Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

A comme Eiffel

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Biographie de Gustave Eiffel, l’ingénieur amoureux.


Bâtiments et architectures Biographies

Que cache la vie publique étonnamment lisse de Gustave Eiffel ? Nous connaissons ses grands travaux (sa Tour, la structure de la statue de la Liberté, le canal de Panama...), mais l’homme beaucoup moins... Ingénieur paradoxal (il pratique le magnétisme, fréquente Victor Hugo et la franc-maçonnerie), Eiffel entretient un rapport particulier avec les femmes de sa vie : sa mère, sa fille, sa femme et surtout sa cousine Alice avec qui il vécut une relation cachée pendant de très nombreuses années. Alice, la muse qui inspira peut-être par son initiale la fameuse tour. Alice, dont la beauté emportait le rigide Eiffel, travailleur infatigable et apôtre de la technique... Entre réalité historique et fiction romantique, A comme Eiffel nous entraîne à la rencontre d’un Icare moderne qui connut l’ascension puis la chute, vivant aujourd’hui encore dans nos imaginaires à l’ombre de son œuvre la plus célèbre.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série A comme Eiffel
Les notes (2)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

22/05/2019 | Mac Arthur
Modifier


Par cac
Note: 4/5

Magnifique couverture déjà, très poétique où l'on voit Gustave Eiffel et sa cousine main dans la main comme s'ils marchaient sur les nuages. Et si la tour Eiffel représentait la lettre A, une immense tour érigée en symbole de l'amour de Gustave envers sa cousine Alice ? Sauf que forcément ce n'était pas très bien vu cet amour interdit, et Eiffel, né Bonickhausen d'ascendance allemande, sera marié à une autre femme qu'on lui impose et avec qui il fondera une famille. Bien sûr c'est romancé et sans doute idéalisé et dramatisé, mais la vie de cet homme est un roman. On suit dans cette biographie sa jeunesse où il est élevé par sa grand-mère, les choix éducatifs de sa mère d'une famille plutôt bourgeoise et conventionnelle puis ses différents projets d'architecture jusqu'à son acmé de l'exposition universelle. Il a beaucoup travaillé sur des ponts et viaducs dont beaucoup hors de France ou encore des gares comme à Budapest. On apprend des choses dans ce livre de plus de 100 pages mais sans non plus rentrer dans les détails architecturaux. Clairement l'histoire d'amour d'Eiffel est le point central, je n'avais jamais entendu cette théorie avant. Le tout m'a bien plu.

23/02/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

A comme Eiffel nous permet de découvrir l’homme derrière son œuvre, voire au travers de son œuvre. La vision qu’en donnent Martin Trystram et Xavier Coste est en tous les cas empreinte de romantisme… à un tel point qu’il m’est difficile de tout prendre pour argent comptant. Mais ce portrait sensible et humain aura eu le mérite de m’intriguer. Ce jeune architecte, écrasé par une mère possessive, frustré de son grand amour de jeunesse pour des raisons d’intérêt, glandeur magnifique puis travailleur infatigable et visionnaire, adepte du magnétisme et franc-maçon, ce personnage donc a tout du héros de roman. Et c’était une bonne idée d’en faire la biographie en mettant en avant son amour pour sa cousine Alice, sa muse, son moteur. La lecture est instructive et agréable. Les grandes étapes de son parcours nous sont livrées au travers d’un récit fluide, loin d’un académisme soporifique (je ne supporte plus ces biographies scolaires dans lesquelles s’enchainent dates et faits au grand dam de l’émotion). L’homme y est toujours mis en avant, et si certains faits moins reluisants me semblent avoir été minimisés, les auteurs nous dressent là un beau portrait d’un homme complexe. Le dessin, expressif et joliment colorisé, donne une fausse impression d’être resté à l’état d’ébauche. A titre personnel, j’ai bien aimé. C’est facile à lire, épuré mais pas trop et les personnages sont bien typés. Je regrette juste quelques longueurs, quelques redites qui allongent finalement inutilement (à mes yeux) ce récit, mais c’est à lire, selon moi, si l’homme derrière son œuvre vous intéresse. L’achat, lui, me semble plus dispensable, même s’il ne s’agit pas d’un mauvais album. A vous de voir, j’ai envie de dire…

22/05/2019 (modifier)