Amber Blake

Note: 1/5
(1/5 pour 2 avis)

Orpheline, courageuse, gracieuse et athlétique, Amber Blake bénéficie d'une formation pointue d'agent d'action, qu'elle met au service d'une lutte philanthropique.


En 2003, par une soirée de blizzard sur l'île de Jersey, une mère abandonne sa fillette, Amber, à la porte d'un orphelinat. La fillette grandit à la dure, en se faisant une indéfectible amie prénommée Amanda. Alors qu'elles sont adolescentes, un anglais se présente à leur institution pour les convoquer toutes deux dans le bureau de leur directrice. Leurs résultats scolaires étant remarquables, Mr Kavotz leur propose d'intégrer Cleverland, une école spéciale pour enfants défavorisés mais méritants, financée par un puissant philanthrope. Cinq ans plus tard, Amber et Amanda reçoivent leurs diplômes en grandes pompes dans la cour de Clerverland. Au sein de la promotion, deux étudiantes bénéficient d'une distinction particulière remise devant l'assemblée par le grand fondateur de Cleverland, en raison de l'exemplarité de leurs études : Amber et une certaine Alice. Le soir même, les étudiants font la fête. Mais à la fin de la soirée, Amber retrouve Alice en pleurs, tapie dans un coin. Celle-ci lui avoue avoir été violée par Kavotz. Amber la pousse à tout dénoncer immédiatement aux autorités, notamment via un témoignage vidéo envoyé par Internet. Mais le mail n'a pas le temps de partir, que Kavotz surgit dans leur chambre d'étudiante avec deux comparses super costauds. Il leur annonce : aucune d'elles ne sortira vivante de cette chambre. Or Amber est vive et athlétique, elle parvient à s'enfuir. Elle se sauve dans Londres et se planque dans un squat délabré, avant d'être recueillie par une femme élégante. Cette femme lui offre un café dans un pub. Mais le café est drogué. Amber se réveille sur un matelas moisi, enfermée dans une pièce sordide. La voilà esclave d'un réseau de prostitution. Mais alors qu'elle est sur le point d'être violée par ses geôliers, une femme déboule dans la pièce avec deux flingues à la main. Elle s'appelle Vera et elle est venue pour la sauver. Elle dégomme tous les méchants et embarque Amber à bord de son Austin Healey...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Mai 2017
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (un cycle terminé) 2 tomes parus
Couverture de la série Amber Blake
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/08/2017 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série qui a droit à un gros matraquage publicitaire, dont le deuxième tome se fend d'un sticker de recommandation de "20 minutes", et dont les tomes s'étalent dans tous les supermarchés. Si l'état civil de la scénariste explique cette situation (hallucinante pour une première œuvre !), ce n'est même pas ça qui me rend si sévère. C'est surtout que rien ne le justifie intrinsèquement ! Seule le côté graphique pourrait avoir quelques qualités. Mais je n'accroche pas à ces traits trop figés, ni à ce dessin retravaillé à l'informatique (mais là ce n'est peut-être qu'affaire de goût). Surtout, l'intrigue et les dialogues sont d'un intérêt très faible (je vais rester dans l'euphémisme) ! Se servir de clichés, de poncifs déjà vus, si c'est juste pour pallier le manque d'imagination, cela ne m'intéresse pas. De l'action, mais sans nuance, une psychologie absente, et certains passages peu clairs... J'avais du temps à tuer dans un supermarché, et j'ai voulu voir ce que donnait la suite (j'avais feuilleté le premier à sa sortie): j'ai lu les deux albums rapidement, et vais les oublier tout aussi vite. Le plus chiant avec ces daubes, qui bénéficient en plus d'un gros piston, c'est qu'elles prennent dans les étals et dans le porte-monnaie des gens la place d'autres productions plus originales, plus à même de les amener vers des œuvres plus ambitieuses. Note réelle 1,5/5.

10/06/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'ai pas trop aimé ce récit ultra-conventionnel sur le mode de la petite orpheline qui devient une espionne de choc. Les dialogues frisent parfois le pathétique avec une accumulation de clichés comme ce n'est pas permis. Le déroulé de cette histoire est pour le moins invraisemblable dans les réactions des personnages face aux différents événements. Il y a certes du rythme mais il manque l'essentiel : l'envie de continuer l'aventure avec Amber Blake. Un James Bond au féminin qu'on oubliera assez vite. Parfois, à la place des éditeurs qui publient, je me pose des questions sur leur lucidité. Il y a tant d'autres oeuvres qui méritent l'attention et qui sont véritablement pertinentes. Cette remarque bien entendu n'engage que moi.

08/08/2017 (modifier)