Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

S

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Amitiés particulières et badminton...


Akita Shoten La BD au féminin : le manga Shojo Sport

Yagami et Sakuragi forment depuis plusieurs années un duo performant en badminton. Ce sont aussi deux amis inséparables, qui connaissent bien leurs places et leurs défauts. Mais en cette première année de lycée, l'arrivée du champion du lycée voisin, venu pour recruter Sakuragi, va bouleverser cette belle amitié...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série S © Asuka 2006

08/11/2016 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

On m'avait dit "tiens, voilà un manga sur le badminton, ça pourrait t'intéresser..." Il est vrai que c'est le sport que je pratique actuellement, et que ça m'intéresse de plus en plus. j'ai donc attaqué la lecture de cette série courte. Mais au fil des pages, je me suis rendu compte que le badminton n'était qu'un prétexte. Un prétexte pour décrire une amitié entre garçons, par conséquent dans le cadre d'un sport (non non, ce n'est pas du tout cliché, voyons...). Laquelle amitié va donc voler en éclats lorsque Sakuragi cède aux avances (j'utilise ce mot à dessein) du champion du lycée voisin, vieux rival du sien. Setona Mizushiro est connue pour ses séries relevant du yaoi, c'est à dire contant des amours entre garçons. Cette série n'en relève pas, du moins pas officiellement, mais chassez le naturel, il revient au galop. Oh bien sûr, pas de situations explicites, pas de mots francs, mais lorsqu'un garçon explique à un autre "je voudrais que tu me prêtes ton corps", "je vais t'apprendre à faire entrer mon moi en toi", etc., cela peut prêter à confusion. On se retrouve alors dans un triangle relationnel, presque amoureux (ce que laisse entendre également la postface du premier tome) où les tensions sont légion. Je n'ai absolument rien contre le yaoi, mais je ne m'attendais pas vraiment à un soap où les personnages s'interrogent pendant des heures sur leurs sentiments... Cette déception est renforcée par la quasi absence du badminton. Certes, on a droit à quelques scènes de matches, mais cela doit ressembler à une trentaine de pages ; sur les quelques 550 que compte la série, c'est peu. Le côté tactique ou technique est représenté par la façon toute particulière qu'a Niresaki de coacher son nouveau poulain. Et tout cela sous l'oeil quasiment absent des parents ou des éducateurs. Et que dire des personnages, un peu caricaturaux ? Graphiquement, Mizushiro ne sort pas franchement du lot du yaoi et du shojô, et des tics morphologiques peuvent freiner la fluidité de lecture. Bref, une belle déception.

08/11/2016 (modifier)