Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Klimt

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Jean-Luc Cornette et Marc-Renier nous plongent dans l’univers charnel et symboliste du maître de l’Art Nouveau viennois. Fantasmant par instants les songes hallucinés du peintre desquels il aurait puisé son inspiration, cet album nous offre un voyage aux sources de la beauté, entre rêve et réalité.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Peinture et tableaux en bande dessinée

Vienne, 1907. Gustav Klimt se rend dans la demeure des Bloch-Bauer. Ce couple de la haute-bourgeoisie viennoise et le peintre semblent partager une profonde amitié. Il faut dire que six ans plus tôt, alors que le scandale de son tableau La Médecine lui mettait à dos les trois-quarts des professeurs de l’université de Vienne, Adèle et Ferdinand Bloch-Bauer étaient parmi les seuls à reconnaître son génie. Visitant son atelier, partageant son quotidien, ils étaient peu à peu devenus amis. Aujourd’hui, Ferdinand lui demande l’honneur de réaliser un portrait de sa femme. Flatté et reconnaissant, Klimt promet de la recouvrir d’or... littéralement.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Novembre 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Klimt
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

09/03/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Voilà le portrait d'un peintre bohème qui aime les pâtisseries ainsi que les femmes. Il vit à Vienne au beau milieu de la riche bourgeoisie consultant le Docteur Sigmund Freud. On apprendra comment il a peint son tableau le plus célèbre, à savoir le portrait d'Adèle Bloch-Bauer, en 1907. Il faut également dire que son mari était un riche mécène de l'industrie du sucre. Je me demande où j'avais déjà vu ce tableau. Il a fait l'objet d'un film récent intitulé La femme au tableau avec l'excellente Helen Mirren, car ce dernier avait été confisqué par les nazis lors de leur folie meurtrière envers les juifs. Il a fallu un long combat judiciaire à la fin des années 90 pour que l'héritière puisse reprendre possession du bien volé (adjugé par la suite à 135 millions de dollars à Ronald Lauder, le propriétaire des cosmétiques Esthée Lauder). Je trouve que le scénario de la bd décrit assez bien la phase de composition avec cette reine égyptienne couverte d'or et de bijoux somptueux. Certes, il y a des phases un peu légères, mais la lecture a été très agréable du début à la fin. Cela permet également de mieux connaître Gustav Klimt, dont la côte s'est élevée après sa mort. Il a connu un scandale retentissant lors de l'exposition en 1901 de son tableau la Médecine qui fut descendu par la critique. Visiblement, les médecins avaient un problème avec les femmes nues. Le traitement réalisé par cette bd m'a convaincu, car c'est l'essence de son art qui est perçue et non les fioritures de sa vie. J'ai apprécié cette approche différente mais qui donne du résultat. Au niveau du dessin, on regrettera peut-être des couleurs trop ternes. Pour le reste, c'est satisfaisant. Klimt fait encore de nos jours l'actualité car deux jardiniers ont retrouvé une de ses oeuvres qui avait été dérobée il y a près de 20 ans.

18/01/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

De Gustave Klimt je ne connaissais pour ainsi dire rien. Oui, bon, d’accord, j’étais capable de reconnaître certaines de ses peintures (le gars a quand même un style très personnel) mais j’aurais été totalement incapable de le situer sur une échelle du temps. Et soyons honnêtes, si je me suis penché sur cet album, c’est parce qu’il est dessiné par Marc Renier, un artiste dont j’aime la finesse de trait mais aussi un gars que j’ai eu l’occasion de croiser à de multiples reprises. Et connaissant son goût pour l’art, je me doutais que s’il se lançait dans ce projet, c’est qu’il avait un faible pour le peintre et qu’il allait de ce fait soigner ses planches encore plus que d’ordinaire, histoire de rendre pleinement hommage à Klimt. Et c’est un fait que, visuellement, certaines planches en jettent ! En ce qui concerne le scénario, je suis un peu plus circonspect. Non qu’il soit désagréable… mais je le qualifierai quand même d’étrange. Je m’attendais à lire une biographie, je suis tombé sur une évocation du personnage au travers d’une fiction le mettant en scène, fiction recoupant la réalité par bien des aspects cependant. C’est donc à une plongée dans l’état d’esprit de Klimt, dans ses obsessions, dans ses cauchemars que me convient les auteurs de cet album. Et si le résultat n’est pas déplaisant à lire, je finis ma lecture en me disant… que je n’ai finalement pas appris grand chose sur Gustave Klimt. Bon, d’accord, je sais maintenant le situer sur une échelle du temps, je peux le localiser géographiquement mais de sa démarche artistique, finalement, je ne sais rien. Ses obsessions me paraissent tellement identiques à celles d’autres peintres célèbres, sa quête de reconnaissance, sa recherche d’un regard parfait… Rien ne le distingue des autres. Du coup, à la question « Qui est Gustave Klimt ? » je ne saurais toujours pas répondre aujourd’hui, sinon en débitant quelques banalités. Mais cette lecture ne m’a pas déplu. Je n’y reviendrai sans doute pas mais j’ai terminé cet album sans ennui. Pas mal, donc… mais sans le petit plus en plus.

09/03/2018 (modifier)