Le Sculpteur (The Sculptor)

Note: 3.75/5
(3.75/5 pour 12 avis)

En mal d'inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d'enfance: sculpter ce qu'il souhaite à mains nues.


First Second Les prix lecteurs BDTheque 2015 Milieux artistiques New York Sculpture

En mal d'inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d'enfance: sculpter ce qu'il souhaite à mains nues. En échange de sa vie, il aura 200 jours pour créer son Oeuvre. Et, il va le payer encore plus cher: au lancement du compte à rebours, il rencontre le grand amour...de quoi ébranler toutes ses certitudes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Mars 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Sculpteur
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

19/04/2015 | herve
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Après son remarqué (et remarquable) L'Art Invisible, il faut dire que Scott McCloud était attendu au tournant. Et ce n'est pas facile de revenir d'un ouvrage théorique sur la bande-dessinée aussi complet. On attend forcément quelque chose de grandiose après. Curieusement, je crois qu'on retrouve dans cette BD plusieurs interrogations que l'auteur avait soulevées dans L'Art Invisible, quant à l'art et à l'artiste. C'est aussi une belle histoire sur la volonté de transmettre, de parler par l'art et de ce que l'on a dire. Bref, finalement cela semble être une continuité des interrogations et des réflexions que Scott McCloud se faisait dans son autre œuvre phare. Mais qu'en est-il de celle-ci ? Eh bien, je dois dire que je suis vraiment impressionné par le pavé qu'il nous a pondu. Le dessin n'est pas le point le plus fort (j'ai notamment eu du mal avec la façon dont il a représenté le visage du personnage principal), mais il a une façon de faire les cadrages et les planches qui m'a paru très bonne. Mais pour ce qui est du scénario ... J'ai adoré ! C'est une excellente façon de revisiter le mythe de Faust : ce que l'on est prêt à sacrifier à sa passion, à sa folie. Et pourtant, l'auteur arrive à rendre le tout intéressant et crédible. Le personnage de David ne saura pas tout de suite quoi faire de ce fabuleux don qu'il a échangé contre sa vie, il comprendra progressivement ce qu'il doit en faire et en dire. C'est aussi une histoire d'amitié, d'amour et de fraternité. Le personnage de Meg est extraordinaire d'ailleurs, touchant de réalisme et d'humanité. J'ai également adoré la façon dont David continuera de voir son "ange" (ou son démon ?) qui lui a fait passer un tel marché. Une relation touchante s'installe entre les deux également. L'auteur a pris son temps pour développer l'histoire, et je crois bien que c'est ce qui fait toute sa force. Étalée sur autant de pages, elle prend le temps de parler d'un peu de tout, de nous faire des personnages réalistes et concrets, mais surtout de développer tous les aspects d'un marché tel que celui que David a passé. Une belle leçon de vie, pas si manichéenne que ça, et qui se conclut d'une façon très optimiste et différente de ce que j'imaginais. C'est une belle histoire, le genre que je prends plaisir à relire de temps en temps alors même que je la connais. Peut-être parce que je suis touché encore et toujours par l'humanité qui ressort de celle-ci après tant de lectures ?

24/12/2018 (modifier)

Quelle déception .... Au lire des nombreuses critiques positives , je me préparais à un choc ... Mais dès le début le côté factice, facile, m'a rebuté. Bien sûr que cela se lit facilement ! Un travail de découpe (disons de montage cinématographique...) résultat des théories de ce grand Monsieur... Bâti sur un thème rebaché, qui peut laisser une grande place à la féerie, c'est ici d'une froideur renforcée par le trait sec de l'auteur. Des effets répétitifs ponctués je ne sais combien de fois de "merde..merde...merde...". Pour moi qui suis attaché au dessin, à l’esthétique des décors, à une BD qui soit de la BD (ah joli prétexte que cette appellation de roman graphique ! qui laisse la porte ouverte à n'importe quoi ....) oui, je sais, nous parlions de "figuration narrative", à la Socerlid, avec Moliterni Filippini et les autres ! Un petit peu snob aussi... mais il n'y avait pas à l'époque de gribouillis de gamins, classe prepa d’école de BD . Je suis vite retourné lire un tome de Jérome K Jérome, pour moi l'exemple de ce que peut être le sommet de la création BD, en toute simplicité. Il faut être Larcenet pour se permettre ces recherches graphiques (Blast entre autres) d'une BD Art Contemporain et d'avant garde parfois.

27/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Scott McCloud est un auteur dont j'avais vaguement entendu parler, mais je n'avais encore rien lu de lui. Il est semble-t-il un théoricien de la création, en Bande dessinée en particulier. Dont acte. Toujours est-il que c'est un album que je n'aurais sans doute jamais ouvert sans le battage médiatique dont il a pu faire (un peu) l'objet. Même si, je dois l'avouer, je pressentais que je n'allai pas y trouver mon compte. Donc j'ai emprunté l'album, et suis venu à bout de ce pavé de près de 500 pages, qui se lit finalement assez vite, car beaucoup de planches sont muettes. Le pacte Faustien passé par le héros, et la tension qui monte en fin d'album, quand l'échéance approche, sont assez bien rendus (même si le thème n'est pas nouveau). Surtout qu'entre temps l'histoire d'amour qu'il connaît remet en cause ses motivations antérieures. Les débats sur l'art, la création artistique et certains artistes sont aussi intéressants. Mais voilà, je reste sur 3 étoiles, très loin de l'enthousiasme des nombreux avis précédents. D'abord parce que ce genre de roman graphique n'est pas forcément ma tasse de thé au départ. Ensuite parce que j'ai trouvé trop longs certains passages : l'ennui guettait parfois. Pas inintéressant donc, mais c'est quand même loin d'être un chef d'œuvre. Je ne suis en plus pas forcément très objectif, puisque plutôt porté sur d'autres types de BD. C'est en tout cas le genre d'album que je ne me vois pas acheter (mais je conçois que certains y trouvent leur compte, d'où mon conseil d'achat...).

28/03/2016 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Si l'objet physique est impressionnant (un bon gros pavé de 500 pages), son contenu n'est pas en reste non plus ! Je me suis lancé dans cette lecture en me disant qu'elle me ferait la semaine... je l'ai dévoré dans mon après-midi dominical ! Car cette version revisitée du mythe de Faust, si elle a forcément un côté "déjà vu" a su trouver sa place en s'ajustant à la clé de voûte choisie par Scott McCloud : la création artistique. Après tout quoi de plus juste et tentant que de faire pactiser l'"artiste maudit" et la mort/le diable ? Le faire et le défaire liés par CDD... Et c'est cette réflexion sur la création, habillement habillée d'une histoire d'amour plutôt bien foutue, qui m'a plu. Sans trop donner dans le didactique ni se contenter de survoler le sujet ou de s'en servir comme béquille pour son récit, McCloud questionne, tend des perches, réfléchit... tout comme son personnage. Nulle certitude... juste une échéance. Car l'art, comme David notre protagoniste, est de fait pieds et poings liés à cette notion de temps. Le temps pour faire ; le temps pour être reconnu de son vivant ; et objectif ultime, marquer l'éternité de son œuvre. C'est tout ce questionnement que met en branle Scott McCloud à travers cet album. Grâce à des personnages riches psychologiquement et un savoir faire narratif impressionnant, il nous déroule son histoire comme si tout semblait aller de soi. Tout s'imbrique et se nourrit pour nous conduire vers la fatalité de cette fin impeccable. Graphiquement, la bichromie blanc/bleu choisie, si elle surprend de prime abord, fonctionne au final merveilleusement avec des compositions et des cadrages maîtrisés. Pour quelqu'un attendu au tournant pour sa théorisation de la BD, on peut dire que la mise en pratique est plus que probante ! Je viens tout juste de finir cet album, et je n'ai pourtant déjà qu'une envie : le relire ! Et je ne peux que vous inviter à en faire autant !

21/03/2016 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Argh, une fois de plus je me retrouve surtout dans l’avis de Mac Arthur, seul posteur à ce jour ayant attribué une note inférieure à 4/5. Le plus gros de l’histoire s’intéresse au processus créatif, et je dois avouer que ces réflexions sur le sens et la valeur de l’art ne m’ont pas vraiment passionné. Je ne suis pourtant pas hermétique à ce thème, mais sur le coup, ça n’est pas passé, je ne saurais expliquer pourquoi. Par contre le côté humain et sentimental de l’histoire m’a beaucoup plus touché, notamment le fait que le protagoniste principal tombe amoureux après avoir conclu ce pacte Faustien. Il en découle une situation tragique et poignante, racontée avec beaucoup de justesse et de retenue. La fin m’a vraiment ému… mais voilà, sur presque 500 pages, c’est trop peu. La réalisation de l’album est bien entendu excellente, Scott McCloud étant l’auteur de la bible qu’est L'Art Invisible. Je note quand même que les filtres informatiques utilisés sur certaines cases ne sont pas toujours très esthétiques. Un album riche et parfaitement réalisé, mais qui n’a pas réussi à me captiver sur la longueur, et que j’ai eu du mal à terminer.

15/03/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Du point de vue des techniques narratives employées, cet album est un chef-d’œuvre. C’est tout simplement parfait à mes yeux. L’équilibre entre texte et dessin, l’emploi du noir et blanc, du trait net ou estompé en fonction de l’objet que l’auteur veut mettre en avant, le découpage… c’est vraiment du très beau travail. Au niveau du scénario, je suis moins enthousiaste. Non que je ne l’ai pas trouvé plaisant mais cette revisite du mythe de Faust me pose quand même problème sur quelques petits détails. Tout d’abord, en voyant les sculptures réalisées par le personnage central grâce à son don, je me demande vraiment où se situe son génie. Et comme je trouve que ce qu’il fait est en règle générale soit moche soit quelconque, j’ai du mal à m’enticher du personnage. Ensuite, il y a un aspect très Marie-mère-de-Dieu, très chrétien dans ce récit qui m’incite à sourire en coin (mais c’est mon côté anticlérical qui ressort). Enfin, sur un aussi gros volume, et même s’il se lit très bien la plupart du temps, je ne peux pas dire que j’ai toujours été passionné. Certains passages me sont apparus sans réel intérêt et d’autres étaient à mes yeux inutilement tirés en longueur. Je conseille très certainement la lecture car l’album est plutôt plaisant à lire et techniquement très bien réalisé. Je n’y vois cependant pas un chef-d’œuvre et le manque d’empathie ressentie pour les personnages durant ma lecture m’empêche d’accorder plus que 3/5 à ce récit.

22/02/2016 (modifier)
Par SkAmby
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Quelle joie !! J'ai lu cet ouvrage dès sa sortie. Il me faut toujours un peu de recul pour ne pas en dire du bien ou du mal de façon précipitée. Alors déjà ce bouquin est un vrai pavé, le genre bottin que certains utiliseraient sous la lumière d'une lampe en pleine face. Pour ne pas laisser trop de traces. J'ai au départ été un peu dubitatif sur le choix de cette colorisation. Mais elle permet de se concentrer sur les aspects essentiels de l'histoire. Le mythe de Faust, on en parle beaucoup pour cette histoire. De mon point de vue, ce n'est pas autour de ce mythe que s'articule l'histoire. Ce n'est qu'un mécanisme pour parler d'un sujet beaucoup plus complexe. Le processus de création. La réalisation d'une œuvre... C'est vrai que le sujet est complexe pour beaucoup d'artistes, pour comprendre le cheminement de l'idée à sa concrétisation il s'en passe des choses. Comment créer une œuvre qui puisse être un prolongement de soi, de son être alors que nous ne cessons jamais d'être influencés par ce qui nous entoure. Comment être authentique, dénué de subjectivité pour mettre l'art à nu. Cela semble impossible... Le détachement est une chose difficile d'autant plus si on côtoie d'autres artistes, on baigne dans un milieux d'influences où chaque "vision des choses" peut déteindre sur vous. C'est là où je trouve que c'est une prouesse narrative absolument magistrale. Ce dégoût de lui même, rejeter et renier son art, c'est à mon sens un passage obligé pour se détacher, pour pouvoir créer au sens noble du terme. Détruire les bases pour repartir, partir de rien, du néant. Parfois David pense même qu'il faudrait détruire toutes les bases, pas seulement les siennes. Tout au long de ce roman graphique, David ne cesse de marcher sur ce fil, tantôt il envie, tantôt il renie, il aime puis il déteste. L'auteur nous démontre avec brio le tiraillement existentiel que peut être la volonté de créer à tout prix. C'est en soi, un véritable rite initiatique. Je me demande d'ailleurs si cette œuvre n'est pas en quelque sorte autobiographique. Il s'en est écoulé du temps depuis ses dernières publications. Est ce que "le sculpteur" n'aurait pas été accouché dans la douleur ? Jusqu’à cette libération, une fin exceptionnelle !

18/02/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Je me demandais ce que ressemblerait une oeuvre de fiction de l'auteur de la meilleure bande dessinée sur la bande dessinée que j'ai lue jusqu'à présent. Comme je m'en doutais, la narration de Scott McCloud est excellente. Il applique ses propres théories et son scénario est bien maitrise. J'ai eu du plaisir à lire son histoire alors qu'il y a des trucs qui habituellement ne m'intéressent pas trop. Je ne suis pas un grand fan habituellement des histoires se passant dans le milieu de l'art et le héros est un peu tete à claque même si je comprends sa déception de ne pas réussir dans la vie. Le pacte que David Smith passe donne droit à une bonne histoire. J'aime bien comment l'auteur montre les conséquences des gestes de son héros. Le dessin est formidable. Il y a des passages moins intéressants et cela m'a pris du temps pour trouver la relation amoureuse de David touchante, mais globalement je trouve cela bien fait quoique pas au point de crier au chef-d'oeuvre.

08/10/2015 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Ca parait étonnant de voir que l'auteur d'ouvrages théoriques sur la BD aussi parfaits que les différents tomes de L'Art Invisible n'ait publié aucune autre BD jusqu'à présent qui ne soit arrivée jusqu'à nos frontières. Le Sculpteur est donc le seul vrai album à atteindre cet objectif, se présentant du coup sans le vouloir comme le "chef-d'oeuvre", au sens artisanal du terme, de son auteur, son ouvrage le plus accompli qui profite enfin de toutes ses connaissances théoriques pour sublimer en un récit concret ce que l'auteur couve depuis de nombreuses années. Autant dire que je l'attendais au tournant, avec toute l'appréhension qui s'imposait et la crainte de me trouver face à un roman graphique se prenant trop au sérieux et finalement décevant. C'est l'histoire d'un artiste torturé, un homme qui a subi des traumatismes, perdu sa famille, connu une brève célébrité puis tout lâché par excès d'orgueil et de principes. C'est aussi un homme peut-être un peu fou car il a ce qui ressemble fortement à des visions schizophréniques et perd parfois les pédales. En résumé, c'est l'exemple même du type de héros qui aurait dû m'exaspérer et dont le récit m'aurait ennuyé dans d'autres circonstances. Et pourtant Scott McCloud réussit à me le rendre sympathique. Tout son talent réside dans une narration parfaite, utilisant tous les artifices et techniques qu'il a commentés et analysés au cours de ses études théoriques pour offrir un récit d'une fluidité et d'une clarté sans pareil, avec une grande variété de mises en scène et de cadrages et l'impression de ne jamais s'ennuyer. Le récit quant à lui tourne autour des milieux artistiques, de l'art en général et bien évidemment d'une histoire d'amour. S'y ajoute une touche bienvenue de fantastique, dont on sait au départ si elle est réelle ou issue de la folie du héros jusqu'à la confirmation indéniable en fin de récit. J'ai trouvé l'histoire agréable malgré quelques passages un peu convenus et un soupçon de naïveté. Et si je n'y ai pas accroché totalement sur sa majorité, la fin, quoique sans réelle surprise, a fini par me toucher pour de bon. Ce n'est pas pour moi une oeuvre culte ni un scénario qui marquera les esprits par son originalité ou son impact émotionnel mais c'est un bon récit, excellemment mené et qui mérite la lecture.

30/08/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Enfin ! Enfin une oeuvre que je peux qualifier de culte car elle remplit tous les critères au-delà de l'imaginable. Il en aura fallu du temps à Scott McCloud qui n'avait plus rien réalisé depuis L'Art Invisible où il nous enseignait les rudiments de la bande dessinée. C'était un peu comme un professeur qui n'avait rien à son actif. Cependant, je veux bien attendre si c'est pour réaliser ce chef d'oeuvre aussi magnifique que la beauté du diable. J'ai abordé la lecture du Sculpteur sans m'attendre à grand chose de particulier. Et c'est là qu'arrive la grande surprise. Nous avons une oeuvre qui frise la perfection graphique et narrative. C'est comme la grâce ! La technique employée par l'auteur impressionne véritablement. Le thème sera celui de l'art et la création mais sous un angle plus personnel et intime. Nous avons un jeune homme -David Smith- à qui rien ne réussit. Il faut dire qu'il n'a pas eu de chance dans sa vie avec la perte tragique des membres de sa famille. Il ne sait pas parler aux femmes et son meilleur ami est homo. Il semble être totalement paumé. On a pitié pour lui car on sent qu'il a envie de se réaliser pour son art -la sculpture- jusqu'à l'extrême. Il va rencontrer un homme qui va changer à jamais le court de son destin en lui offrant un pouvoir spécial de création. Le mythe de Faust est complètement revisité de la manière la plus moderne et originale. Le temps sera désormais compté. Par ailleurs, le lecteur va vivre l'une des plus belles et déchirantes histoires d'amour. Tout cela est magnifié par le trait riche et précis de l'auteur qui n'a décidément plus rien à prouver. Le sculpteur est tout simplement magistral. Je suis un lecteur râleur qui n'hésite pas à descendre la médiocrité. Or en l'occurrence, j'ai fait la rencontre avec un roman graphique exceptionnel de par sa maîtrise et son aboutissement. Je l'ai emprunté tout d'abord puis sitôt terminé, je me suis précipité chez le libraire pour l'acquérir absolument. Ce sont des choses qui ne m'arrivent généralement pas. Aurais-je également vendu mon âme au diable ? Note dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.5/5

02/08/2015 (modifier)