Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Tokyo Magnitude 8 (Kanojo wo Mamoru 51 no Houhou)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Ce seinen évoque un phénomène de société au japon : la peur du Big One, un tremblement de terre inéluctable qui ravagera le pays dans quelques décennies. La terre grondera plus fort que d’habitude, sa colère sera plus destructrice que celle de 1923, plus meurtrière que celle de 1995 lors du séisme de Kobe.


Catastrophes naturelles Seinen Shinchôsha/Coamix

Cette oeuvre véhicule cette angoisse à travers Jin Mishima et sa camarade Nanako Okano. La terrible expérience qu’ils vont vivre nous permet de ressentir l’angoisse de ce peuple : comment réagir lorsque le sol se dérobe ? Comment protéger les personnes qui vous sont chères ? Ce pays qui est le vôtre réussira-t-il à réchapper à la fureur des éléments ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Février 2009
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Tokyo Magnitude 8
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/08/2009 | Pasukare
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un manga sympathique à défaut d’être passionnant. En effet, je trouve qu'il y a certaines bonnes idées, mais je ne suis pas arrivé à trouver le scénario captivant. Il faut dire que 5 tomes c'est peut-être un peu trop long pour ce type de scénario et à la longue les personnages avaient tellement de problèmes à cause du séisme que cela m'a rendu indifférent à leur sort. Il faut dire aussi que certains passages sont très convenus, notamment la fin. Toutefois, je ne me suis pas ennuyé durant ma lecture sauf lors du passage avec la secte qui m'a semblé sans intérêt. Le dessin est sans grande personnalité. C'est le genre de style que je retrouve souvent dans ce genre de manga. Cela reste toutefois un style efficace.

08/05/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est le genre de lecture que j'aime bien d'ordinaire et d'ailleurs c'est mon premier manga "catastrophe". Pourtant, il manque quelque chose pour l'élever au-dessus de toutes les productions. Il part d'un postulat intéressant : que se passerait-il si la plus grande mégalopole du monde à savoir Tokyo était frappée par un séisme de puissance 8 sur l'échelle de Richter ? Bref, l'auteur joue sur la peur du "Big one" et toutes les conséquences qui en découleraient. On va suivre le parcours d'un jeune homme de 21 ans qui croit avoir toute la vie devant lui et qui croise une ancienne camarade de classe autrefois bouc émissaire déguisée en ange déchu de la mort. Ouais, c'est un peu destroy ! Mais bon, on se laisse toute de même prendre au jeu. Les scènes relatives au tremblement de terre et à ses secousses sont assez impressionnantes. On apprend même des choses : je ne connaissais pas le phénomène de liquéfaction où l'onde de choc comprime le sol plus vite que l'eau qui s'en réchappe. Cette série est à lire pour passer un bon moment de divertissement sur un sujet catastrophe. Un peu comme ces feuilletons américains de l'après-midi traitant de cataclysme aussi divers les uns que les autres. Ajout à mon avis initial suite à la catastrophe de Mars 2011 au Japon: A force d'imaginer les pires choses, elles finissent par arriver ! Et en pire puisqu'il s'agissait d'une magnitude 9 avec un puissant tsunami d'une vague faisant par endroit près de 11 mètres de haut. A cela on rajoute une catastrophe nucléaire classée au même rang que Tchernobyl ! Quand la réalité dépasse la fiction ! ....

29/08/2009 (MAJ le 16/04/2011) (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

"Ah ça c'est trop bien ! " m'a dit mon libraire quand je suis passée en caisse avec les 3 premiers tomes de cette série, je suis donc partie toute confiante avec mes trois volumes sous le bras. Au final, je dirais que cette histoire se caractérise surtout par son inconstance tant au niveau du dessin que du scénario. Le dessin est plutôt bon dans l'ensemble, bien qu'inégal. Il est tantôt clair et net, tantôt hachuré et sombre (surtout de nuit en fait…), mais tout de même très lisible avec quelques gros plans et expressions de tristesse, de surprise ou de dégoût franchement réussis. Un bon point pour les regards. A côté de ça, certaines proportions sont parfois très approximatives, surtout dans les visages de face et quand les personnages sont dessinés des pieds à la tête. Et puis Furuya Usamaru sait définitivement mieux dessiner les filles que les garçons. Le premier tome de cette série n'est pas super convaincant non plus au niveau de l'histoire : les parties "catastrophe" sont bien faites mais tout ce qui tourne autour de la psychologie des héros est très pauvre, la jeune Nanako Okano quand on la découvre dans le T1 est tout sauf attachante, surtout quand elle s'exprime : elle a une vingtaine d'années officiellement mais psychologiquement elle tient plus de la groupie hystérique aux considérations existentielles pour le moins superficielles (à la réflexion, c'est peut-être ça "avoir 20 ans"...). J'espère que la "magie" du séisme va faire son effet sur la personnalité des héros, mais cela risque de tomber très vite dans le cliché. Le tome 2 apporte quelques traces d'humour bienvenues et quelques éléments qui m'ont fait penser qu'il fallait peut-être prendre tout ça au second degré… mais on a vite fait de retrouver du creux et du superficiel et du coup je m'interroge. Le tome 3, comme les deux précédents est construit autour d'un événement tragique qui survient environ aux 2/3 et comme pour les deux autres tomes, ce point culminant est efficace. Une bonne petite lecture divertissante pour les vacances mais qui souffre d'un manque de constance graphique et de profondeur scénaristique. Je ne lui trouve rien de bien extraordinaire pour l'instant, j'espère une bonne surprise pour les deux derniers chapitres. J'ai noté également quelques options de traduction un peu bizarres ou mal choisies. Un petit 3/5 en attendant la suite. Après lecture du T5 Suite et fin, le T5 est enfin paru après un an de report... et franchement, après l'intensité des premiers tomes, la fin est beaucoup trop convenue et niaise à mon goût. A la limite, j'aurais presque préféré une bonne dernière réplique sismique pour mettre tout le monde d'accord... dommage !

05/08/2009 (MAJ le 10/09/2010) (modifier)