Ça va les affaires ?

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Le monde (ou le sens) des affaires, croqué par Quino.


Auteurs argentins

Quino sait nous rendre drôles nos travers. Ici il s'attaque aux relations entretenues avec l'argent... ... et les rapports de domination qu'ils impliquent.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 1986
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Ça va les affaires ? © Glénat 1986

20/01/2016 | Noirdésir
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Voilà un des bons recueils de ce maître de l'humour qu'est Quino, pas son meilleur mais il contient quelques perles. Tous les gags de cet album ont pour thème les rapports de pouvoirs entre faibles et puissants, pauvres et riches, employés et patrons. Et si l'ensemble n'est pas hilarant, il y en a quelques-uns de bien drôles, et surtout la quasi totalité sont justes et bien vus. Et surtout ils ont gardé presque tous un côté intemporel qui fait qu'ils peuvent être réutilisés encore de nos jours pour rire (jaune) de l'état de la société capitaliste, de la suffisance des patrons et de la soumission des faibles. Il y en a quelques-uns que j'enverrais bien à mes collègues pour illustrer nos différentes situations. J'aurais volontiers mis une note supérieure si l'ensemble avait été plus drôle et si j'y retrouvais davantage de la poésie chère à Quino, mais ça reste un bon cru. Note : 3.5/5

15/01/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Si sa série phare, Mafalda ne m’a jamais vraiment intéressé, j’avoue être totalement conquis par les albums de gags ou d’histoires courtes de Quino. Je les ai presque tous lus, et je n’ai jamais été déçu : le niveau de l’ensemble est très homogène, et plein de qualités. En effet, Quino arrive quasiment à chaque fois, avec un minimum de moyens, un dessin très simple et avare de décors à nous faire saisir la quintessence d’un gag. Et ce que ce soit avec un simple dessin ou avec une courte histoire d’une dizaine de dessins (le gaufrier classique est ici inopérant). C’est généralement muet (et les très rares fois où pointent des dialogues, je ne suis pas forcément convaincu). Il y a du Sempé chez Quino, dans le trait, souvent. Mais aussi dans la manière désuète, discrète, de croquer l’air du temps, une poésie qui sait être mordante. Mais Quino, en plus de nous faire sourire – toujours ! – voire rire (ce n’est pas un auteur qui déclenche l’hilarité, ce n’est pas de l’humour gras), en utilisant toutes les nuances de l’humour (souvent teinté chez lui de Noir, d’absurde), nous donne aussi à réfléchir. Comme l’indique le titre de cet album, la majorité des gags ont pour arrière-plan les rapports de domination, les rapports tarifés, et c’est certains travers (l’appât du gain, la soif de réussite, les inégalités sociales), qu’il caricature et dénonce ici. Du rire intelligent donc. Album à découvrir, au-delà de Mafalda, qui cache peut-être la meilleure face d’un grand auteur.

20/01/2016 (modifier)