La Veille du Grand Soir

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Ce livre est le récit historique et romanesque de mai 68, dessiné par Sébastien Vassant, et nourri du vécu de Patrick Rotman et des entretiens inédits qu'il a réalisé auprès du pouvoir.


Mai 68

Il y a 50 ans, une crise existentielle secoue la France. Dans Mai 68 : La veille du grand soir, le lecteur est là où l’histoire s'écrit, à la Sorbonne et à l’Élysée, aux usines Renault ou à la Préfecture. Il côtoie Cohn-Bendit, voit débattre Sartre. En contrepoint, les auteurs racontent aussi les atermoiements au sommet de l’État : les affrontements entre De Gaulle et Pompidou ou les négociations entre un Chirac armé jusqu’aux dents et la CGT…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mars 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Veille du Grand Soir
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

16/05/2018 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'est la bd qu'il faut lire en ce mois de Mai 2018 pour célébrer le cinquantième anniversaire de ces événements qui ont changé la face de notre pays. Le lecteur doit être prévenu que le Général de Gaulle ne sera pas montré sous son meilleur jour avec toute l'aura qu'on lui connait. Néanmoins, cela traduit la réalité du moment avec un vieil homme de 77 ans après une vie politique déjà bien remplie en péripéties. On verra également ses divergences de vue avec un Pompidou qui se révèle être un plus fin stratège. Bien entendu, la part belle sera faite à Dany le rouge ainsi que de toute une clique de révolutionnaires voulant changer le monde. Encore que, on comprendra que le but n'était pas forcément d'avoir le pouvoir mais améliorer les conditions de vie des français ainsi qu'un changement de mentalités vers plus de libertés (Professeurs, vous êtes vieux, votre culture aussi !). Tout cela se terminera par la victoire écrasante des gaullistes aux élections de Juin 1968 qu'on a baptisé les élections de la peur. En fait, le Général va encore rester accroché un an au pouvoir avant de tirer sa révérence. On voit également que ce mouvement était très divisé et qu'il est mort faute d'avoir pu donner une impulsion politique. Ni Pierre Mendès-France, ni François Mitterrand et encore moins les communistes en ont profité. Ce n'est pas le fruit de ma réflexion personnelle mais le message véhiculé par les auteurs qui se sont solidement documentés. Attention que cette BD ne donne pas de mauvaises idées car nous savons tous comment se termine les révolutions. Le grand soir n'aura pas lieu. Cependant, ce mois de Mai où la jeunesse a été sévèrement châtiée marquera à tout jamais les esprits. Une œuvre riche en enseignements.

16/05/2018 (MAJ le 17/05/2018) (modifier)