Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Pharmacienne

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Une famille débauchée dans un vaudeville d'une rare intensité érotique !


Adaptations de romans en BD Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Pharmacienne de profession et soumise dans l'âme, Laura Desjardins tombe la blouse dès que Beau P', son nouveau compagnon, le lui ordonne. Notre héroïne est loin de se douter que l'appétit sexuel est héréditaire : jeune femme en apparence naïve, sa fille Bébé en connaît déjà un rayon sur les hommes ! Quand Beau P' surprend l'effrontée entre les jambes d'un camarade et décide de la faire chanter, tout bascule dans ce foyer de province. Et l'arrivée d'Ernest, un cousin et voyou repenti qu'on héberge pour quelque temps, ne fait qu'accélérer la débauche de la charmante famille...

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Juin 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Pharmacienne

09/06/2017 | herve
Modifier


Par Hermeline
Note: 2/5

Cul cucul. Pas d'histoire ou presque.... Les situations scabreuses s'enchaînent sans queue ni tête (le comble ! ). Reste le dessin, excellent, et la mise en couleur somptueuse. Cette pharmacienne ne fait vraiment pas dans l'homéopathie...

05/05/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

L’auteur de Chambre 121 et de Suite 121 adapte ici un des romans d’Esparbec, publié chez le même éditeur. Il garde la même couverture que le roman (seule change la couleur de cheveux de « la pharmacienne » - même si, honnêtement, ce n’est pas forcément ce que l’on regarde d’elle en premier lieu ici !), élague quelques détails, pour se concentrer sur les relations à quatre entre notre pharmacienne, son nouveau jules, sa fille et un cousin récemment sorti de taule et venu se ressourcer. Esparbec n’est pas un auteur à s’encombrer de faux semblants, de prétentions artistiques, et va directement à l’essentiel (le cul), pour s’y attarder longuement. Comme l’a fait remarquer hervé, cet aspect a justement été reconnu par Pauvert dans son excellente anthologie des lectures érotiques (dont la lecture est hautement recommandable à divers titres). Et donc ici, à part quelques rares moments reliant les personnages entre eux, nous suivons une sorte de vaudeville à la Labiche ou Feydeau (quiproquos, personnages sortant et entrant d’une pièce à l’autre, maitresse dans le placard (Esparbec a plusieurs fois repris dans ses romans cette idée du vaudeville pour ses coucheries), amant coincés sur le balcon, etc. Mais, bien évidemment, tout est ici perverti, et rapidement chacun des protagonistes couche avec les autres, successivement, puis ensemble, dans une scène orgiaque finale. On n’est pas volé sur la marchandise, on sait d’entrée (du fait des auteurs, mais aussi d’une entrée en matière – et dans notre pharmacienne ! – que le langage va être aussi fleuri que le scénario sera linéaire. Et le dessin est plutôt bon, nous montrant deux femmes aux formes généreuses, dans des positions des plus scabreuses. Les amateurs ne recherchant pas forcément l’originalité trouveront sans doute leur plaisir à la lecture de cet opus brut de décoffrage.

23/09/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est un roman de gare un peu porno qui est adapté. Le dessin est franchement de toute beauté dans un style très réaliste. En ce qui concerne le récit, je serai moins élogieux. Je n'ai pas trop apprécié cette histoire de famille autour d'une pharmacienne. Il y a un côté presque incestueux et amoral qui m'a mis assez mal à l'aise. Certes, c'est un porno qui s'assume avec des scènes de sexe plutôt torrides qui s'enchaînent assez rapidement. C'est réalisé pour divertir avec ses nombreux coup de théâtre et amant dans le placard et le but est clairement atteint. Pour le reste, il me faudra sans doute plus de douceur, de charme et de subtilité que cette débauche familiale.

03/12/2017 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Avec « la pharmacienne », Igor et Boccère (qui ne font qu’un) adaptent un des romans les plus connus, voire le meilleur (avec « la foire aux cochons » et plus récemment « le fruit défendu ») d’Esparbec, écrivain que j’adore. Ce roman est même repris dans l’anthologie des lectures érotiques de Jean Jacques Pauvert. Après l’inoubliable Chambre 121 (et sa Suite 121) et le moins bon "Voyage en profondeur", Igor & Boccère ont enfin eu l’honneur de décrocher un grand format couleur aux éditions"dynamite". Rien que la couverture, qui reprend celle du roman publié en 2003 vaut le détour ! Igor & Boccère adaptent avec (presque) fidélité le livre d’Esparbec (encore que certains personnages passent à la trappe, comme le frère de Bébé, ou encore le cousin Jérôme qui est remplacé ici par un copain de fac, ou certaines situations – comme l’inceste et une scène homosexuelle entre Ernest et le frère, disparaissent purement et simplement dans la bande dessinée) et nous offrent une fin originale et drôle non présente dans le livre. En tout cas, on y retrouve l’ambiance du livre où, au final, tout le monde couche avec tout le monde, et dans toutes les positions. Evidemment, les courbes généreuses et avantageuses de la belle pharmacienne sont parfaitement mises en valeur, comme je l’imaginais à la lecture du roman. C’est un ouvrage franchement pornographique, assez réussi, à ne pas mettre entre toutes les mains, servi par un dessin qui sans nul doute aurait gagné à être un peu plus soigné au niveau des visages des deux femmes. En effet, on confond parfois Laura, la mère, avec Bébé, la fille... un peu comme les deux lascars de la maison, Beau et Ernest, en fin de compte ! Bref, une très belle adaptation que je recommande vivement.

09/06/2017 (modifier)