Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Cintré(e)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

C’est la rencontre de deux personnages que tout oppose. Lui, timoré et effacé, vit sa vie en pointillé. Extravertie, délirante et désinhibée, elle est son opposé. Mais derrière cette façade, elle fuit quelque chose : sa jeune vie chaotique, faite d’alcool, de drogue et de prostitution.


Problèmes de poids Profession : bédéiste

C’est la rencontre de deux personnages que tout oppose. Lui, timoré et effacé, vit sa vie en pointillé. Dessinateur de bande dessinée, il trimballe sa vie comme il trimballe son obésité. Tout est une charge. Le suicide d’une gamine le hante. Même s’il n’y est pour rien, il se sent coupable. Il aurait dû voir, dire, parler, intervenir... Il supporte docilement sa maîtresse, acariâtre et véritable manipulatrice, qui lui fait espérer une vie qu’il n’aura jamais. Puis il croise le chemin d’Eléonore. Extravertie, délirante et désinhibée, elle est son opposé. Mais derrière cette façade, elle aussi fuit quelque chose : sa jeune vie chaotique, faite d’alcool, de drogue et de prostitution... Aujourd’hui, elle tente de se reconstruire. Mais son sevrage, sa situation familiale et son caractère laissent apparaître des troubles qui vont s’accroître à grande vitesse.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Février 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cintré(e)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

15/02/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cintrée est un terme peu élogieux pour dire qu’une personne est un peu exubérante. Ce trait de caractère cache en réalité bien d’autres soucis d’ordre psychologique. Il est vrai que le monde regorge de personnes pas très équilibrées et il y a sans doute de quoi avoir peur. Cependant, si on possède un gramme d’empathie, pourquoi ne pas commencer une relation avec une cintrée ? C’est ce qui arrive à notre héros dont on suit le cheminement. Derrière tout cet humanisme de bon aloi dans le dégoulinement de bons sentiments, je me suis un peu perdu dans ce récit un peu interminable et je n’ai pas trouvé de plaisir. Le fond est bon et sincère mais la forme pas convaincante dans la manière de raconter une histoire. Ce récit m’est apparu assez ennuyeux sur la longueur. Bref, ce n’est pas pour moi-même si objectivement, cela peut le faire pour d’autres plus en phase.

12/09/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai beaucoup aimé la sincérité qui se dégage de cet album. On peut le dire, il sent le vécu, l’émotion primale, celle qui nous force à agir. En l’occurrence, cette émotion que je ressens est certainement celle qui a poussé Jean-Luc Loyer à l’écrire et même si je ne saurai jamais distinguer le vrai du faux (car ce récit est en partie biographique et en partie romancé), j’ai vraiment pris cette histoire pour argent comptant et je sors de cette lecture ému, touché par l’humanité de l’auteur (dans ses interrogations, dans ses actes, dans ses faiblesses). Jean-Luc Loyer, vous m’avez donné l’envie de vous rencontrer, d’aller boire une pinte avec vous, de discuter de la vie, de vous… de nous, de notre implication, de ce qui nous fait nous. J’ai aimé le recul pris par l’auteur (qui se met en scène) face à son quotidien. J’ai aimé la manière dont il explique qu’un événement dramatique a irrémédiablement changé sa vie. J’ai aimé le ton de cet album. Doux amer, dramatique par bien des aspects et pourtant drôle à plus d’une occasion. Les personnages touchent par leurs faiblesses, par leur folie ordinaire (très ordinaire, même). Je me suis senti proche d’eux sans pouvoir me comparer à eux, un peu comme si nous faisions partie d’une même tribu, celle des gens ordinaires. J’ai aimé le dessin de Jean-Luc Loyer, simple, lisible, capable de transmettre des émotions sans trop en faire. Le côté caricatural du trait est ici au service de l’humour, de l’exubérance des personnages. Mais derrière ces masques, j’ai ressenti leur fragilité. Jean-Luc Loyer a réussi à dessiner une émotion pour nous en montrer une autre, et quelque part, je ne peux m’empêcher de penser que c’est du grand art. Enfin, j’ai aimé la fin de cet album. Une fin à l’image de l’album : tout en retenue et tellement juste dans les intentions et les émotions transmises. Après, vous faites ce que vous voulez. Moi, j’ai acheté l’album et je ne le regrette vraiment pas !

15/02/2018 (modifier)