Dans la tête de Sherlock Holmes

Note: 4/5
(4/5 pour 5 avis)

Une enquête de Sherlock Holmes mais vue du point de vue du célèbre détective et non plus de celui du Dr Watson


Ere Victorienne Londres Sherlock Holmes et cie

Le Dr Herbert Fowler a été retrouvé au matin dans une rue de Londres, blessé et en état de choc. Ses propos décousu et son amnésie ont attiré l'attention du détective le plus réputé de Londres, Sherlock Holmes. Des traces d'une poudre suspecte sur les vêtements de la victime ainsi que la présence dans une de ses poches d'un ticket de spectacle bien particulier donnent à penser à Sherlock Holmes. Le Dr Fowler n'est pas une victime isolée, d'autres Londoniens ont disparus. Serait ce lié a un spectacle de magie à l'affiche au même moment

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Mai 2019
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Dans la tête de Sherlock Holmes
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

12/05/2019 | sloane
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5 Coups de coeur du moment
L'avatar du posteur gruizzli

Les auteurs étant de passage au festival de Illzach, j'ai suivi les conseils de Calimeranne pour une petite dédicace et enfin découvrir cette BD qui avait fait l'unanimité lors de sa sortie. Et je n'en suis pas du tout déçu, je crois bien que c'est une de mes meilleures découvertes de ces derniers jours ! La BD est une réelle surprise, une réelle bonne surprise qui plus est. Et surtout, parce que je crois bien que c'est la BD la plus inventive que j'ai vue récemment. Rien que par la couverture, le ton est donné. Et les pages ! Mon dieu, ces pages ! Une merveille d'inventivité, et je ne veux même pas savoir combien de temps cela a pris pour les faire. Une ingéniosité qui est présente quasiment à chaque page, dans le découpage, la mise en scène des cases, l'alliance texte/dessin. Ça c'est de la BD intelligente, de celle qui sait utiliser au maximum les possibilités de son média pour le plaisir de l'histoire et de la lecture. Réellement, je suis sous le charme de cette colorisation, de ce trait et de cette façon de paginer les cases. Une inventivité et un sens de la composition qui va de pair avec l'histoire, c'est une réussite totale. Surtout dans le cadre d'une enquête de Sherlock Holmes. Et à ce niveau là, le scénariste est à saluer : il a réussi à retranscrire en bande-dessinée toute l'ambiance victorienne de Conan Doyle, avec les manières de Sherlock Holmes, les intonations pédantes et parfois méchantes envers Watson, sa façon de réfléchir et de déduire, tout est exactement dans l'esprit des Sherlock Holmes que j'ai dévorés au lycée. A la fois une excellente enquête non-officielle de Sherlock Holmes, un hommage bien senti et une BD réussie qui donne envie de découvrir la suite de l'histoire. Cette enquête est à ranger directement dans les meilleures de l'inspecteur. J'attends avec impatience le tome 2 pour voir la façon dont tout ceci se conclura, et pour une enquête c'est du tout bon. Je pourrais être encore plus enthousiaste mais je vais éviter de donner trop envie. En tout cas, je remercie sincèrement Calimeranne de m'avoir conseillé de le découvrir, parce que c'est une vraie belle découverte. J'ai toujours bien aimé les enquêtes de Sherlock Holmes, sa façon de faire et ses déductions qui nécessitent du calme plutôt que de l'action, et ici c'est tout ce que j'aime mis en image de façon magnifique. Recommandée, très recommandée !

25/11/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Un de mes coups de cœur de l'année ! Sherlock Holmes est l'un des personnages de fiction les plus célèbres et depuis plus d'un siècle, il a été illustré, célébré, plagié, détourné de toutes les manières possibles, avec plus ou moins de bonheur, mais souvent avec inventivité. Difficile dans ce contexte d'être original. Et c'est pourtant ce que parviennent à faire les auteurs en nous emmenant au sens littéral dans la tête de l'horripilant détective. Benoît Dahan a déjà tapé juste et fort dans Psycho-Investigateur (Simon Radius), mêlant une approche psychologique à des enquêtes policières, avec une inventivité graphique qui fait de ses trop rares albums des chef-d'œuvres d'inventivité visuelle. Ici, il n'atteint pas le niveau de délire qu'il a développé dans L'Héritage de l'homme-siècle, mais son approche de l'intrigue policière confine au grand art. Alors qu'Holmes entraîne Watson sur la piste d'un de ces mystères qui excitent sa sagacité et le poussent à délaisser les drogues dont il abreuve son esprit. Nous suivons, au sens littéral, le fil rouge de sa réflexion tortueuse, mais implacable, en accédant sa “bibliothèque intérieure”, où les indices sont soigneusement stockés, rangés, croisés jusqu'à ce qu'ils s'assemblent et trouvent une explication logique. C'est une idée scénaristique et graphique remarquable ! Car habituellement, le détective garde pour lui tous ces éléments, plus quelques autres qui ne sont jamais révélés au lecteur, au grand dam dudit lecteur et de ce pauvre docteur Watson qui n'y comprennent rien. Et c'est seulement dans le dernier chapitre qu'il daigne remettre les pièces du puzzle en place en écrasant son auditoire avec sa grosse intelligence… Le procédé, indissociable du genre, rend imbuvable le personnage de l'enquêteur et j'ai souvent eu envie d'étrangler Holmes, Poirot ou Rouletabille… Ici le mystère à résoudre n'a que peu d'importance, c'est la démarche intellectuelle de Sherlock Holmes que les deux auteurs mettent à nu ; c'est original et passionnant. D'autant plus que le scénario est mis en valeur par quelques belles trouvailles graphiques (le fil rouge, la tête bibliothèque, le jeu de la transparence, la découpe de la couverture) qui justifieraient presque l'achat de l'album à elles seules. Vivement la conclusion de ce diptyque !

17/07/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Que d’ingéniosité dans cette bd, quel fourmillement de détails, de minutie, à l’image de la tête bien remplie du célèbre détective de Baker Street. N’y allons pas par quatre chemins, je me suis amusé comme un gamin avec ce récit dont j’attends déjà avec impatience la suite et conclusion. On dirait presque un de ces livres animés dits « pop-up » pour les enfants, et après tout on en vient presque à se demander pourquoi cela n’a pas été fait avant étant donné la complexité de l’esprit labyrinthique de Sherlock Holmes. Il existe toutes sortes de livres d’animation, là bien qu’on reste évidemment dans le registre de la bd, la mise en page très éclatée, les compositions qui foisonnent d’indices disséminés par-ci par-là, mais de façon toujours bien rangée, bien « carrée » (on est dans la tête de Holmes après tout), cela en fait presque une bd au genre à part entière. Le style du dessin ainsi que le choix des couleurs possèdent un petit parfum de XIXème siècle qui achèvent se remarquable travail d’immersion dans l’époque victorienne. Au niveau du scénario, ma foi je vais sortir une phrase bateau mais c’est intriguant. Je ne sais pas s’il s’agit d’une adaptation de Conan Doyle ou d’une création originale mais cela se parcours bien même si j’ai trouvé parfois que c’était un peu long à mettre en place. Le dessin prend beaucoup de place il faut dire, donc que l’enquête puisse mettre un peu de temps à décoller, et qu’elle nécessite de s’étaler sur 2 albums, cela je peux le comprendre. Je ne suis pas spécialement féru du personnage mais j’aime bien : j’ai vu quelques films, lu quelques autres séries en bd, été forcé de lire Le Chien des Baskerville quand j’étais au collège, et j’en suis à la 3ème saison de la série télé Elementary. Mais je n’ai que rarement été aussi enthousiaste à la lecture/visionnage d’une histoire de Sherlock Holmes que celle-ci. Bravo les auteurs !

15/06/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Dans ce premier volet d'un diptyque, le célèbre détective, toujours flanqué de son complice le Dr Watson, va enquêter sur une série de disparitions et d'enlèvements secouant la société londonienne, visiblement toutes les couches de sa société. Cyril Liéron et Benoît Dahan, tous les deux fans de la série de Sir Arthur Conan Doyle, ont choisi non pas d'adapter un de ses romans ou nouvelles, mais plutôt de lui donner une nouvelle jeunesse, avec une histoire originale. Résultat, une véritable découverte, y compris pour les amateurs de l'oeuvre holmésienne. Et les deux compères ont incontestablement fait du bon boulot, essayant de baliser leur récit (cocaïne, rues de Londres, ambiance brumeuse, rencontre avec Lestrade...) tout en apportant de nombreux éléments afin de faire avancer l'enquête. Il y a en plus deux innovations par rapport à l'oeuvre originale, un fil rouge, au propre, qui permet au lecteur de suivre la progression de l'intrigue et apposant une touche colorée détonant sur l'ambiance pastel. Autre nouveauté, nous passons -littéralement- dans la tête de Holmes, pour suivre le cheminement de sa pensée, ce qui a donné le titre de la série. Il y a aussi quelques petites choses dans l'objet livre, comme la découpe de la couverture, ou encore une page en transparence. Tout cela pour servir le dessin semi-réaliste débridé de Benoît Dahan, que l'on a déjà pu admirer dans "Psycho-Investigateur". Ici il semble s'amuser comme un fou, apportant sa touche toute particulière au découpage. C'est très inventif et visuellement superbe ! J'ai hâte de suivre le second volet de ce diptyque haletant.

14/05/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Ben mes aïeux! Le terme de claque est habituellement fortement galvaudé, disons donc que la c'est une grosse baffe tant scénaristique que picturale. Avant d'entrer dans le vif du sujet permettez moi encore une fois de faire l'éloge des éditions Ankama qui du Label 619 à cet opus font dans le grandiose. L'album en lui même mériterait de ne pas être rangé comme il se doit avec la tranche bien visible mais exposé de face afin d'admirer toute la richesse de la couverture. Couverture en trompe l’œil grâce à une découpe qui donne accès aux bibliothèques mémorielles du détective. Voici donc une BD d'un genre nouveau qui offre une manière de lire qui s'inspire du déroulement de la pensée, de l'enchainement des idées de Sherlock Holmes. Le docteur Fowler est retrouvé au petit matin errant dans les rues de Londres, légèrement blessé et un brin amnésique. La découverte de poudre sur ses vêtements et d'un ticket un peu particulier pour un spectacle incite Sherlock Holmes à penser que le médecin n'est pas l'unique victime de ce qui pourrait être un complot d'un plus grande envergure. Les représentations d'un magicien Chinois y sont sans doute pour quelque chose. Comment ne pas s'extasier devant un scénario millimétré qui reprend tous les ingrédients des polars de ce temps là Conan Doyle ou Agatha Christie. On y retrouve avec délectation l'esprit Victorien, le petit poil, enfin pas si petit que cela de racisme avec la communauté chinoise forcément fourbe et sournoise. Cyril Lieron le scénariste connait son Conan Doyle sur le bout des doigts et la logique vertu cardinale du grand détective est ici à l'honneur, c'est un plaisir que de décrypter avec lui les indices qui s'enchainent mathématiquement, logiquement. Et que dire du dessin de Benoit Dahan, des traits pour les personnages qui s'approchent de la caricature mais sans que le ton puisse y trouver à redire tant ils sont justes. Sherlock possède un visage anguleux mais qui correspond bien au personnage que l'on imagine bien un brin cassant et péremptoire. Et la mise en page, l'espace s'y trouve comme déstructuré mais garde grâce au petit fil rouge une logique évidente. Ajoutons à cette diatribe la présence avec l'album d'un journal, numéro du "London Chronicles" qui reprend des éléments de la BD ainsi qu'une petite interview des deux auteurs. Magnifique vous dis je, lisez et vous comprendrez l'évidence de mon coup de cœur.

12/05/2019 (modifier)