Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Silencio

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Silencio est à la fois une plongée sauvage dans l’enfer carcéral et une ode au dépassement de soi. Un récit poignant où le Basket sert de chemin vers la rédemption, illustré par le jeune et talentueux Gabriel Germain. (texte de l'éditeur)


Basket-ball Prisons

1990, alors que le soleil californien lézarde ses murs de béton armé, le pénitencier du comté de Los Angeles accueille un nouvel arrivant. Grand, élancé, tatoué, chevelu, le jeune homme entre de plain-pied dans l’un des plus cruels établissements carcéraux du pays. Aussi causant qu’un macchabé, aussi appétissant qu’un danseur étoile, le jeunot a tout pour se faire dessouder le premier soir, devenir le souffre-douleur des matons ou le favori des brutes du mitard. Son nom ? Peu importe. La raison de son emprisonnement ? Qui s’en soucie ? Ici, personne ne vient donner d’explications et encore moins en demander. Une seule chose attire l'œil du « nouveau » : le terrain de Basket. Si le combat pour la survie de notre héros se joue sur le terrain, sa rédemption n’est pas forcément le trophée de la victoire...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Mai 2018
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Silencio

20/06/2019 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai un peu craint au début de lire une sorte de Foot 2 rue transposé dans le milieu du basket (certains aspects du dessin, certaines scènes m’y avaient fait penser). Ça s’en est un temps écarté, mais hélas pas assez. En effet, l’aspect proprement polar (les flash-backs, la violence en milieu carcéral) reste trop en retrait. Il ne faut vraiment pas être allergique au basket, parce que l’essentiel de l’album est en fait occupé par des matches de street basket, avec gros plans, ralentis (on n’est pas chez Olive et Tom, mais ça lorgne dessus !). La fin elle-même (j’ai lu l’histoire dans l’intégrale) est un peu brutale, et m’a elle aussi laissé sur ma faim. Pour gros fans de basket avant tout, les autres peineront à trouver de quoi les intéresser je pense. C’est en tout cas à réserver à un lectorat plutôt jeune (ados) et pas trop regardant quant à la profondeur de l’intrigue ou des personnalités des protagonistes. Note réelle 2,5/5.

14/09/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Silencio aborde un sujet assez original puisque nous sommes plongés dans une compétition de street-basket en milieu carcéral. Bienvenue donc dans une prison d’état made in USA, avec ses clans, sa violence… Et pourtant ce récit va s’avérer très positif dans son état d’esprit. De fait, le personnage principal -le fameux Silencio- va trouver dans cette compétition une planche de salut, tant pour son acceptation au sein de cette prison que comme premier pas vers une possible réintégration dans la société. Le traitement scénaristique de cette histoire est franchement influencé par le style manga. C’est rythmé et on ne s’ennuie pas. Des flash-backs permettent de découvrir le passé de Silencio et les raisons de son emprisonnement… mais des raccourcis faciles sont bel et bien présents. Les personnages sont assez caricaturaux et les exploits physiques de certains d'entre eux relèvent plus du fantasme que d’une recherche d’authenticité. Mais le plaisir de lecture est bien présent. Les trois albums se lisent vite et avec plaisir. Le destin de Silencio en fait un véritable héros pour adolescents, avec ce côté bad-boy taciturne capable d’encaisser, qui se donne à fond (fond qu’il a bon, fondamentalement) et qui ne renonce jamais. Le dessin, que j’ai trouvé excellent dans son genre, mélange des influences diverses. L’encrage lui donne un côté « comics » tandis que le découpage des scènes de match me semble plus influencé par le style manga (mais de haut vol). Les poses sont très naturelles dans tous ces passages et Gabriel Germain a l’intelligence –et le talent nécessaire pour le faire- de ne pas utiliser d’effets artificiels (genre lignes de perspectives pour suggérer la vitesse). Le rendu est donc très naturel, très réaliste et contrebalance parfaitement les aspects plus fantaisistes du scénario. Du coup, on y croit ! En définitive, Silencio a été une bonne surprise pour moi. Récit sportif avec les stéréotypes du genre, il apporte un autre regard grâce à son cadre carcéral. Un excellent investissement pour qui aime ces deux genres (et je pense vraiment que beaucoup d’ados devraient adorer). Mieux que "pas mal" mais un peu trop caricatural pour que je dise "franchement bien"... mais c'est à lire !!

20/06/2019 (modifier)