Les Losers

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Le capitaine Storm, Johnny Cloud, Gunner et le Sergent font partie du commando des Losers : un quatuor formé au coeur de la Seconde Guerre mondiale et lancé dans les missions les plus périlleuses derrière les lignes ennemies. Des plages du Débarquement aux îles du Pacifique, les Losers traversent ce décor à la fois insensé et périlleux !


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale

Le capitaine Storm, Johnny Cloud, Gunner et le Sergent font partie du commando des Losers : un quatuor formé au coeur de la Seconde Guerre mondiale et lancé dans les missions les plus périlleuses derrière les lignes ennemies. Des plages du Débarquement aux îles du Pacifique, les Losers traversent ce décor à la fois insensé et périlleux !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Juin 2017
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Les Losers
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

31/07/2017 | Mac Arthur
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Une des moins bonnes séries de Jack Kirby que j'ai lues jusqu'à maintenant. Ce sont des courts récits de guerre sans intérêt avec des personnages peu charismatiques. Vu que Kirby a été soldat durant la deuxième guerre mondiale, je pensais que cela aurait pu rendre la série intéressante et réaliste. Apparemment, il a puisé dans ses souvenirs lorsqu'il a repris cette série, mais rien dans ces histoires ne les différencient de n'importe quel comics de guerre. Les histoires m'ont vite paru ennuyeuses, il n'y a aucune tension et je n'ai aucune idée pourquoi ce groupe est appelé les losers car ils ne le sont pas trop à mon goût. Le dessin de Kirby est correct quoique je l'ai déjà vu mieux dessiner. J'ai fini par feuilleter l'album.

13/12/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Jack Kirby est une véritable légende dans le monde du comics. Ses travaux ont influencé nombre d’auteurs anglo-saxons (Franck Miller et Alan Moore en tête) mais pas que ! Son style graphique est très esthétique, en quête de cadrages cinématographiques. Le réalisme des situations est souvent oublié, les perspectives sont déformées au besoin, avec pour seul objectif le caractère percutant des mises en scène. Cet album illustre pleinement ces caractéristiques visuelles. On y retrouve effectivement ce qui faisait la force de Kirby, ce caractère caricatural, excessif, démonstratif du dessin toujours mis au service de l’histoire. Aux yeux de jeunes lecteurs, ce style très daté peut laisser indifférent mais je comprends parfaitement que les anciens soient fans du genre. Ceci dit, Les Losers, outre son aspect graphique, propose de courts récits de guerre… et il faut bien parler des scénarios… Et bon, là, mon enthousiasme chute d’un cran. Ces courts récits mettant en vedettes un escadron improbable de soldat américains durant la seconde guerre mondiale ne volent tout de même pas très haut. Beaucoup d’action, de l’humour d’une subtilité très US army et une mise en boite des méchants mais crétins adversaires nazis, nippons ou soviétiques. Pas de quête de réalisme ici, juste de la fantaisie guerrière. Je m’en suis assez vite lassé et la seule histoire qui m’aura un tant soit peu marqué aura été la plus fantaisiste, justement pour son caractère absurde, outrancier et original. Pour le reste, j’ai vraiment retrouvé le même contenu que celui que m’offraient les comics vendus 3 francs 6 sous pour treize à la douzaine durant les années ’70. Donc voilà ! Pour son aspect visuel, je conseillerais la lecture de cet album aux anciens lecteurs amateurs de comics. Mais on peut supposer que ceux-ci connaissent déjà Jack Kirby et ne seront donc pas surpris par son esthétique. Les jeunes lecteurs risquent de trouver ces récits plutôt insipides et très (trop ?) caricaturaux. Les fans de Jack Kirby n’auront que faire de mon avis et se seront (à juste titre car il ne s’agit certainement pas d’un travail honteux de l’artiste) rué dans leur librairie pour acheter cet album. 3/5 pour l’aspect graphique 2/5 pour les histoires

31/07/2017 (modifier)