Bello ciao

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le 20 juillet 2001 à 17h27, pendant les journées du sommet du G 8 de Gênes un manifestant répondant au nom de Carlo Giuliani est tué sur la place Alimonda. Cet album revient sur ce tragique évènement mais s'attèle également à dresser un portrait de Carlo Giuliani grâce aux témoignages de ses proches.


Auteurs Italiens Italie Luttes des classes & conflits sociaux

Le 20 juillet 2001 à 17h27, pendant les journées du sommet du G 8 de Gênes, un manifestant est tué sur la place Alimonda. Les premiers témoignages sont confus : certains parlent d’un coup de revolver, d’autres d’une pierre, d’autres encore de bombes lacrymogènes. Peu de temps après, une photographie de l’agence Reuters ne laisse plus de place au doute. Elle révèle un jeune homme (on découvrira plus tard dans la soirée qu’il s’agit de Carlo Giuliani, un garçon de 23 ans) avec une cagoule et un extincteur qu’il soulève au dessus de sa tête tandis qu’une arme le vise depuis l’arrière d’une camionnette. Les auteurs, désireux d’approfondir les événements advenus Place Alimonda, ont fait de cette photo le point de départ de leur enquête : les événements de Gênes se sont enrichis de nombreux détails, que ce soit de la part des medias (davantage des alternatifs que des plus reconnus) ou des cours de justice, constituant ce qui fut selon Amnesty International “le plus grave manquement aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la seconde guerre mondiale”.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Février 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Bello ciao
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2013 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Comme beaucoup, j’avais entendu parler des tragiques incidents survenus durant le G8 de juillet 2001 en Italie, des incidents qui allaient coûter la vie à un manifestant décrit comme un activiste d’extrême-gauche ultra-violent. Ce livre a un double objectif. Tout d’abord, et principalement donner la parole à la défense, c’est-à-dire aux parents de Carlo Giuliani pour décrire le garçon qui se cachait derrière le terroriste sans attaches décrit par les médias. Ensuite, revenir sur les évènements survenus durant les manifestations de Gênes et tâcher de comprendre comment pareil drame a pu arriver. Je l’avoue, dès le début du récit je me suis méfié. Je me suis méfié car j’avais peur de tomber sur une œuvre trop militante. Les auteurs sont ouvertement des sympathisants des mouvements gauchistes et le risque de faire de Carlo Giuliani une victime des autorités par pures convictions politiques était réel. Or, je n’aurais pas été plus enclin à croire une version manipulée par la gauche que je ne l’étais à gober tout cru les explications des autorités. En définitive, je craignais de sortir de cet album avec le sentiment que tout le monde manipule tout le monde, que cette mort était malheureuse mais que, en définitive, c’était « leurs problèmes » puisqu’aucun ne voulait s’exprimer avec totale franchise. Seulement voilà, ce livre est très bien conçu. Et alors que le sujet aurais pu se révéler ardu à mettre en images, les auteurs m’ont au contraire donné à lire une œuvre fluide et prenante. Bien sûr, le parti pris est manifeste, il n’empêche que les auteurs soulèvent des questions légitimes. De plus, grâce aux témoignages familiaux, ils parviennent à éclairer la personnalité de Carlo Giuliani sous un angle différent. De l’extrémiste violent, on passe à un jeune garçon parfois déraisonné ou impulsif mais surtout incapable de supporter ce qu’il considère comme une injustice. La mise en image du père, de la mère et de la sœur de Carlo est construite sur une mode symbolique. Chacun nous livre son témoignage avec comme seul accessoire la cagoule, le ruban adhésif ou l’extincteur que portait le fils ou le frère au moment de sa mort. Cette originale manière de procéder permet de centrer totalement l’attention du lecteur sur les propos tenus tout en conservant une structure dessinée. De plus, la symbolique est forte puisque cet objet fait office de lien entre Carlo et ses parents, cassant ainsi l’image d’un homme en pleine rupture sociale. Par ailleurs, la majeure partie du livre est composée de cases qui illustrent Carlo dans ses actes, ce qui assure le dynamisme de l’ensemble. Cette double articulation narrative est la source d’un récit aisé à lire, non rébarbatif, bien structuré… et de plus bien illustré. Le trait de Manuel de Carli est, en effet, très précis pour ce genre de mise en images. Je ne m’attendais pas à une telle qualité pour un aspect de l’album qui aurait pu n’être considéré que comme secondaire, tant l’important ici se situait dans les propos tenus. Cela reste avant tout simple et efficace, mais le trait est fin et bien plus séduisant que celui de bien d’autres œuvres du genre. A titre personnel, je regrette que Francesco Barilli passe rapidement en fin d’album sur l’un ou l’autre évènement qui aurait pu desservir Carlo Giuliani. J’ai alors ressenti une approche trop militante et donc manquant d’objectivité, ce qui, par effet de contamination, pourrait inciter plus d’un lecteur à ne plus croire en rien dans l’histoire telle qu’elle est décrite. C’était le danger, comme je le disais plus haut… et le scénariste ne l’évite pas complètement. Et alors, en définitive, que penser de cet album ? D’un strict point de vue conceptuel, cet album est très bien fait. Les auteurs parviennent à faire d’un sujet délicat et d’une enquête somme toute très statique un récit vivant et non rébarbatif. Au niveau de l’émotion ressentie, il faut bien comprendre que cet album se centre sur les faits. Je n’ai jamais eu de pincement au cœur durant ma lecture mais ce n’est pas le but recherché par cet album, je pense. Ici, on est dans l’analyse, pas dans l’émotionnel. Au niveau du contenu, je serai plus nuancé. Je pense sincèrement que si vous êtes sympathisant des mouvements altermondialistes et de leurs manifestants, vous allez adorer ce bouquins et vous vous exclamerez à la fin de celui-ci : « vous voyez ! Nous sommes victimes des autorités, victimes de complots !! ». Si, au contraire, vous êtes plus du côté des autorités, vous refermerez ce livre en vous exclamant « vous voyez ! Comment faire confiance à ces gauchistes alors qu’ils occultent dans leur enquête ce qui aurait pu déranger ? Comment croire à des propos tenus par des sympathisants ? » Enfin, si comme moi, vous ne vous sentez pas plus d’affinités avec un côté que l’autre, vous vous direz que ce livre soulève quand même de bonnes questions. Tout n’y est sans doute pas à prendre pour argent comptant mais il n’empêche que ce tragique événement aurait mérité une enquête plus approfondie et surtout menée avec la plus profonde neutralité. Quoiqu’il en soit, cet album est plutôt bien réalisé et mérite votre attention. A lire au moins une fois. L’achat dépendra, lui, de vos convictions politiques. Un franc 7/10 traduit ici par un « pas mal » enthousiaste et un coup de cœur pour avoir réussi à rendre vivants cette enquête et ces témoignages.

13/02/2013 (modifier)