Alvin Norge

Note: 2.65/5
(2.65/5 pour 17 avis)

Les aventures d'un ex-pirate informatique...


Anticipation BoDoï Cyberpunk : Espaces virtuels

Par sport, Alvin Norge a d'abord été un as du piratage informatique. Traqué par le FBI et surpris en train de surfer sur des comptes bancaires qui n'étaient pas les siens, il a dû purger une peine de trois mois de prison. Depuis, Norge s'est rangé et reconverti dans l'imagerie de synthèse. Sa toute dernière création est un personnage virtuel nommé Kimberley. Cette pin-up affolante est destinée à émoustiller d'un brin d'érotisme, un CD-ROM de jeu d'aventure. Rien de bien méchant donc. Pourtant... Une nuit, les pixels de Kimberley s'échappent mystérieusement du disque dur où ils sont stockés et deviennent un virus informatique indécelable, foudroyant et animé d'une apparente volonté de tuer ! Après avoir infecté tous les moniteurs du centre spatial de Houston, celui-ci a envahi les ordinateurs de la navette Atlantis et l'a envoyée se désintégrer dans l'atmosphère. Rattrapé par son passé de hacker, Norge est suspecté d'être le concepteur de cette nouvelle forme d'attentat terroriste et doit se trouver une planque dans New York en état de choc...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2000
Statut histoire Une histoire par tome 5 tomes parus
Couverture de la série Alvin Norge © Le Lombard 2000

Par r0ud0ud0u
Note: 2/5
L'avatar du posteur r0ud0ud0u

J'ai vraiment bien aimé le premier tome, ça partait bien. Dialogue fluide mais.... arrivé au 2ème tome, quelles lourdeurs dans l'écriture, la narration devient lourde, les explications pénibles. Le dessin est quant à lui plutôt sympa. Après le premier je m'attendais à une montée crescendo ou une ambiance maintenue. J'avais lutté à tous les trouver, pas sûr de finir un jour. Dommage !

12/05/2022 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Comme quoi il faut savoir refréner ses pulsions. C'est assez bêtement en découvrant la couverture dans ma médiathèque que je me suis dit que cette série pouvait avoir un petit quelque chose. Et franchement il a fallu que je m'accroche, je suis allé jusqu'au tome 5 et plus ma lecture avançait plus j'étais largué. Par le langage informatico-cyber-truc et l'histoire qui devient de plus en plus tirée par les cheveux. Pour le premier, ok, je veux bien que l'on saupoudre ici ou là un vocabulaire ou quelques termes spécifiques, mais ici trop c'est trop, j'ai eu l'impression de lire un truc à l'attention des geeks. Dans le genre je trouvais que l'histoire démarrait plutôt bien, en proposant une intrigue qui avait du potentiel avec des personnages sympas. Au fur et à mesure des tomes, l'histoire se complexifie avec un truc de bébé né grâce à un ordinateur, là j'ai décroché. Dans le même temps le héros ne s'épaissit pas, il devient limite agaçant et semble aussi largué que moi, pauvre lecteur. Alors c'est sans doute de la SF mais pas celle que j'apprécie.

28/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette série me semble très en phase avec le nouveau langage informatique et met en avant toutes ses techniques et astuces, en voisinant avec un contexte policier. Malheureusement, je suis un peu largué par cet univers virtuel et ces nouvelles technologies, d'autant plus que l'informatique ne me passionne pas, je ne peux donc pas apprécier à sa juste valeur ce thriller d'anticipation qui a sûrement des qualités, et qui n'intéressera que les initiés. L'informatique, c'est très bien quand ça fonctionne ; quand ça merde ou qu'il y a un bug, j'enrage parce que je ne maîtrise rien. Aussi, en dehors de certains passages à suspense, de séquences un peu sensuelles, le tout servi par un dessin de Lamquet minutieux et lumineux, conforme à cette ligne éditoriale de la collection Troisième Vague Lombard, je n'ai rien trouvé de bien excitant dans ces récits, d'autant plus qu'il n'y a guère d'action et que le héros n'a pas de personnalité. Je trouve les fins d'albums un peu abruptes ; l'ensemble d'un récit se développe lentement, mais quand arrive la dernière page, ça va à toute vitesse... Sinon, je trouve le concept intéressant et très contemporain, mais plutôt destiné à un public ciblé.

15/11/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'ai pas accroché avec cette série dans le monde des hackers. Le héros Alvin Norge m'est apparu tout de suite comme un insupportable crétin aux valeurs plus que douteuses. La suite ne sera qu'ennui mortel avec ses cases surchargées et son langage informatique que comprendront seulement certains initiés. Bref, je suis passé totalement à côté mais c'est sans regret.

08/06/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Qu'est-ce que c'est que cette BD qui soi-disant se raccroche à la mode "cyber" ? Lamquet a fait beaucoup mieux dans le passé. là c'est limite prétentieux je trouve. Le dessin est abouti, certes, mais au service d'une histoire indigente, voire indigeste. Désolé, c'est rédhibitoire !

07/05/2002 (MAJ le 13/02/2008) (modifier)
Par bedelisse
Note: 4/5

Et si à force de passer notre vie devant un écran d’ordinateur, nous basculions dans un monde virtuel ? Un monde virtuel qui pourrait peut-être se confondre avec notre monde réel. Nous pourrions voir, approcher, parler avec des êtres, qui ne sont fait que de pixels, à n’importe quel endroit, n’importe quel moment et tout cela sans écrans LCD entre nous. Ce n’est peut-être pour demain pour nous lecteurs, mais pour Alvin Norge c’est déjà sa réalité. Le scénario est particulièrement bien élaboré, avec surtout une grande cohérence entre les albums. J’aime beaucoup le trait précis du dessinateur et les modalisations 3D de certains personnages. Vivement l’album 6, le dernier ?

16/06/2007 (modifier)
Par Mooldoo
Note: 4/5

Ben, je suis dans l'informatique, et j'avoue ne pas accrocher la plupart des séries liées à ce domaine, ni même les films au cinéma (excepté Wargames, 1983). Pourtant cette série ne manque pas d'un certain attrait. Le tome 1 acheté, faut avouer que ce n'est pas spécialement le top du top, mais à mesure que l'on entre dans la série, on s'y accroche. Il n'y a peut-être pas le même engagement techno-pedagogique que l'on peut trouver dans une série comme Largo Winch quand on tente de vous faire comprendre les joyeux mécanismes de la finance et les dessins ne sont pas aussi précis, mais c'est beaucoup plus imaginatif. La série fait plus dans la science-fiction que le fantastique, sans vous endormir dans un scénario tordu. Et puis il y a tant de gens qui parlent à des personnes invisibles dans la rue de nos jours que cette série devrait être appréciée.

17/08/2006 (modifier)
Par Pacman
Note: 2/5

C'est pas inintéressant, mais bon, ça ressemble à une bonne série américaine dans la construction. Le héros semble traverser une aventure faite pour tenir dans un volume. Un fil conducteur relie les différents tomes. Mais on n'arrive pas à se passionner vraiment pour l'intrigue ou les personnages. A lire à la bibliothèque

17/12/2003 (modifier)
Par hipopom
Note: 2/5

J'avoue que pour l'achat j'hésite entre le oui (il faut tout avoir dans sa bibli) et le non (on se limite à des bd qu'on a vraiment appréciées). Or ici, on a une bd qui se laisse lire mais qui n'est pas enthousiasmante. En général j'aime bien les bd avec des pirates informatiques mais là le courant ne passe pas, le dessin est honorable, sans plus et le scénario ne casse pas des briques... J'ai été assez déçu au final, c'est une bd perdue au milieu d'un vaste océan...

26/06/2003 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Dans le genre SF high-tech, Lamquet s’en sort très bien, il évite les pièges du genre. Faire une série basée sur des questions informatiques, ça peut être visuellement très chiant. Parce qu’un virus, même féroce, ça ne se voit pas, on a vu des séries télé et des films faire du suspens idiot et pas crédible une seconde avec comme tout visuel des gars plantés devant un écran. Ici Lamquet articule le réel et le virtuel d’une belle manière, son thriller informatique tient la route, malgré le caractère démesuré, presque surnaturel de certaines choses (on frise le fantastique). Comme l’ont remarqué les autres avis, Alvin Norge est une bd dense, très dense ! A tout niveaux : la mise en page est serrée (on environne souvent les 12-13 cases par planches) et abondante en texte : dialogues et monologues (une très bonne utilisation de la voix-off du héros). Mais aussi sur le plan du scénario : les intrigues sont toujours complexes et détaillées, Alvin Norge est tout sauf une bd qui se lit en 20 min, passez un phylactère et vous aurez loupé une information importante. Cela rebutera sans doute certains, mais pour peu qu’on s’y plonge totalement, on trouve vite cela passionnant et original. Une bonne série, qui ravira les amateurs du genre. Plus dispensable pour les autres qui ne s’intéressent pas nécessairement à ces sujets.

22/02/2003 (modifier)