Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Sentier de la Guerre

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Une jeune femme au cœur des dernières guerres indiennes.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Indiens d'amérique du nord Les coups de coeur des internautes [USA] - Middle West

Une aventure romanesque au cœur des guerres indiennes: 1864, Washington DC. Diane Myers, 22 ans, est une jeune peintre surdouée que la bonne société s’arrache. Son rêve : peindre les paysages de l’Ouest sauvage et le mode de vie de ses habitants, les Indiens des plaines. Farouchement opposée aux idées politiques de son père sénateur qui ne souhaite que leur extermination, elle décide sur un coup de tête de partir à leur rencontre, matériel de dessin sous le bras. Avec l’aide du scout « Missouri », elle parvient à intégrer la tribu du célèbre chef indien Sitting Bull. C’est le début d’une belle aventure artistique et humaine pour Diane, à la découverte d’une culture fascinante menacée par la marche de l’histoire... Le Sentier de la guerre est une grande saga romanesque évoquant la vie du grand chef sioux Sitting Bull. Une épopée digne de La Prisonnière du désert, portée par une héroïne attachante, nous permettant de découvrir par la fiction l’histoire sanglante et complexe des guerres indiennes dans laquelle s'est écrite la légende du Far West. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Avril 2018
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Le Sentier de la Guerre
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

03/05/2018 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Dernière Bd achetée en mars ; quand j'avais vu le dessin en feuilletant les albums, j'ai tout de suite été enthousiasmé par ce nouveau western qui s'annonce comme une belle fresque sur la culture des Sioux Lakotas et d'autres tribus de cette grande nation indienne. On peut affirmer que la série fait un peu oeuvre anthropologique car les auteurs cernent bien cette culture tout comme celle des Blancs de l'Est et de l'Ouest, en situant le récit dans un contexte réel historique, c'est ce que j'ai apprécié au premier abord. L'héroïne se positionne comme quelqu'un qui comprend et admire les Indiens, en s'opposant à la volonté de son père sénateur à Washington qui prône l'éradication des "sauvages" incapables de s'adapter à la politique gouvernementale qui favorise le progrès, Diane Myers s'enfuit et va dans l'Ouest, en tant qu'artiste peintre elle symbolise également le rôle qu'a joué Frederick Remington, le grand peintre américain qui a su capter l'âme des pionniers mais aussi des Indiens des plaines. Le contexte historique est celui des guerres indiennes qui dureront en gros de la guerre de Sécession (vers 1861) jusqu'à 1890, et dont l'un des points forts sera la bataille de Little Big Horn. Ceci a déjà été conté dans Blueberry, notamment dans l'épisode Général Tête Jaune qui représente une sorte d'apothéose narrative et graphique de cette série majeure en western, mais aussi dans de nombreux films dont le fameux triptyque de John Ford sur la cavalerie (le Massacre de Fort Apache, la Charge héroïque, Rio Grande). Ce contexte me passionne énormément, je ne pouvais que m'intéresser à cette Bd. Si j'excepte quelques naïvetés, quelques passages peu crédibles concernant le rôle d'une femme blanche de surcroit dans ces conflits (bien que certaines femmes blanches aient vécu parmi les Indiens en toute sérénité), le récit est formidable pour de multiples raisons, ces petites maladresses sont pour moi des détails mineurs au regard de l'intérêt entier de la Bd. Pour la comprendre il faut s'immerger totalement dedans, c'est ce que j'ai fait évidemment, et j'en ressors ravi. Cette histoire utilise des personnages fictifs mais s'appuie sur des faits et personnages semblables à ceux de Diane et de Missouri, l'aventurier qui l'accompagne, au sein d'événements qui se sont vraiment déroulés, les massacres de villages d'enfants et de femmes par des brutes avinées, il y en a eu hélas, comme le triste massacre de Sand Creek, toute cette tension a été entretenue entre les 2 camps par des fouteurs de merde qui souhaitaient la guerre afin d'exterminer les hommes rouges, l'héroïne rencontre de vraies figures de ce conflit comme le grand chef Sitting Bull et même le président Grant et le général Custer qui lui aussi commettra des massacres gratuits. On y voit aussi le chef Crazy Horse. Mais pour ne pas prendre un tournant trop didactique, les auteurs inventent ces personnages fictifs de Diane, Missouri et Red Leaf pour donner un alibi romanesque et pour créer une dramatisation plus rapprochée avec le lecteur. J'avoue que ça marche et c'est même passionnant. Le tome 1 présente le contexte et les personnages principaux, fictifs et réels, tandis que le tome 2 est plus tourné vers la gestation d'une guerre imminente, suite à l'affaire des Black Hills, tout en montrant des aspects de vie quotidienne au sein des Lakotas, ainsi que la condition des femmes indiennes qui menaient une vie dure. La fin du tome 2 appelle un nombre de tomes incertain, mais il conduit vers un tome 3 qui va contenir la bataille de Little Big Horn où Custer sera puni de sa folie, on a vu ça au cinéma notamment dans la Charge fantastique de Raoul Walsh, et Little Big Man d'Arthur Penn. La narration établie par Bourgne est fluide et agréable, entretenant un filon captivant malgré des faits connus, la progression est remarquable, et le dessin de Didier Pagot est superbe, je ne connaissais de lui qu'une seule Bd que j'avais appréciée dans Le Complot de Ferney-Voltaire. Son dessin est soigné et bien documenté, avec une mise en page aérée et très plaisante. Voila donc un bon western, solide, bien conté, joliment dessiné et dont la suite ne pourra que me passionner encore plus, à condition que ça ne s'étire pas sur plus de 3, voire peut-être 4 albums.

18/05/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai été assez emballé par cette belle couverture. On est entrainé dans les guerres indiennes de la seconde moitié du XIXème siècle. Il s'agit d'assouvir les derniers indiens à savoir les lakotas qui résistent dans le Dakota. Une jeune artiste idéaliste prend position pour les sauvages contre son père exterminateur et part les défendre. C'est vrai que le postulat est un peu naïf surtout quand on connait la position des femmes dans la société de l'Ouest américain. Cela part d'un bon sentiment car on est placé du côté des indiens mais ce n'est guère crédible. J'ai adoré le graphisme particulièrement soigné et réaliste quant à lui. C'est assez enthousiasmant. Au final, une aventure assez romanesque mais qui ne brille pas par l'originalité. Pour autant, j'attends quand même la suite et fin avec le second tome.

05/04/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Ce tome introductif se laisse lire sans trop de problème, avec un scénario à la fois solide, classique et sans surprise. J’avoue qu’il m’en faut un peu plus pour que cela soit réellement captivant, alors que le genre western m’intéresse – tout comme le monde amérindien et sa « rencontre » désastreuse avec les conquérants anglo-saxons. A l’image du scénario, le dessin est lui aussi classique et sans surprise, sans aspérité et, osons le dire, sans trop de personnalité. Et la colorisation (assistée par ordinateur ?) ne donne pas un rendu fabuleux je trouve. Pour revenir à l’histoire elle-même, elle se situe au milieu des années 1860, au moment où le flot de colons/militaires est sur le point de submerger les territoires pourtant « définitivement » accordés aux tribus des plaines par le traité de Fort Laramie. Je déplore au passage que Marc Bourgne n’ait pas précisé davantage les différents traités (à la fois les détails, mais aussi qui les a respectés, qui les a trahis), ce qui rend un peu confuse l’attitude des Lakotas et des Cheyennes (l’intrigue se déroule surtout au milieu des Sioux, avec Sitting Bull comme personnage charismatique). Personnage lui aussi présenté de manière confuse (une courte bibliographie est présentée en début d’album, mais elle m’a paru succincte et assez fragile). C’est une femme de l’Est, photographe et peintre qui est le personnage principale de la série (et qui est franchement improbable dans la société de l’époque – que ce soit parmi les Blancs ou parmi les Indiens !). Attirée par l’Ouest sauvage, par les Indiens (et par un chef sioux en particulier…), elle cherche à témoigner sur ce monde indien, et s’insurge contre l’attitude des Blancs de la « frontier ». Hélas, en plus du caractère improbable de cette partie de l’intrigue, le reste est décevant (que ce soit trop classique ou trop « facile »). C’est un peu gentil et manichéen, tout en manquant de profondeur et de dynamisme. A voir ce que la suite donnera, mais en l’état, je suis sorti déçu de ma lecture.

03/05/2018 (modifier)