Mission Osirak

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Dans les coulisses d'un raid aérien qui va changer l'Histoire...


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Aviation Proche et Moyen-Orient

En juin 1981, l'aviation israélienne détruisit l'unique centrale nucléaire du monde arabe, en Irak. La mission des F-16 était d'empêcher Saddam Hussein d'obtenir l'arme nucléaire avec laquelle il menaçait d'effacer Israël de la carte. Une opération précédée à la fois par les coups tordus – dont certains en France – de différents services secrets, et par la préparation par des pilotes d'exception de ce raid aérien qui reste, dans les annales de l'aviation militaire, un modèle d'attaque préventive. (texte : Editions Dargaud)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Juillet 2015
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Mission Osirak
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

23/07/2015 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

C'est en effet une série à lire si comme moi on aime la géopolitique. J'adore voir les manipulations, l'espionnage, les jeux de coulisse, etc. En plus ce sont sur des événements que je ne connaissais pas du tout. J'ai donc appris plusieurs choses intéressantes ! Malheureusement, il y a deux défauts qui font en sorte que malgré des qualités, je trouve la série moyenne. La première concerne le dessin que je trouve froid et sans âme. Il n'y a aucune émotion qui sorte de ce style de dessin. Je trouve même les visages un peu moches. La seconde concerne le charisme des personnages ou plutôt l'absence de charisme. Les seuls personnages que j'ai trouvés dignes d'intérêt sont les personnages réels que je connaissais déjà comme Saddam Hussein ! Dommage parce que la série aurait pu me passionner du début jusqu'à la fin avec un sujet aussi intéressant.

25/08/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Après nous avoir raconté par le menu l'histoire d'Al-Qaeda et du 11 septembre dans 9/11, Jean-Claude Bartoll s'attaque à un autre évènement majeur de l'histoire du Moyen-Orient, à savoir l'attaque de la centrale nucléaire irakienne destinée à rayer Israêl de la carte, dans les années 1970. Le récit joue sur plusieurs fils narratifs : Saddam Hussein qui marchande dur avec la France pour obtenir le matériel pouvant amener à la construction de cette centrale, les filatures du Mossad sur l'ingénieur égyptien qui va diriger le programme irakien, ou encore l'apprentissage du pilotage par un pilote israëlien du F-16 américain (liste non exhaustive)... Dans le second tome l'intrigue se resserre sur le chef d'escadrille israëlien qui va commander la mission, ainsi qu"'un ingénieur français envoyé sur place pour collaborer avec le gouvernement irakien.Une intrigue complexe donc, mais on comprend vite leur interaction. Le récit est nerveux, sans temps morts, car les Irakiens (et les Israëliens) sont pressés et nous aussi. Jean-Claude Bartoll use à nouveau de tout son savoir-faire d'ancien reporter en investigation pour nous livrer un récit dense et fortement documenté, une nouvelle incursion passionnante dans l'antichambre de l'Histoire récente. Ses personnages sont un peu plus charismatiques dans le second tome, mais le scénariste s'attache avant tout aux faits. Aux pinceaux c'est l'espagnol Ramon Rosanas qui officie, proposant son trait maîtrisé à cette histoire âpre. Son style allie la nervosité propre aux comics (rappelons qu'il a travaillé sur la série Deadpool) à la précision d'une ligne claire que ne renierait pas André Juillard. Ses avions me semblent parfaits. Luc Brahy lui succède sur le second tome (mais pourquoi ?), avec un résultat comparable, même si je suis plus réservé sur les personnages. Aussi intéressant qu'agréable visuellement, voici un diptyque intéressant.

23/07/2015 (MAJ le 14/08/2016) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le premier volet de ce diptyque s’est révélé très instructif mais souffre hélas à mes yeux des défauts de ses qualités. Le récit se veut très réaliste et il y a derrière la bd un très gros travail de documentation. Malheureusement, exposer un fait majeur de géopolitique ne passe pas sans explications et la quasi-totalité du récit se déroule donc dans des cafés, salles de réunions ou d’autres lieux qui rendent finalement ce récit très statique. Autre point faible : le manque de charisme des personnages. Là encore, place au réalisme plutôt qu’à la création de « gueules » capables de porter le récit. Enfin, n’espérez pas trouver ne fusse qu’une once d’humour dans ce récit. Tout d’abord, la gravité du sujet ne s’y prête pas naturellement. Ensuite, Jean-Claude Bartoll s’attache avant tout à nous relater des faits, pas à nous embarquer dans une histoire à grand spectacle. Ceci dit, si vous êtes amateur de récit d’espionnage, de géopolitique, de magouilles peu ragoutantes, cet album a tout pour plaire. Le dessin y est efficace avant tout, les personnages sont physiquement bien typés et aisément reconnaissables (même lorsqu’il s’agit de personnalités ayant réellement existé). La narration est omniprésente sans devenir roborative. Les multiples centres d’intérêt permettent d’un peu dynamiser le récit en en diversifiant les décors. Avis aux amateurs, pas mal du tout dans son genre.

04/08/2015 (modifier)