Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

KidZ

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Aurélien Ducoudray et Jocelyn Joret revisitent le récit de zombies avec un point de vue de gamins de 10 ans dans un concentré de culture pop fleurant bon l’Entertainment des années 1980. KidZ : ou la rencontre improbable entre Stranger Things et Bienvenue à Zombieland sur une bande-son de Gorillaz !


Zombies !!!!!!

Voilà 3 mois qu’une terrible épidémie a transformé la population en zombies avides de chair fraîche. Seulement, après avoir dévoré la presque totalité de l’humanité, les morts-vivants eux-mêmes commencent à dépérir et tombent de famine les uns après les autres... C’est dans une banlieue ensoleillée de Californie au doux parfum de fin du monde que Ben, 10 ans et encore traumatisé par la mort de ses parents, forme avec ses potes le dernier bastion de l’humanité. Et entre chasse des zombies survivants, expéditions pour amasser vivres, jouets et comics, le tout filmé par le bien nommé Spielberg, la vie s’écoule plutôt paisiblement au cœur de leur enceinte construite avec les moyens du bord. Jusqu’au moment où quelque chose de pire qu’une reprise de l’épidémie, une catastrophe nucléaire ou les 4 anneaux clignotants d’une Xbox 360 vient frapper leur petite communauté : deux filles ! Jusqu’ici habitués à chiller au bord de la piscine en mangeant des barres chocolatées et jouant aux jeux vidéo, comment les garçons vont-ils réagir aux nouvelles coutumes bizarres de Polly et sa petite sœur Sue ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Janvier 2019
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série KidZ
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/10/2019 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Kidz est la contraction d’enfant dans un monde de zombies (genre World War Z). On retrouve une ambiance digne de la série Seuls où des enfants ont survécu à un apocalypse zombie. Il est vrai que cela nous pend au nez. Malgré que cela soit destiné à un public jeunesse, il y aura tout de même des scènes assez gores. Il faut dire que le genre oblige. C’est également une bd assez formatée qui se termine sur un cliffhanger afin de maintenir le lecteur en haleine et à poursuivre l’aventure au second tome. Pour l’instant, les enjeux ne sont pas encore clairement définis mis à part aller d’un point A vers un point B. Il y a également des scènes qui sont nettement sur jouées ce qui provoque un petit agacement. Je ne savais pas non plus que les zombies peuvent mourir de faim : c’est la nouveauté introduite par cette œuvre inspirée de Walking Dead. Le graphisme est soigné avec un découpage assez dynamique surtout pour les scènes d’action. Au final, ce n’est pas si mal que cela pour une bd survivaliste. Je note que le scénariste Aurélien Ducoudray est celui qui a produit le plus de sorties bd différentes au cours de l’année écoulée. On relèvera également la possibilité d'imprimer le jeu de plateau de cette BD en toute fin d’album.

09/12/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Kidz est une série avant tout destinée aux jeunes lecteurs qui rassemble -en quelque sorte- l’univers de Walking Dead et celui de Seuls. De Walking Dead, nous récupérons les zombies que nos jeunes héros dégomment à grand coup de latte dans le coin de la tronche. De Seuls, nous héritons de la bande de jeunes héros qui doit se débrouiller sans le soutien d’adultes. Dans les deux cas, nous héritons principalement des aspects les plus légers de ces deux séries. Le côté pervers et tordu de Walking Dead et de ses méchants emblématiques n’est pas de mise ici (et c’est heureux dans une série qui se destine avant tout à un jeune lectorat). De Seuls nous n’héritons pas du suspense et de l’aspect fantastique le plus original produit par cette soudaine absence d’adultes (et c’est plus regrettable). J’ai redouté en début de récit de tomber sur une histoire uniquement centrée sur l’action. Les personnages très caricaturaux et des scènes violentes assez gratuites m’ont en effet faut craindre le pire. Et puis, progressivement, par petites touches, le passé des différents acteurs nous est dévoilé tandis que de nouveaux personnages font leur apparition. Et sans renier l’aspect « action » de cette série, les auteurs en font une œuvre moins superficielle, moins gratuite. Les personnages deviennent plus profonds et donc plus intéressants. Le dessin très moderne de Jocelyn Joret convient bien à cette série. Sa rondeur et son style caricatural apportent un peu de légèreté. Le dynamisme est bien présent et les personnages ont tous une identité graphique bien marquée qui évite toute confusion. A réserver à un jeune public, sans doute (entre 10 et 14 ans, je dirais, à la louche) mais pas mal du tout dans son genre. Une série « pop-corn » avec un petit supplément d’âme.

08/10/2019 (modifier)