Entre ici et ailleurs

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Le nouveau one-shot de Vanyda ! Après une rupture, Coralie, Franco-Asiatique de 28 ans, ressent le besoin d'explorer ses origines. Pour comprendre qui elle est, cette jeune femme va décortiquer son héritage d'enfant d'immigré. Un récit introspectif, un véritable condensé d'émotions tout en douceur. Une quête identitaire contemporaine légère et fraîche comme une brise.


Académie des Beaux-Arts de Tournai La BD au féminin

Après une rupture, Coralie, Franco-Asiatique de 28 ans, ressent le besoin d'explorer ses origines. Pour comprendre qui elle est, cette jeune femme va décortiquer son héritage d'enfant d'immigré. Un récit introspectif, un véritable condensé d'émotions tout en douceur. Une quête identitaire contemporaine légère et fraîche comme une brise. (texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Janvier 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Entre ici et ailleurs
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2016 | Mac Arthur
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je ne sais pas comment ça se fait, je n'arrive pas à accrocher aux bandes dessinées de Vanyda alors que j'aime bien son dessin. Au départ de cet album là, j'ai retrouvé ce qui m'avait ennuyé dans L'Immeuble d'en face et autres L'Année de... : une tranche de vie quotidienne assez banale. On suit la jeune héroïne dans son petit appartement, à son boulot, avec ses amis, dans sa nouvelle activité sportive. On assiste à ses questionnements, quelques bribes de ses rêves, ses éventuelles tentations amoureuses. Parfois cela me fait l'effet d'une sorte de voyeurisme, de TV réalité où l'on suit quelqu'un au jour le jour dans un quotidien sans intérêt. Et puis cela m'agaçait de la voir sans arrêt rappeler qu'elle était métisse laotienne : je ne voyais pas pourquoi insister autant là-dessus, si ce n'est pour aider la lecteur à s'en rendre compte car le dessin ne m'avait pas spécialement montré qu'elle avait un physique asiatique avant qu'elle le fasse remarquer. Mais en fait, il s'avère que c'est bien parce que c'est le thème de l'album que l'auteure insistait sur le sujet. En effet, au fur et à mesure, l'histoire aborde de manière de plus en plus précise le sujet des français d'origine étrangère de seconde génération, ceux qui sont nés en France, avec souvent l'un des parents français, mais qui s'interrogent sur leur état d'esprit, ni vraiment totalement français ni vraiment étranger puisqu'ils ne connaissent souvent que très peu le pays d'origine de leur parent. Le questionnement est intéressant mais ne m'a pas forcément touché. A un moment donné, l'héroïne dit quelque chose comme "tu ne peux pas comprendre si tu ne l'es pas", et ce n'est pas faux en ce qui me concerne. Je n'ai pas totalement compris ces interrogations et ce trouble des personnages même s'il parait plutôt logique. Mais compréhension logique ne veut pas dire émotion et du coup je suis resté un peu en dehors de l'histoire et de sa conclusion pourtant plutôt heureuse. La lecture est plaisante, le dessin est bon, mais je me suis un petit peu ennuyé sur la longueur.

25/05/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Ma critique sera toute simple: j'ai adoré. J'avais déjà grandement apprécié Un petit goût de noisette. Là, nous avons une histoire complète qui s'inspire du propre vécu de l'auteure ayant des racines avec le Laos. C'est une quête sur soi-même et sur ses origines familiales. J'aime non seulement le style graphique semi-réaliste mais également la pensée profonde de l'auteure sur le monde qui nous entoure en France. J'arrive à percevoir également la souffrance de ces déracinés qui tentent de s'intégrer coûte que coûte afin d'éviter le racisme ambiant. Avoir des origines étrangères n'est pas forcément bien vu. Vanyda va encore plus loin dans son analyse pour finalement la pondérer vers la fin ce qui révèle une grande justesse. En tout cas, nous avons une gentille chronique sociale très positive dans un monde multiculturelle qui serait presque un souhait. Entre ici et ailleurs est un véritable réussite comme je les aime avec une héroïne fort sympathique. C'est actuel et résolument ancré dans une réalité non fantasmée. C'est frais et joyeux à la fois. C'est beau !

14/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cet album est certainement à ce jour le plus personnel de Vanyda. On y retrouve tout ce qui plait (ou irrite) chez cette auteure : un goût immodéré pour raconter le quotidien de personnes « normales », une approche narrative proche du shojo, des éléments du quotidien très tendance (ici, une forme de fitness qui mélange boxe et danse) et un thème central qui est la quête d’identité chez les jeunes. Personnellement, et alors que je ne suis pas vraiment fan de manga (duquel le style graphique de Vanyda s’approche vivement), j’apprécie de plus en plus cette auteure. Je trouve qu’elle parvient finement à saisir ces instants du quotidien qui finissent par façonner une personne. Le rythme narratif est lent et, pourtant, jamais je ne m’ennuie. Léger en surface, le propos est parfois bien plus profond que ce qu’un simple regard laisserait penser. Et ici, l‘auteure se livre beaucoup en nous offrant un personnage central qui, à son image, se cherche par rapport à ses origines à la fois européennes et asiatiques. Je regretterai juste quelques lieux communs, quelques propos trop manichéens à mon goût - à propos du racisme ordinaire, principalement - mais ce reproche n'est pas suffisant pour que je condamne tout l'album. Disons que j'aurais parfois apprécié un peu plus de nuance dans les portraits des personnages illustrés. Un très bel album, à ne réserver qu’aux amateurs de romans graphiques, mais pour ceux-ci, c’est du tout bon !

18/04/2016 (modifier)