Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Oiseaux lumineux

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Conte philosophique.


La vie en suspension

Dans une cité désolée dérivant dans l'obscurité, des hommes à la tête emprisonnée dans des cages traquent les derniers survivants pour leur voler leur âme. Cependant, une force oubliée sommeille... Laissez-vous emporter dans un formidable voyage; un voyage humaniste et universel; un voyage qui vous marquera à jamais. (quatrième de couverture)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Février 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Oiseaux lumineux
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/06/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je découvre avec cet album la maison d’édition, et cet auteur roumain, dont le travail – graphique en particulier – mérite indéniablement d’être connu et reconnu. C’est en effet ce qui saute aux yeux dès qu’on ouvre l’album (et ce qui me l’a fait acheter – j’allais dire les yeux fermés, mais ce serait plutôt les yeux écarquillés !) : j’ai vraiment trouvé très beau l’univers créé par Andrei Puica ! Un univers qui fait la part belle à l’onirisme, à un fantastique merveilleux, tout en développant en parallèle un monde quasi post apocalyptique, une cité dans l’espace sans ancrage (géographique, sidéral ou temporel), sur laquelle une sourde fatalité oppresse quelques rares survivants. Et ce qui magnifie vraiment ce dessin et cet univers, c’est la colorisation, qui joue sur toutes les nuances du mauve, du violet, en allant parfois vers des verts pâles. Un univers noir et lumineux à la fois, d’une grande beauté, très géométrique (quelque chose des décors d’Escher parfois). L’histoire est, elle, moins facile à appréhender, et surtout à résumer. Certains aspects la font pencher vers un public jeune, mais en fait ce n’est pas vraiment le public cible. Car il y a, par-delà la poésie de l’ensemble (un peu du "Roi et l’oiseau" de Prévert et Grimault, dans certaines séquences – les décors, un peu la colorisation, mais aussi l’omniprésence de plumes m’y ont fait penser), un conte philosophique qui se révèle plus difficile d’accès et ne livre pas facilement tous ses secrets. Mais peu importe, je me suis laissé porter par le courant, sans chercher à le remonter pour en trouver la source. Mais c’est clair que l’intrigue peut rebuter certains lecteurs. Une chouette découverte, achat d’impulsion que je ne regrette pas. Note réelle 3,5/5.

27/06/2020 (modifier)