coutume :) ) M'étant offert cet album les yeux fermés, je me réjouissais de le lire tranquillement posé dans mon fauteuil préféré. J'avais adoré Souvenirs de l'empire de l'atome et L'Eté Diabolik. Ce coup-ci la sauce ne prend pas. Je ne sais pas pourquoi. La lecture est parfois un peu confuse. Ça reste plaisant, je suis toujours grand fan du duo, cependant quelque chose ne fonctionne pas...il doit manquer Cthulhu !

25/01/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je n’ai été que moyennement convaincu par cet opus. Le dessin d’Alexandre Clérisse est toujours aussi agréable. De nombreuses références tant visuelles que scénaristiques nous replongent bien agréablement dans ces années 80. Mais à côté de cela, j’ai trouvé toute la première partie du récit poussive et la fin quelque peu nébuleuse. Reste une partie centrale qui, elle, m’a vraiment bien accroché… ainsi que de nombreuses bonnes idées mais dont les développements m’ont égaré. Résultat : je reste sur ma faim. Peut-être qu’une relecture me fera changer d’avis. Peut-être en attendais-je de trop…

21/10/2019 (modifier)