Dept. H

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Une enquête à huis-clos sous les profondeurs de l'océan.


Sous la mer

Un meurtre a été commis dans une station scientifique basée à 9 000 mètres de profondeur. L'homme le plus populaire au monde, le professeur Hari Hardy, sorte de commandant Cousteau des temps modernes, a été tué. Et c'est Mia, la propre fille du professeur, qui doit découvrir le meurtrier parmi sept assassins potentiels. Or, le temps est compté : quelqu'un (le tueur ?) a saboté la base et d'ici 24 heures elle sera inondée et les preuves détruites alors que les nouvelles en provenance de la terre, 9 000 mètres plus haut, ne sont pas plus rassurantes. Ce récit d'espionnage commence par un meurtre mystérieux pour se resserrer rapidement dans une course tendue contre le temps. Peu à peu les caractères des protagonistes se révèlent, le passé remonte à la surface, les liens secrets, les amours, les haines. Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Avril 2018
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Dept. H
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/08/2018 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un meurtre se passe dans une station scientifique située à des milliers de mètres de profondeur et la fille de l'homme mort vient enquêter. Je n'ai lu que le premier tome pour le moment et je trouve que l'idée de départ est bien trouvée. L'auteur met bien l'emphase sur la psychologie des personnages et j'ai bien envie de savoir le fin mot de l'histoire. Le problème est que ce n'est pas raconté de manière très palpitante et certains passages de ce premier tome ne m'ont pas trop intéressé. Je pense que le problème vient du dessin. Il est pas mal au niveau du décors et des couleurs, mais je n'aime vraiment pas la manière dont sont dessinés les personnages. J'aime pas trop leurs têtes en plus je trouve qu'ils sont figés. Lorsqu'ils faisaient une action physique, j'ai eu l'impression de voir des mannequins prenant une pose et non des humains qui bougeaient.

29/08/2018 (modifier)