Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Du cinéma pour le dessert

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Déclaration d'amour au cinéma, au travers de l'éducation cinématographique de l'auteur.


Cinéma

Comment les grands films nous trans­forment ? Pourquoi le bouton­neux qui aimait Luc Besson devient-il un homme épanoui après avoir visionné tout John Ford ? Y a-t-il un risque de deve­nir un vieux réac à force de revoir La mort aux trousses ? C’est le sujet de notre débat de ce soir. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Du cinéma pour le dessert
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Grégory Jarry et Otto T, les fondateurs et animateurs des éditions Flblb sont des cinéphiles, et ils ont donc dû accueillir avec plaisir le projet de Rémi Lucas, qui déclare dans cet album son amour pour le cinéma – d’auteur surtout, mais pas que. Le côté graphique est minimaliste, sans gaufrier ni cases, sans décor, avec des personnages dont parfois n’apparait que la tête. Le dessin en Noir et Blanc, use d’un trait gras et rageur, on sent les coups de crayons ! Un peu du trait de Buzzelli, mais aussi de certains crayonnés de caricature ou de presse : on vise l’efficacité avant l’aspect esthétique ici, c’est clair. Rémi Lucas se représente lui-même (parfois accompagné de sa femme), dialoguant avec des cinéastes, et s’adressant le plus souvent au lecteur, pour le prendre à témoin, lorsqu’il glose sur tel ou tel réalisateur, tel ou tel film. Lucas dialogue aussi souvent avec lui-même plus jeune, critiquant les goûts qu’il avait alors (il est vrai moins « cinéphiliques »). Il défend aussi la VO contre la VF (avec un passage montrant la liberté prise pour traduire les titres de certains films, défigurant totalement l’original). Son éducation cinématographique, l’évolution de ses goûts sont intéressants. Et j’ai retrouvé avec l’éducation cinéphilique développée par Lucas un peu de la mienne, à travers « La dernière séance » ou « Les dossiers de l’écran », deux émissions qui m’ont marqué (pour les films diffusés bien sûr, mais aussi pour leur habillage). Alors, ça se lit bien, mais c’est quand même aride. Essentiellement parce qu’il n’y a pas vraiment d’action, nous suivons des dialogues, des remarques illustrées. Mais le sujet est intéressant, et l’ensemble est assez frais. Il est clair que cet album s’adresse en priorité aux cinéphiles. Mais ceux qui se sont ouverts au cinéma – même via la télé depuis les années 1970 y trouveront un goût de madeleine…

18/04/2020 (modifier)