Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

On Mars

Note: 3.55/5
(3.55/5 pour 11 avis)

En 2132, la colonisation de Mars est devenue une réalité. Avec l’épuisement des ressources terrestres, c’est surtout une nécessité. L’avenir du genre humain repose sur une poignée de scientifiques...


Conquête de l'espace Mars

Jasmine Stenford est en route pour Mars, condamnée aux travaux forcés, en compagnie de milliers d’autres prisonniers. Etre condamnée à la prison en l’an 2132, c’est un aller simple dans les camps de travail de Mars assuré. Sans espoir de retour. Comme tous les prisonniers arrivant sur cette planète, on lui greffe un implant respiratoire facial qui lui permettra de respirer à l’air libre, en attendant que l’atmosphère martienne soit suffisamment transformée pour que les humains puissent un jour s’en passer. (texte : Editions Maghen)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Août 2017
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série On Mars

31/08/2017 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur ThePatrick

J'attendais sans doute un peu plus de cette trilogie. Il faut bien dire que le thème est assez alléchant : la colonisation de Mars, mais déjà bien entamée, avec un environnement en partie habitable, et encore plein de choses à mettre en place. Et le dessin semble lui aussi alléchant. A la lecture, le dessin reste assez impressionnant, et les paysages et les véhicules ou drones sont très bien rendus. J'émettrai plus de réserves quant aux personnages. Leurs mouvements manquent parfois de dynamisme, et surtout certains visages sont malheureusement parfois ratés. Et même si c'est un détail, la présidente chinoise n'a absolument pas l'air chinoise. Le scénario, sur les deux premiers tomes, m'a un peu déçu. Face à l'ampleur de la thématique, j'attendais quelque chose de grand, d'impressionnant, et on se retrouve en fait dans un univers carcéral aux proportions finalement réduites, et sur le fond on a surtout des rivalités entre prisonniers, puis entre bandes, et on intègre une bande un peu plus puissante que les autres. Il y a bien sûr d'autres éléments, mais peu présents. Je me suis même demandé plusieurs fois quel était l'intérêt de situer cette histoire sur Mars. Et puis vient le tome 3. Et là on a un emballement du scénario, de l'action, beaucoup d'action (soyons clair, ça tire dans tous les sens), du suspense, de la tension, et un final qui - s'il n'est peut-être pas le plus ébouriffant dans toute l'histoire de la bande dessinée ou de la science-fiction - est très fort. Si l'ensemble était du niveau de ce tome 3, je mettrais un 4/5 sans hésiter. Mais la lenteur de la mise en place et les quelques défauts cités précédemment m'incitent à diminuer un peu cette note. A voir lors d'une relecture.

08/05/2021 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Je réécris mon avis suite à la lecture des 3 tomes, et ma note reste à 4/5. Les thèmes sont certes classiques : colonisation de Mars, différentes factions se livrant des combats sans merci, coups fourrés politiques, fanatiques religieux… Les personnages « gros durs » sont un peu clichés, et de manière générale l’histoire est surtout portée sur l’action… mais voilà, je trouve que la sauce prend vraiment, et j’ai avalé les 3 tomes d’une traite. Sylvain Runberg maitrise son scenario, qu’il conclut en 3 tomes, comme prévu à l’origine. La fin m’a beaucoup plu… mais je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher. Le dessin de Grun (aka Ludovic Dubois) est absolument magnifique, le boulot sur les personnages et leurs accoutrements est vraiment bluffant et détaillé. Les vues martiennes sont aussi très belles, et mises en valeur par des couleurs rougeâtres du plus bel effet. Les 3 albums se concluent sur des superbes carnets de croquis. Ces derniers enrichissent par ailleurs le background de l’histoire dans les tomes 2 et 3… sympa comme concept, les « épilogues carnets graphiques ». Une histoire classique mais efficace, et terminée en 3 tomes… à recommander aux amateurs de science-fiction.

03/09/2017 (MAJ le 05/04/2021) (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Sylvain Runberg a montré, au fil de ses scenarii, son exigence en termes de véracité socio-historique. Le genre de la science-fiction, terreau fertile, semble un terrain propice pour s'exprimer sur ces sujets. Très sensible à celui de la privation des libertés, et connaissant bien, par exemple, le système pénitentiaire suédois, très éloigné du français, il nous propose donc un récit prenant pied sur la planète rouge, Mars. Pour l'heure son récit est très touffu, il y a plusieurs fils narratifs à suivre, même si on est le plus clair du temps en compagnie de Jasmine. Il y a également la question de l'embrigadement sectaire, question sociale brûlante. A la fin du tome 2, on ne sait plus à qui accorder sa confiance sur Mars. Tout cela augure d'une série en trois tomes très ambitieuse, mêlant hard SF, questions sociales et religieuses. Mais tout cela ne pourrait être aussi impactant que souhaité sans un illustrateur de grand talent. Grun est de ceux-là, il a passé plus d'un an sur la préparation de la série, enchaînant de nombreuses recherches graphiques sur les personnages, les décors, les designs technologiques, dont une partie seulement est présente en bonus de l'album. J'avais beaucoup aimé son boulot sur La Conjuration d'Opale et sur Metronom', il réussit à être encore plus incroyable sur cette série. Miam pour la suite.

31/08/2017 (MAJ le 11/01/2021) (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

Quand le galeriste Daniel Maghen se met à devenir éditeur, évidemment les œuvres proposées sont incroyables. La série On Mars est un petit bijou à découvrir sous le dessin de Grun, dessinateur passionné de SF et de fantastique. Entre clans rivaux, rebelles, secte, et un système carcéral qui part en déliquescence, vous vous laisserez entrainer dans cette histoire concoctée par Sylvain Runberg. Le tome 1 pose le décor, permet de découvrir les personnages et d’installer l’intrigue. Le tome 2 met tout en place pour que le tome 3 soit passionnant avec une kyrielle de rebondissements.

22/03/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

J'avais découvert le dessin de Grun sur Metronom' et d'emblée j'avais été conquis par ce graphisme clair, net et précis, avec de grandes perspectives et des cadrages larges, je suis totalement fan de ce type de dessin qui me rappelle certains classiques franco-belges de mes jeunes années. Après Metronom', il replonge dans une histoire de SF avec cette saga martienne, et apparemment c'est aussi captivant. J'aime bien et même j'accroche un max parce que c'est pas de la SF spatiale bourrée d'aliens qui m'ennuie genre Universal War One ou Kookaburra, et encore moins de la SF métaphysico-jodorowskienne genre Les Technopères que je trouve insupportable. Je préfère ce genre de SF en mode anticipation, quand ça évolue entre Terre et une autre planète, comme ici Mars, où l'atmosphère prend le pas sur les combats galactiques. Ici, ce bagne martien ou camp de travail c'est comme on veut, me rappelle des films comme Outland, Moon 44, voire même Alien 3 avec son bagne de l'espace, où des détenus bossent pour l'humanité. Après, je sais pas, mais n'étant pas assez connaisseur en romans de SF, peut-être que ce genre de sujets n'est pas neuf, mais en attendant ici, ça marche pour moi. La mythologie martienne est fascinante, et les récits, romans, BD et films abondent sur ce décor, je retiendrais simplement Total Recall qui pour moi est non seulement un des meilleurs films de SF de ces dernières années, un chef-d'oeuvre de Verhoeven, mais aussi qui montrait beaucoup de choses sur Mars, avec un visuel attrayant. Je remarque un truc dans cette Bd, c'est que les personnages féminins sont assez nombreux alors que ce genre d'univers était plutôt habituellement un truc de mecs, on voyait rarement de femmes dans ce genre d'histoires, même si les douches collectives, ça a déjà été vu dans Starship Troopers (encore Verhoeven, décidément), mais bon tout ça est aussi un phénomène de mode depuis quelques années pour que les femmes aient plus d'importance à l'écran et en BD. Runberg et Grun reprennent donc ici des éléments piochés sans doute à plusieurs rateliers (comme je disais, je suis pas expert, d'autres que moi sur BDT sont plus qualifiés), et surtout ils ouvrent de nombreuses pistes et sous-intrigues qui dès le tome 1 s'avèrent passionnantes, et ça continue dans le tome 2 de belle façon, mais au vu de tout ça, y'aura-t-il assez de place dans le tome 3 pour conclure ce récit ? on verra, en tout cas, cette Bd est très bien élaborée, et le dessin de Grun convient parfaitement à cet univers, j'adore ses grandes cases détaillant le décor pierreux et rocheux de Mars, les cellules, les unités de vie, les drones bref tout ce monde un peu poussiéreux et sale, loin des décors aseptisés des sagas spatiales où tout est clean; l'atmosphère du camp de travail est également très réussie, tout comme les personnages bien travaillés.

24/04/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, c’est une publication de l’éditeur galeriste Daniel Maghen, et comme d’habitude chez lui, le côté graphique est particulièrement soigné. L’habituel imposant cahier graphique final, mais aussi l’ensemble de l’album sont là pour montrer que Grun (que je ne connaissais pas) a réellement un très chouette coup de crayon. En effet, dessin et colorisation sont vraiment très bons, et cette colonie pénitentiaire martienne est très bien rendue. Pour ce qui est de l’histoire, elle se laisse lire agréablement, Runberg déroulant ce tome de présentation (du décor, des intrigues et des principaux protagonistes) tranquillement, avec l’inévitable montée de tension et cliffhanger final. Du travail bien fait donc, mais sans que cela ne soit trop surprenant (la colonisation d’une planète pour y déplacer la population terrestre, une secte tentant d’y prendre le pouvoir, des débats moraux entre dirigeants, de mystérieux « écartés » menaçant la colonie, et une héroïne ancienne flic injustement déportée et en but à l’agression de certains codétenus, etc). Pas mal de déjà vu aggloméré. Runberg devra relancer le tout pour sortir de certains sentiers battus. Un honnête début donc, en attendant la relance, pour voir… ************************************************************************ le deuxième tome continue sur la lancée du premier. Le dessin est toujours très bon et à mon goût, rien à dire là-dessus. Et les extraits du carnets en fin d'album sont là encore un prétexte pour montrer le talent de Grun. L'intrigue se développe quant à elle, mais sur un rythme que j'ai trouvé un peu trop nonchalant. On avance dans l'histoire avec quelques montées en tension, quelques explications (entre protagonistes, mais aussi sur leurs motivations). Et comme pour le premier album, le cliffhanger final est accrocheur. Mais du coup, je doute que la série soit réellement conclue dans le tome suivant (ce qui était prévu au départ), car il reste quand même pas mal de chose à approfondir, et Runberg, s'il a levé quelques voiles, a compliqué l'intrigue: espérons que la conclusion ne soit ni bâclée, ni inutilement étalée.

03/03/2018 (MAJ le 02/04/2019) (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Ah Mars… Le théâtre et terrain de jeu favoris de bon nombre d’esprits créatifs, qu’ils soient passionnés de science-fiction ou de fantastique. Des immenses succès comme John Carter d’Edgar Rice Burroughs à la Trilogie de Mars de Kim Stanley Robinson, en passant par Philip K. Dick (Total Recall et autres nouvelles) ou Ray Bradbury (Chroniques Martiennes), on en passe des pires, des meilleurs, des plus anciens au plus récents. Et ce sous tous les formats ; du film comédie Mars Attacks !, du survival horror Ghosts of Mars ou du navet d’exploration Mission to Mars, sans oublier la prolifération de jeux vidéos ou de bande dessinée prenant pour cadre ce décor rocailleux. La liste est exhaustive et témoigne de la puissante attractivité qu’exerce la petite planète rouge dans la culture de l’imaginaire. Autrefois la tendance générale des auteurs étaient de percevoir Mars comme un environnement plutôt hostile, peuplé d’êtres vivants appelés « petits hommes verts » ou gris, et qui nous voulaient du bien ou du mal selon ce que cherchait à raconter l’écrivaillon. Le récit concocté par Sylvain Runberg se situe plutôt dans la nouvelle tendance qui est de voir Mars comme une surface potentiellement viable, une sorte de terre promise à atteindre pour les générations futures (une fois que la planète Terre aura été bien bousillé). Là où ça devient intéressant c’est de raconter que cet Eden n’est en réalité qu’un paradis artificiel construit sur une montagne de cadavres, ceux de bagnards envoyés là-bas pour purger leur peine. Médias et gouvernements font croire aux masses que ces exilés se sacrifient pour le bien commun et le devenir de l’humanité alors qu’ils ne sont que de la main d’œuvre bon marché aisément remplaçable. Dans ce futur dystopique le niveau de moralité a sérieusement chuté, la devise c’est « marche ou crève ». À travers quelques personnages bien campés dont l’héroïne Jasmine Stenford, digne héritière du lieutenant Ripley niveau badassitude, le lecteur suit la non-vie difficile de ces prisonniers dans ce qui n’est ni plus ni moins qu’un camp de travaux forcés. En même temps que notre héroïne se frotte à la dure réalité du microcosme carcéral, plusieurs sous-intrigues sortent de terre et annoncent un futur mouvementé. Les prisonniers vont-ils mener une révolte d’indépendance façon Red Faction et déclarer Mars comme leur (on se souvient que la colonisation de l’Australie a débuté par la fondation d’un camp pénitentiaire) ? Quel rôle joue le prédicateur Xavier Rojas : véritable bienfaiteur altruiste ou gourou sectaire, cousin de Kane le leader de la confrérie du N.O.D dans les jeux vidéos Command & Conquer ? Qui sont les solitaires ? D’ex-prisonniers évadés ou bien un peuple libre inspiré des Fremen du cycle de Dune ? Que de suspens. Une histoire que j’ai trouvé pour le moment fort sympathique mais surtout brillamment mise en image par Grun dont j’avais déjà apprécié la patte sur Metronom', moins le scénario de Corbeyran. C’est du pur dessin contemplatif. On a choisi le dessinateur idéal pour ce type de récit et ce type de décor. Mars, ce n’est pourtant que de la roche rouge orangé, quelques verdures parce que la terraformation est en marche, et pourtant c’est magnifique. Grun possède un trait semi-réaliste d’une grande précision, tout y est merveilleusement bien détaillé et dans de justes proportion. Sa recherche graphique et sa capacité a imaginer des vaisseau spatiaux et des bâtiments futuristes m’a de même grandement impressionné. Bien évidemment les personnages sont eux aussi nickel chrome. Nous avons là à faire à un artiste de premier plan. Vraiment, l’histoire même si on ne sait pas encore si elle saura nous surprendre, au moins peut-on parier sur un bon divertissement, sauf catastrophe industrielle. On pourra toujours se rabattre sur la qualité graphique dont on peut être sûr qu’elle sera au rendez-vous.

11/04/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L'idée de nous montrer le début de la colonisation sur la planète Mars par les grands travaux d'infrastructure est assez inédite et donc plutôt intéressante. Il est cependant dommage que l'action n'est guère très présente avec un manque évident d'intrigue pour nous tenir en haleine. En effet, mise à part une grosse explosion de rochers, je n'ai pas retenu grand chose de cette aventure martienne à forte connotation carcérale. Il y a également cette condamnation à peine crédible de 20 ans de travaux forcés sur Mars pour une ex-flic après avoir tiré sur la fille d'un ministre au beau milieu d'une opération anti-drogue ayant viré au carnage. Pour autant, on est véritablement embarqué dans ce monde hostile. Pour affronter cela, il y a encore la religion qui tient une place importante avec cet embrigadement spirituel. Les cases sont assez lisibles car en grand format avec un découpage assez dynamique qui fait un peu cinéma de science-fiction. J'ai beaucoup aimé le graphisme notamment au niveau des décors assez détaillé. Bref, ce premier tome n'est qu'une longue mise en place. Attendons la suite pour voir.

04/04/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Avant toute chose, point d'emballement excessif, nous voila face à un tome introductif qui plante le décor ( très bien foutu ) et les personnages, assez convenus il est vrai pour le moment mais qui ne demandent qu'à être connus davantage. Le scénario n'est pas pour l'instant ébouriffant mais moi la planète rouge ça me fait kiffer grave et du coup j'en perds mon jugement. Le dessin de Grun colle parfaitement mais c'est plus spécifiquement la colorisation que je voudrais voir mettre en avant. On imagine d'après quelques photographies martiennes que la couleur de l’atmosphère, les roches sont parfaitement rendues, à mille lieues des ciels éclatants de "Seul sur Mars". Ce genre d'histoire ma plait bien et j'irai voir la suite avec plaisir en demandant simplement d'être surpris.

30/09/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

A titre personnel, je reste un peu sur ma faim concernant ce premier tome. Non qu’il soit mauvais mais à aucun moment il ne m’a surpris. D’accord, il s’agit avant tout d’une mise en place du récit et seul l’avenir nous dira si l’histoire que veulent nous raconter Sylvain Runberg et Grun sort vraiment du rang ou non, mais honnêtement, qu’avons-nous d’original jusqu’à présent ? L’héroïne ? Un représentant des forces de l’ordre et du gouvernement déchu pour avoir déplu à un haut placé, je pense avoir déjà vu ça ailleurs… La colonisation de nouvelles terres par des criminels condamnés ? Les Australiens, entre autres, vous en parleront mieux que moi. La colonisation d’une planète autre que la terre ? C’est la base même de beaucoup de récits de science-fiction. Un complot mené par un leader sectaire et des personnages haut placés ? Là aussi, sérieux goût de déjà-vu. Oui mais le tout ensemble ? Me direz-vous. Ben, le tout ensemble, c’est bien, ça se lit avec plaisir… mais je n’ai été surpris à aucun moment. Jamais encore je ne me suis dit « wouaouw, bien vu ! » et c’est ce qui me manque jusqu’à présent. Par contre, pour le dessin de Grun, là, chapeau ! C’est très agréable à lire, beau, dynamique, expressif. Du très bon dessin de bande dessinée. Si j’étais taquin, je pourrais dire que là aussi, quelque part, ce style ne fait pas montre d’originalité mais je m’en fous ! Ce n’est pas ce que je demande à un dessin de bd. Tant qu’il est adéquat pour porter l’histoire, agréable à lire autant qu’à regarder, ça me convient. Et dans le cas présent, il est plus qu’agréable. Actuellement, je reste bloqué à 3/5 mais je lirai la suite… en espérant que Sylvain Runberg me sorte de mes points de repère habituels.

17/09/2017 (modifier)