Montage

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

La vie de Yamato Narumi, dix ans, est bouleversée le jour où, en compagnie de son amie Miku Odagiri, il découvre un policier blessé qui lui révèle avant de mourir que son père, Tetsuya Narumi, est l'auteur du casse des 300 millions de yen commis 42 ans plus tôt.


Kodansha Seinen

10 décembre 1968 : Un vol de 300 millions de yens est commis dans une banque japonaise. L’auteur disparaît dans la nature… 2004: un inspecteur, sur le point de mourir, révèle à Yamato, 10 ans, que son père est l'auteur du célèbre cambriolage... L’homme ajoute : « ne fais confiance à personne » ! Quelques jours plus tard, on retrouve le corps du père de Yamato, un accident paraît-il… 2010 : Yamato a 16 ans. Il découvre dans les affaires de son père un billet de banque qui provient du fameux casse ! Il doit enquêter ! C’est parti pour un terrible suspense à rebondissements, où se succèdent enlèvements, cavales, affrontements et louvoiements entre policiers véreux, bandits de la pire espèce et témoins récalcitrants…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Septembre 2013
Statut histoire Série terminée 19 tomes parus
Couverture de la série Montage
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/06/2016 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire est tirée d'un fait véridique: un casse de 300 millions de yens à savoir un braquage ayant eu lieu au Japon le 10 décembre 1968. L'affaire reste encore à ce jour irrésolue. La photo du braqueur fut à l'époque largement diffusée. Le titre de cette série s'inspire directement de cette photo montage. C'est un seinen assez efficace mais la longueur de celui-ci aura eu raison de ma patience. L'auteur a su insuffler une atmosphère un peu paranoïaque où notre héros se méfie de tout le monde. Par ailleurs, j'ai bien aimé son style graphique assez réaliste. Par la suite, cela va se gâter avec des rebondissements pas très crédibles. C'est une série qui aurait sans doute gagné à être plus condensée. A faire dans l'exagération, on peut perdre son public à moins d'aimer cela. Je garde tout de même la moyenne.

14/06/2016 (modifier)