Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Dans la tête de Sherlock Holmes

Note: 4/5
(4/5 pour 13 avis)

Une enquête de Sherlock Holmes mais vue du point de vue du célèbre détective et non plus de celui du Dr Watson


Ankama Consensus sur une BD Ere Victorienne Les prix lecteurs BDTheque 2019 Londres Sherlock Holmes et cie

Le Dr Herbert Fowler a été retrouvé au matin dans une rue de Londres, blessé et en état de choc. Ses propos décousu et son amnésie ont attiré l'attention du détective le plus réputé de Londres, Sherlock Holmes. Des traces d'une poudre suspecte sur les vêtements de la victime ainsi que la présence dans une de ses poches d'un ticket de spectacle bien particulier donnent à penser à Sherlock Holmes. Le Dr Fowler n'est pas une victime isolée, d'autres Londoniens ont disparus. Serait ce lié a un spectacle de magie à l'affiche au même moment

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Mai 2019
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série Dans la tête de Sherlock Holmes
Les notes (13)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

12/05/2019 | sloane
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

Tout commence par la couverture ! Son façonnage particulier est une porte ouverte qui nous permet d’entrer directement dans le cerveau de Sherlock Holmes. Et là ! On découvre une organisation impressionnante, une immense bibliothèque dans laquelle sont méthodiquement classées les affaires élucidées, les poisons, les armes, les grands criminels de l’histoire… Un cerveau exceptionnel… mais Sherlock Holmes s’ennuie. Fort heureusement, une nouvelle affaire ne tarde pas à se présenter. Il fait nuit, dans une rue de Londres, un homme en sous-vêtements semble dans un état second. Quand un policeman l’interpelle, il ne se rappelle rien sauf qu’il est une connaissance du docteur Watson. Il n’en faut pas plus à Sherlock Holmes pour mettre son cerveau en marche. Récoltant indice après indice, le super détective classe tous ces éléments dans sa tête. On le voit raisonner, classer, analyser. L’histoire est prétexte à une mise en scène excellente, intelligente et précise, fourmillant de détails, mais aucun n’est inutile. Ce premier album d’un diptyque avec ses décors soignés, ses couleurs douces et un Sherlock plus vif que jamais est une vraie belle interprétation du détective légendaire. Une réussite !

30/01/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5
L'avatar du posteur fuuhuu

Nous avons ici une histoire assez classique de Sherlock Holmes, avec un Watson qui sert de cobaye et de faire valoir. D'un point de vue scénaristique, tous les codes sont là, rien ne sort de l'ordinaire, c'est du vu et revu. En revanche, l'aspect visuel de la BD est époustouflante. Elle justifie à elle seule l'achat de cette BD. Tout est fait pour que l'on comprenne la pensée de Sherlock et que l'on soit dans sa tête. Sherlock considère que son cerveau est une mansarde et tout est fait dans le découpage des planches pour nous l'illustrer. J'ai également apprécié qu'un fil rouge traverse toutes les pages de l'album, nous montrant le fil de l'enquête. Les couleurs font ressortir l'ambiance Sherlock, l'ambiance du Londres de la fin du 19e siècle. Les dessins sont truffés de détails et donc d'indices. On voit que Dahan s'est tiré les cheveux pour nous rendre un visuel aussi travaillé et dans le thème. Un vrai régal pour tous les amateurs de Sherlock Holmes et même pour les néophytes. Ma seule petite déception est que l'histoire ne se boucle pas en un tome, j'ai peur que l'histoire tire en longueur. 3,5 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

10/01/2021 (modifier)
Par Ju
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ju

Sans aucun doute un très bon travail que voici. J’ai eu une très courte période d’attrait pour Sherlock Holmes durant mon adolescence, j’ai lu quelques romans et j’aimais beaucoup. Cela n’a pas duré mais j’ai toujours gardé de l’affection pour ce fameux détective, notamment en bd avec Baker Street. Néanmoins, nous sommes dans une bd qui n’a rien à voir avec la précédente nommée. Nous avons ici un Sherlock génial et intuitif, et dont les addictions prennent pas mal de place. Watson est son parfait faire valoire, sérieux, honorable mais beaucoup moins génial et intuitif. L’intrigue est plutôt agréable même si pas extraordinairement originale. Mais pour les amateurs de polar, cela suffit amplement. La véritable originalité de cette bd réside néanmoins dans son aspect graphique. Le dessin est assez agréable, la colorisation aide aussi à rentrer dans l’ambiance, et le découpage des cases, qui prennent différentes formes, apporte de l’originalité. Mais j’ai surtout apprécié certaines planches où la pensée de Sherlock est détaillée, où les liens qui se font dans son esprit sont couchés sur le papier sous formes de dessins. Plus que pour la narration de l’histoire en elle-même, c’est en cela que l’idée de raconter une histoire à la Holmes et non à la Watson est intéressante. Suivre seulement l’intrigue dans une bd classique m’aurait ennuyé. Mais suivre cette intrigue avec ces dessins et cette particularité sur plusieurs planches, là, j’ai vraiment trouvé ça intéressant. J’ai aussi bien aimé jouer avec les pages (plier, voir en transparence) mais pour le coup j’ai trouvé que ça aurait pu aller plus loin (il fait dire que je venais de lire la série entière des Julius Corentin Acquefacques). On sent que Benoît Dahan s’est cassé la tête sur chaque planche pour donner le meilleur résultat possible. Et le résultat est là. Vivement la suite, j’avoue attendre encore plus d’originalité d’un point de vue graphique et "matériel".

26/10/2020 (modifier)
Par Josq
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

Acheté grâce à un libraire qui était sans nul doute un proche parent du senhor Oliveira de Figueira de Tintin, je n'étais pas bien sûr d'apprécier cet étonnante bande dessinée. La faute à un dessin qui, s'il ne semblait pas d'une grande laideur, ne m'attirait pas outre mesure, avec son trop plein d'angles et sa stylisation qui me semblait moyennement coller à l'atmosphère victorienne, normalement toute en élégance et en fioritures. Je maintiens la partie de mon jugement sur le décalage entre le style graphique et l'ambiance du XIXe siècle, mais malgré cela, le dessin de Benoît Dahan fonctionne bien. On s'y habitue vite et il crée une atmosphère un peu déjantée, qui nous permet de ne pas prendre cette histoire pour plus que ce qu'elle n'est : une fantaisie qui pastiche Conan Doyle sans jamais prétendre à l'égaler. Et pourtant, Benoît Dahan et Cyril Lieron pourraient légitimement avoir cette prétention, car ce premier tome nous fournit véritablement tout ce qu'on attend d'une nouvelle ou d'un roman signé Conan Doyle. On retrouve le Sherlock Holmes originel avec un plaisir immense, tout est là pour faire de ce Ticket scandaleux une véritable affaire imaginée par l'auteur initial. Le procédé consistant à nous immerger dans la pensée de Sherlock Holmes relève à mon avis plus souvent de la poudre aux yeux que d'un véritable procédé narratif utile à l'intrigue, mais il donne une dimension plus ludique au récit grâce à une inventivité visuelle assez prodigieuse, et finalement, ce n'est pas plus mal. La fiction reste traditionnelle grâce à suffisamment de cases classiques, mais est rehaussée par les scènes de réflexion où l'on visite la mansarde du détective (c'est-à-dire son cerveau). A la manière de ce qu'un Guy Ritchie a pu faire au cinéma, les auteurs s'amusent à souligner le récit avec de grands effets de mise en scène, mais ça passe mieux en bande dessinée, et met en valeur la dimension très "casse-tête" du récit sans jamais qu'on ne perde le fil, clairement matérialisé sous nos yeux à chaque page. Tout n'est pas parfait, certains effets de montage sont moins habiles que d'autres (plier les pages, regarder par transparence : dès qu'ils mettent la consigne, je trouve l'effet gratuit et un peu excessif), mais la plupart d'entre eux fonctionnent réellement, et on se prend bien au jeu, en cherchant à comprendre où va nous mener cette rocambolesque affaire. Ainsi, le premier tome est une vraie réussite, mais il nous faut attendre de lire le tome 2 pour pouvoir déterminer si l'histoire inventée par les deux auteurs en sera une aussi ou non. De fait, on peut se permettre de multiplier les éléments apparemment grotesques et tirés par les cheveux dans le corps de l'enquête, mais si la résolution de l'affaire ne fait pas disparaître l'aspect capillotracté de ces différents éléments, alors c'est toute l'histoire qui sera ratée. En attendant, on peut d'ores et déjà dire que ce premier tome est très divertissant, amusant, rigoureux (au moins en apparence) et tout ce qu'il y a de plus détendant. Bref, parfois, on fait bien d'écouter les vendeurs qui nous chargent les bras et nous déchargent le portefeuille !

25/09/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

J'avais déjà énormément apprécié la formidable inventivité de découpage de Benoît Dahan dans sa série Psycho-Investigateur (Simon Radius). Si il y a bien un auteur en ce moment qui aime jouer avec les possibles du média BD et qui semble s’en délecter c’est bien lui ! Ici, accompagné de Cyril Lieron au scénario, nos deux compères fans de Sherlock Holmes se sont lancés dans une série nous dévoilant les arcanes du cerveau de notre célèbre détective en pleine action. Benoît Dahan aime décidément traiter des mystères et arcanes de nos cellules grises :), et quel régal !!! Rien que la couverture est un petit bijou ! Sa couverture découpée nous révélant les « rayonnages » du cerveau de Holmes illustre à merveille la citation de Holmes tirée du roman « Etude en rouge » : « Voyez-vous, je considère que le cerveau de l’Homme est à l’origine comme une petite mansarde vide. L’ouvrier adroit prend grand soin de ce qu’il met dans la mansarde, dans son cerveau ». C’est beau, subtil et rien qu’avec cette couverture le décor est intelligemment planté. Le reste est à l’avenant. Le fond de chaque planche est volontairement vieilli façon vieux papier, ce qui renforce ce petit côté suranné que n’aurait su rendre un fond blanc classique. Et vient ensuite le découpage des planches… Jouissif pour le lecteur (même si on sent que Benoît Dahan prend un malin plaisir à trouver LA bonne idée de construction pour chaque page ou double page), on pourrait passer des heures à en contempler certaines. Heureusement la narration ne pâtit pas de ces trouvailles graphiques et vient même malicieusement s’insérer dans ces découpages astucieux et on est vite happé par l’enquête qui s’engage pour sortir Holmes de son ennui chronique. Vous l’aurez compris, cette première partie de cette enquête « L’affaire du ticket scandaleux » est une vraie réussite car tous les codes holmésiens sont bien là et subtilement distillés tout en laissant aux auteurs les possibilités de nous surprendre tant par l’originalité de l’histoire que du graphisme. Vivement la suite !

28/05/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

C'est clairement une bande dessinée à lire si on est fan de Sherlock Holmes ! La mise en page est inventive et très bien maîtrisée. Les auteurs utilisent le médium de la bande dessinée à son plein potentiel et la manière dont sont représentées les réflexions de Holmes serait impossible dans un médium non-visuel. En plus, l'histoire est vraiment prenante. J'avais un peu peur au début de tomber sur une de ces bandes dessinées où les auteurs ont mis tout leur talent dans un concept et oublié le contenu, mais non, dès les premières pages j'ai trouvé que le récit était captivant et plus on avançait dans l’enquête de Holmes, plus j'avais envie de découvrir ce qui allait se passer ensuite ! Le dessin est très bon et l'univers de Sherlock Holmes est bien respecté. J'adore que les auteurs montrent que Watson est aussi capable de faire des résonnements intelligents, j'en ai un peu marre de ces adaptations qui le traitent comme un idiot. Bref, j'attends la suite avec impatience !

04/03/2020 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yannis

J'ai découvert la BD à "Quai des bulles" en octobre dernier, même si j'en avais entendu parler auparavant. La couverture attire l'oeil tout de suite, et c'est sans doute l'une des plus réussies cette année. Après lecture et en attendant la suite et fin de cette enquête, on est happé par cette aventure du célèbre détective, et on retrouve l'esprit Sherlock Holmes. La mise en image et en page ingénieuse renforce l'immersion dans l'enquête. Hâte de découvrir la suite...

29/02/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Calimeranne

Quel plaisir d’avoir entre les mains un ouvrage d’aussi belle facture, et quel plaisir de constater que le contenu est largement à la hauteur de son écrin ! A mon sens, si la bande dessinée a été inventée c’est pour que ce genre d’ouvrage puisse voir le jour. On n’est pas ici en présence d’une énième adaptation des aventures du célèbre détective ; les auteurs semblent avoir réfléchi à ce que la bande dessinée pourrait apporter aux enquêtes de Sherlock, et tout au long de l’album ils utilisent au maximum le potentiel de la bande dessinée. Cela m’a rappelé par certains aspects l’excellente série Julius Corentin Acquefaques. La couverture à elle toute seule est déjà une franche réussite, et ne peut que donner envie de se plonger dans la bande dessinée. Une fois celle-ci ouverte, il est difficile de la lâcher, tant on prend plaisir à suivre les méandres du cerveau de Sherlock, à pénétrer au plus profond de son palais mental et à suivre le fil rouge de ses déductions. Chaque planche est un véritable régal pour les yeux, que ce soit par le découpage de toute beauté ou par la qualité du dessin, très stylisé et qui colle parfaitement à l’ambiance victorienne merveilleusement bien rendue. On sent qu’aucun détail n’a été laissé au hasard, à l’image du papier utilisé (l’ouvrage semble imprimé sur du papier vieilli, nulle place pour du papier glacé blanc, ce qui renforce l’ambiance recherchée). A noter qu’il s’agit d’une histoire inédite et non pas l’adaptation d’un récit d’Arthur Conan Doyle ; il faudra attendre la sortie du tome 2 pour se faire un avis plus précis de l’histoire, mais le tome 1 promet une suite intéressante. Assurément un de mes coups de cœur de 2019, je suis ravie qu’il soit sélectionné à Angoulême dans la catégorie polar.

25/01/2020 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur gruizzli

Les auteurs étant de passage au festival de Illzach, j'ai suivi les conseils de Calimeranne pour une petite dédicace et enfin découvrir cette BD qui avait fait l'unanimité lors de sa sortie. Et je n'en suis pas du tout déçu, je crois bien que c'est une de mes meilleures découvertes de ces derniers jours ! La BD est une réelle surprise, une réelle bonne surprise qui plus est. Et surtout, parce que je crois bien que c'est la BD la plus inventive que j'ai vue récemment. Rien que par la couverture, le ton est donné. Et les pages ! Mon dieu, ces pages ! Une merveille d'inventivité, et je ne veux même pas savoir combien de temps cela a pris pour les faire. Une ingéniosité qui est présente quasiment à chaque page, dans le découpage, la mise en scène des cases, l'alliance texte/dessin. Ça c'est de la BD intelligente, de celle qui sait utiliser au maximum les possibilités de son média pour le plaisir de l'histoire et de la lecture. Réellement, je suis sous le charme de cette colorisation, de ce trait et de cette façon de paginer les cases. Une inventivité et un sens de la composition qui va de pair avec l'histoire, c'est une réussite totale. Surtout dans le cadre d'une enquête de Sherlock Holmes. Et à ce niveau là, le scénariste est à saluer : il a réussi à retranscrire en bande-dessinée toute l'ambiance victorienne de Conan Doyle, avec les manières de Sherlock Holmes, les intonations pédantes et parfois méchantes envers Watson, sa façon de réfléchir et de déduire, tout est exactement dans l'esprit des Sherlock Holmes que j'ai dévorés au lycée. A la fois une excellente enquête non-officielle de Sherlock Holmes, un hommage bien senti et une BD réussie qui donne envie de découvrir la suite de l'histoire. Cette enquête est à ranger directement dans les meilleures de l'inspecteur. J'attends avec impatience le tome 2 pour voir la façon dont tout ceci se conclura, et pour une enquête c'est du tout bon. Je pourrais être encore plus enthousiaste mais je vais éviter de donner trop envie. En tout cas, je remercie sincèrement Calimeranne de m'avoir conseillé de le découvrir, parce que c'est une vraie belle découverte. J'ai toujours bien aimé les enquêtes de Sherlock Holmes, sa façon de faire et ses déductions qui nécessitent du calme plutôt que de l'action, et ici c'est tout ce que j'aime mis en image de façon magnifique. Recommandée, très recommandée !

25/11/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Un de mes coups de cœur de l'année ! Sherlock Holmes est l'un des personnages de fiction les plus célèbres et depuis plus d'un siècle, il a été illustré, célébré, plagié, détourné de toutes les manières possibles, avec plus ou moins de bonheur, mais souvent avec inventivité. Difficile dans ce contexte d'être original. Et c'est pourtant ce que parviennent à faire les auteurs en nous emmenant au sens littéral dans la tête de l'horripilant détective. Benoît Dahan a déjà tapé juste et fort dans Psycho-Investigateur (Simon Radius), mêlant une approche psychologique à des enquêtes policières, avec une inventivité graphique qui fait de ses trop rares albums des chef-d'œuvres d'inventivité visuelle. Ici, il n'atteint pas le niveau de délire qu'il a développé dans L'Héritage de l'homme-siècle, mais son approche de l'intrigue policière confine au grand art. Alors qu'Holmes entraîne Watson sur la piste d'un de ces mystères qui excitent sa sagacité et le poussent à délaisser les drogues dont il abreuve son esprit. Nous suivons, au sens littéral, le fil rouge de sa réflexion tortueuse, mais implacable, en accédant sa “bibliothèque intérieure”, où les indices sont soigneusement stockés, rangés, croisés jusqu'à ce qu'ils s'assemblent et trouvent une explication logique. C'est une idée scénaristique et graphique remarquable ! Car habituellement, le détective garde pour lui tous ces éléments, plus quelques autres qui ne sont jamais révélés au lecteur, au grand dam dudit lecteur et de ce pauvre docteur Watson qui n'y comprennent rien. Et c'est seulement dans le dernier chapitre qu'il daigne remettre les pièces du puzzle en place en écrasant son auditoire avec sa grosse intelligence… Le procédé, indissociable du genre, rend imbuvable le personnage de l'enquêteur et j'ai souvent eu envie d'étrangler Holmes, Poirot ou Rouletabille… Ici le mystère à résoudre n'a que peu d'importance, c'est la démarche intellectuelle de Sherlock Holmes que les deux auteurs mettent à nu ; c'est original et passionnant. D'autant plus que le scénario est mis en valeur par quelques belles trouvailles graphiques (le fil rouge, la tête bibliothèque, le jeu de la transparence, la découpe de la couverture) qui justifieraient presque l'achat de l'album à elles seules. Vivement la conclusion de ce diptyque !

17/07/2019 (modifier)