Judge Dredd - Origines

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

A la veille des 40 ans de la création du magazine culte 2000 AD et de son personnage le plus emblématique, JUDGE DREDD : ORIGINES est le premier volume d’histoires inédites du « héros » ambigu proposé par DELIRIUM. Il permet enfin de comprendre les origines de Judge Dredd et de l’univers ultra-policier de Mega-City One, dernier bastion de la civilisation ayant survécu à la fin du monde ancien, le nôtre, gangrené par la corruption et consumé dans le feu nucléaire… Heureusement, tout ça n’est que de la fiction !


2000 AD Auteurs britanniques

Après la découverte d’une information jugée ultra-sensible, JUDGE DREDD est envoyé dans la Terre Maudite, la zone irradiée qui recouvre la majeure partie du territoire américain, pour une mission qui le plongera dans l’origine « confidentielle » des Juges et de Mega-City One… .

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Mars 2016
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Plus de 2 ans
Couverture de la série Judge Dredd - Origines
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/06/2017 | Le Grand A
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Je plaide coupable. Je suis très déçu par ces tentatives d’éclaircissement sur l’origine de la création de ce corps totalitaire des juges-bourreaux, des origines de Dredd lui-même, ainsi que de l’édification de méga-cités isolées de l’atmosphère toxique du monde ravagé par la guerre totale. Je n’avais jamais lu auparavant d’histoires originales du personnage créé par John Wagner et Carlos Ezquerra bien que celui-ci me fascine depuis que j’ai visionné le film de 1995 avec Sylvester Stallone dans le rôle éponyme (« La Loi c’est moi ! » tout ça...). D’ailleurs, ce comics reprend pas mal d’idées et de personnages aperçus dans le film, comme ça je n’étais pas totalement perdu en terre inconnue. Néanmoins un des défauts du scénario est qu’il s’adresse à un public plus ou moins connaisseur à la base. Je me mets à place d’un lecteur ne connaissant rien à l’univers et je me dis que la lecture doit être plutôt ardue du fait que Wagner n’y va pas avec des pincettes et évoque très vite des références passées : que le juge Fargo est le père génétique de Dredd, que Rico est son clone et qu’il a été jugé par celui-ci, etc. D’un autre côté avec une histoire ayant pour titre « Origines » on s’adresse plutôt à un public de fans… Je l’ai surtout lu pour le dessin de Kev Walker qui a un côté Mike Mignola dans son style et qui me plaît bien. Dommage qu’il ne dessine qu’un tiers du bouquin mais je vais y venir… Bien aimé cette première partie de Walker avec un scénar très polar et course-poursuite avec un Dredd enquêteur qui ne lâche pas les suspects d’un meurtre, comme un clébard et son os à ronger. Du coup je ne comprends pas bien pourquoi Kev Walker s’est fait évincé de la suite puisqu’il s’agit ni plus ni moins de la même histoire : le juge suprême Fargo, initiateur du corps des Judges, prétendument décédé depuis des années, serait peut-être en vie mais retenu en otage dans les terres désolées où ses geôliers réclament une rançon d’un milliard. Le seconde partie met donc en scène Dredd et plusieurs juges montant une expédition pour secourir Fargo ou au moins voir ce qu’il en est, et coupée de flash back sur la politique des USA ayant conduit à ce que vous savez ainsi que les années de formation de Dredd et Rico . Honnêtement j’ai lu le reste en diagonal. Parce que je trouve le dessin d’Ezquerra hyper moche, du comics sans âme et daté. Et puis ces couleurs… ces aplats fluo à l’informatique vraiment dégueu… insupportable visuellement. Quant aux explications, elles sont décevantes comme je l’ai annoncé. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi simple et d’une banalité à la limite du cliché. Je m’imaginais autre chose, il y avait moyen d’imaginé un truc plus « excitant ». Pas lu les tomes suivants dessinés par le même Ezquerra et d'autres. Pour moi le meilleur des Dredd au final c’est bien celui campé par le taciturne Karl Urban dans le sobrement intitulé « Dredd ». Un direct-to-DVD franchement bien lui.

01/06/2017 (modifier)